Grès brun » Journal de pierre brune » Masques » La vie d'un enfant dans un monde en sourdine

La vie d'un enfant dans un monde en sourdine

PARTAGER | IMPRIMER | E-MAIL

Beaucoup d'entre nous n'étaient pas notre version parfaite de nous-mêmes lorsque la société s'est fermée. Mais nous n'avions pas tout à fait basculé dans la boule de neige du déclin de la santé et du bien-être.

Nous sommes sortis des deux dernières années altérés et affligés par le stress et l'isolement de vivre à une époque aussi conflictuelle. Beaucoup de nos problèmes sont probablement encore quelque chose que nous pouvons surmonter, sans affecter de façon permanente notre capacité à prospérer.

De tels luxes de temps et de progrès éventuels sont refusés aux enfants oubliés que nous avons autrefois servis avec des aménagements réels et significatifs. 

Une telle grâce a été refusée à Noah, un garçon de 4 ans du Wisconsin ; un enfant joueur et social qui est profondément sourd. Lorsqu'il a passé chaque jour de l'année écoulée à l'école avec des éducateurs masqués et inexpressifs, il n'a pas reçu la juste bénédiction d'un logement public, mais un monde muet, coupé du langage pendant toute la durée de sa journée d'école, car pendant cette période critique du langage stade de développement les lèvres qu'il lisait autrefois, car son seul accès à la compréhension de ses soignants et de ses pairs lui était refusé.

Noah a commencé avec des progrès neurotypiques du langage, mais souffre d'une forme dégénérative de perte auditive qui n'a fait qu'empirer avec le temps. Au départ, il ne pouvait tolérer une aide auditive que pendant environ 45 minutes, les trouvant trop stimulantes et inconfortables, mais il s'est récemment habitué à les porter pendant toute la durée de sa demi-journée de cours de pré-maternelle. 

Il connaît une centaine de signes de la main en langue des signes américaine (ASL), mais la lecture labiale a été son seul accès aux enseignants qui l'ont servi quotidiennement, car aucun d'entre eux ne parle ou ne comprend l'ASL. Un interprète n'a pas été fourni jusqu'à récemment, mais le district n'a pas eu la prévoyance d'embaucher un employé qui a choisi de ne pas se masquer, donc un masque de fenêtre brumeux sur le seul employé chargé de répondre à ses besoins est encore un autre obstacle pour sa famille à combattre . 

Tout comme la régression de son ouïe, sa communication dans son ensemble a connu un déclin marqué. Il évite maintenant le contact visuel et il est plus difficile de le faire se concentrer sur quelqu'un qui essaie de s'engager avec lui. Il est maintenant non verbal, mais était autrefois capable de dire quelques mots et de répéter des énoncés. Noah joue bien avec les enfants voisins et ne se retire pas lors des tentatives sociales de ses pairs. 

Ce déclin du langage n'est pas intrinsèque. Il essaie. La régression qui s'est manifestée à la suite de cette expérience «éducative» se fait à lui. Sa situation est le produit d'un refus pur et simple d'hébergement public pour un enfant ayant des besoins réels et immédiats, par un système scolaire public paresseux qui ne tient pas compte du préjudice réel qu'il cause.

Noah aime bricoler, jouer aux jeux vidéo et s'intéresse à l'exploration et au démantèlement du monde qui l'entoure. Comme le bouton de volume de notre tyrannie sociétale ces derniers temps, le sien a été complètement baissé et cela a réduit au silence sa vie, sa conformité sans se plaindre est le prix que ce système éducatif est prêt à payer pour avoir choisi la solution de facilité. 

Sa sœur Sarah, 10 ans, souffre également d'une perte auditive importante, mais avait déjà noué des amitiés avant le début de leur maladie génétique commune et est capable de tolérer le port d'appareils auditifs pendant toute la durée de sa journée d'école. 

Leur condition elle-même est régressive. Sarah avait autrefois l'acuité auditive pour pouvoir comprendre les mots les yeux fermés, mais maintenant elle ne peut pas déchiffrer ce qui se dit à moins de pouvoir lire sur les lèvres. Elle a été priée de essayer plus fort d'entendre son professeur masqué et étouffé, lorsqu'il demande à son instructeur de se répéter, car elle compte beaucoup sur la lecture labiale pour compléter son appareil auditif.

Elle est plus émotive et a du mal avec les administrateurs qui prennent des raccourcis pour fournir des aménagements significatifs, comme ne pas fournir les transcriptions des podcasts qu'elle doit écouter en classe. Son ouïe est maintenant gravement atteinte d'une oreille, avec une perte auditive profonde de l'autre. Elle aime parler avec des amis en ligne et sur FaceTime, et aime se maquiller, se peindre les ongles, suivre des cours d'équitation, nager et faire de la gymnastique. Sarah a des problèmes d'équilibre, mais elle est toujours extravertie et aime quand même participer à ces activités. 

C'est une enfant qui fonctionne bien en raison d'une intervention précoce et d'adaptations éducatives et de communication significatives et ciblées, ce qui peut amener certains à la percevoir comme moins touchée par son handicap que sa réalité. 

Heureusement, elle a plus de pairs démasqués maintenant que leur mandat local a été abandonné. 

Noah n'a pas eu autant de chance et le système scolaire ne garantit pas qu'il soit jumelé uniquement avec des élèves dont il peut voir les visages. Cela nécessiterait un effort incroyablement minime de la part de son district sous la forme d'un court sondage, mais même cette petite demande reste sans réponse. 

Lorsque les enfants tentent de communiquer, mais échouent systématiquement à obtenir une réponse des autres, ils arrêtent tout simplement d'essayer. Des déficits irréversibles du langage et des interactions sociales doivent être anticipés dans de telles circonstances.

Ces frères et sœurs sont les seuls élèves ayant des besoins spéciaux profondément incapacitants dans leur école, ce n'est donc pas comme si la direction de l'école était submergée par les besoins d'adaptation. Les deux enfants ont le même enseignant sourd et malentendant pendant de courts intervalles pendant la semaine comme seul accès à quelqu'un qui parle leur langue. 

Comment Noah n'est pas jumelé avec cet éducateur pendant toute la durée de sa journée est un véritable faux pas et dépasse ma compréhension. C'est comme s'ils manquaient de prévoyance et de formation en développement humain pour voir le résultat de ces pratiques odieuses. 

Lorsque des enfants viennent de l'étranger dans notre pays, leurs parents sont accueillis par des spécialistes de la communication dans la langue maternelle et des spécialistes linguistiques à l'école, qui les aident à franchir le pont entre leur langue maternelle et des territoires bilingues. 

Mais à l'échelle de la communauté, nous avons une histoire blasée de laisser nos populations particulières subir les conséquences d'une mauvaise planification. 

Tout au long de la pandémie, les conseils scolaires de tout le pays ont diffusé des informations qui changent la vie sans traducteurs ASL, sous-titrage ou services de traduction dans la langue maternelle, une pratique toujours courante après deux ans. Notre compréhension myope de l'éventail des besoins spéciaux qui composent notre population éducative se traduit par de vastes masses de besoins non satisfaits.

En fin de compte, tous les sacrifices que Noah et Sarah ont faits n'ont servi à rien. Ce système scolaire a récemment abandonné son mandat de masque, mais refuse toujours de mettre Noah avec un soignant dont ils garantiront qu'il peut voir le visage, et son enseignant actuel a préféré porter un masque tout au long de la pandémie. A masque en tissu. Pas un N95. Pas une unité PAPR. Un morceau de tissu - non réglementé, non testé et expressément non atténuant pour les aérosols selon chacune des normes d'intégration sur le lieu de travail de nos agences de protection respiratoire pour les matières virales en suspension dans l'air. 

Pourtant, au lieu d'interroger leurs enseignants pour trouver un meilleur ajustement, avec quelqu'un qui ne se soucie pas de donner à un enfant le moindre peu de dignité (en étant plus qu'un simple corps chaleureux recevant un financement supplémentaire pour son district scolaire pour être si inclusif des populations spéciales ), sa seule capacité à communiquer reste au caprice de son professeur apeuré et mal informé. 

Il existe des circonstances dans lesquelles les désirs d'un employé ne peuvent tout simplement pas être pris en compte avant les besoins réels et réels d'un enfant. je ne peux pas imaginer un PLUS environnement restrictif pour un enfant malentendant profond, tout en comprenant que tous les élèves ont droit à la au environnement éducatif restrictif en vertu de la loi américaine sur l'éducation. 

Les situations de Noah et Sarah justifient une réponse immédiate, adaptée, étendue, véritablement apologétique, et des stratégies d'intervention langagière et sociale immédiates à mettre en œuvre pour ce petit garçon délibérément et sciemment isolé. 

Pendant toute la durée de l'expérience éducative de Noah, les soignants se sont mis au premier plan, ses besoins étant totalement ignorés, la permanence de leur impact sur sa vie et sa capacité à long terme à communiquer cruellement déplacée par le théâtre de sécurité imposé par son système scolaire. 

Nous devons arrêter cela.

[Les noms ont été changés pour la confidentialité de la famille, ce qui rend malheureusement anonymes les auteurs de ces grands délits.]



Publié sous un Licence internationale Creative Commons Attribution 4.0
Pour les réimpressions, veuillez rétablir le lien canonique vers l'original Institut Brownstone Article et auteur.

Auteur

  • Megan Mansell

    Megan Mansell est une ancienne directrice de l'éducation de district chargée de l'intégration des populations spéciales, au service des étudiants profondément handicapés, immunodéprimés, sans papiers, autistes et ayant des troubles du comportement ; elle a également une expérience dans les applications d'EPI dans les environnements dangereux. Elle est expérimentée dans la rédaction et le suivi de la mise en œuvre de protocoles pour l'accès au secteur public immunodéprimé en pleine conformité ADA/OSHA/IDEA. Elle peut être contactée à MeganKristenMansell@Gmail.com.

    Voir tous les messages

Faire un don aujourd'hui

Votre soutien financier à l'Institut Brownstone sert à soutenir des écrivains, des avocats, des scientifiques, des économistes et d'autres personnes courageuses qui ont été professionnellement purgées et déplacées pendant les bouleversements de notre époque. Vous pouvez aider à faire connaître la vérité grâce à leur travail continu.

Abonnez-vous à Brownstone pour plus de nouvelles

Restez informé avec le Brownstone Institute