Grès brun » Journal de pierre brune » Histoire » La protection ciblée est intégrée à notre calendrier
protection ciblée

La protection ciblée est intégrée à notre calendrier

PARTAGER | IMPRIMER | E-MAIL

Sur le 16th de décembre 2021, le président Joe Biden a prononcé ce qui pourrait être l'une des phrases les plus méprisables de tous les temps prononcé par un président américain:

"Pour les non vaccinés, nous envisageons un hiver de maladies graves et de décès - si vous n'êtes pas vacciné - pour eux-mêmes, leurs familles et les hôpitaux qu'ils vont bientôt submerger."

Premièrement, c'était manifestement faux; quiconque connaissant les données savait que cela n'arriverait pas et nous avons eu raison quelques semaines plus tard. Deuxièmement, le but rhétorique de cette prédiction était de faire du bouc émissaire ceux qui refusaient de recevoir des injections expérimentales pour le pic normal de maladies et de décès qui se produit chaque hiver.

Une raison cachée d'être consterné par ce que Biden a dit était que son administration admettait quelque chose qu'ils avaient jusqu'à présent refusé de reconnaître, à savoir que la saison hivernale du rhume et de la grippe se produit chaque année et qu'il n'y a rien de particulièrement spécial dans la façon dont ce virus se comporte à l'égard à la saisonnalité. Cet aveu est particulièrement frappant alors qu'un an plus tard, le ridicule Surgeon General de Trump continue de répandre des mensonges sur le fait que les hôpitaux sont à un "point de rupture" même si cette affirmation est si manifestement faux.

Alors que je célèbre les liturgies de cette saison de préparation à Noël, il me vient à l'esprit qu'une partie de l'irrationalité de la panique qui a éclaté en mars 2020 était un déni ou un oubli fondamental des rythmes naturels de la vie qui trouvent leur expression dans la liturgie année qui, à un moment donné de notre histoire, aurait été célébrée dans tout ce que nous appelons l'Occident.

Le va-et-vient de l'hiver dans la liturgie

Pour les besoins de la discussion qui suit, j'examinerai l'année liturgique telle qu'elle a été héritée par l'ère moderne. La raison en est que l'année liturgique s'est développée organiquement sur la base de l'expérience vécue des personnes à travers les générations; les diverses histoires des parties individuelles sont intéressantes mais non pertinentes pour les besoins de cette discussion. 

Deuxièmement, cela signifie que nous ignorerons les nombreux changements apportés au 20th siècle, car ils n'étaient ni organiques ni spontanés et en tout cas étaient plus influencés par les théories académiques et le didactisme que par toute sorte d'expérience naturelle de la vie. Enfin, sachez que cette année liturgique s'est développée dans l'hémisphère nord dans le contexte des climats européens.

Commençons alors notre voyage de la fin de l'automne au début du printemps :

  • Novembre commence ! Souvenez-vous de la mort ! Le mois de novembre commence brutalement par un souvenir de ceux qui nous ont précédés dans la mort. Le 1er novembrest nous célébrons tous ceux qui sont au Ciel en célébrant la Toussaint. Le 2 novembrend, nous prions pour ceux qui sont purifiés au purgatoire alors que nous commémorons toutes les âmes. Chaque messe du jour de la Toussaint est un requiem (c'est-à-dire une messe de funérailles). La visite d'un cimetière est recommandée, même avec l'octroi d'une indulgence pour effectuer une telle visite du 1er au 8 novembre. Un prêtre plus âgé a rappelé un jour que le drap funéraire (utilisé pour couvrir un cercueil ou, en l'absence de cercueil, le catafalque) à sa croissance paroissiale portait les mots "Hodie mihi, cras tibi" ("Moi aujourd'hui, toi demain") en relief dessus. Le début du mois de novembre a alors été un puissant rappel de l'arrivée d'une saison de "maladie et de mort".
  • Une année se termine une autre commence, soyez actifs et vigilants ! Le premier dimanche de l'Avent commence une nouvelle année liturgique. Fait intéressant, l'année se termine et commence sur des thèmes similaires, à savoir la fin des temps, la seconde venue du Christ et la nécessité d'être actif et préparé. En effet, les collectes (prière vers le début de la messe) pour le dernier et le premier dimanche de la liturgie commencent toutes deux par le mot "excita" qui se traduit par "exciter" mais avec des nuances de sens liées à notre propre mot "exciter". .” Les épîtres pour les messes (Col 1:9-14 et Rom 13:11-14) soulignent toutes deux que faire de bonnes œuvres appartient à la lumière et éviter les œuvres qui appartiennent aux ténèbres. Alors que nous approchons des jours les plus sombres de l'année, nous sommes invités à rester actifs en faisant le bien et à ne pas nous permettre de devenir somnolents et sédentaires.
  • Noël arrive, allez beaucoup à l'église ! La célébration de Noël est à certains égards encore plus intense sur le plan liturgique que la célébration de Pâques. Le jour de Noël lui-même a trois messes différentes et distinctes (minuit, aube et pendant la journée). Nous chantons les douze jours de Noël pour une bonne raison, car il y avait de nombreuses fêtes importantes ; St Stephen (26 décembre, 2 janvier), les Saints Innocents (27 décembre, 3 janvier) et St John (28 décembre, 4 janvier) ont tous été célébrés avec des octaves. En plus de Noël, le jour d'Octave de Noël (1er janvier) et l'Épiphanie (6 janvier) ont été inscrits sur la liste des jours saints d'obligation. (Notez que certains pays étaient exemptés de certains jours saints. Par exemple, les États-Unis n'ont jamais eu l'Épiphanie comme jour d'obligation.) Les jours les plus sombres de l'année étaient considérés comme une raison de rassembler la communauté autant que possible. Le message d'espérance est proclamé le jour de Noël ; « la lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l'ont pas vaincue » (Jn 1, 5).
  • Quarante jours après Noël, nous bénissons les bougies et procédons à l'Église. Au milieu de l'hiver froid (2 février), l'église célèbre la Chandeleur (appelée à la fois la purification de la Bienheureuse Vierge Marie et la présentation du Seigneur). Le jour où la Lumière du Monde entre dans son Temple, nous entrons dans l'église avec des bougies allumées et cherchons à faire bénir les bougies pour le reste de l'hiver. La tendance naturelle à se demander combien de temps nous devons encore travailler pour survivre à l'hiver ferait de cette fête l'occasion de notre étrange observance séculière de Jour de la marmotte.
  • Carême signifie retour au Seigneur. Dans les premiers jours de l'Église, l'objectif principal du Carême était les préparatifs pénitentiels des catéchumènes cherchant le Baptême à la Veillée pascale. Plus tard, ceux qui avaient été expulsés de la communauté en raison d'un péché grave tel que l'apostasie, le meurtre ou l'adultère (l'Ordre des Pénitents) ont été préparés pour leur réadmission le Jeudi Saint. Enfin, les pratiques pénitentielles ont été étendues à toute la communauté. Le mercredi des Cendres, les cendres des palmiers morts brûlés de l'année précédente sont imposées sur la tête de chacun avec les mots «Souviens-toi, homme, que tu es poussière et que tu retourneras à la poussière. (Gn 3:19). Comme l'hiver a commencé par un avertissement de mort, il se termine par un. La fin de l'hiver est devenue le moment de se mettre d'accord avec Dieu.
  • Pâques arrive ! Les ténèbres sont vaincues par la Lumière du Christ ! Le moment le plus saisissant de l'année chrétienne est d'avoir l'obscurité d'une Église noire d'encre brisée par l'allumage du cierge pascal et le chant de la exsultet. La lumière a vaincu les ténèbres. La vie avait vaincu la mort. Notez comment cela coïncide naturellement avec le printemps ; en effet, les mots anglais pour Carême et Pâques ont des étymologies liées à la saison du printemps (par opposition à une certaine forme de Quadragésime et Pascha.) Pâques était aussi le moment de l'année où l'on must recevoir la Sainte Communion, après avoir rempli l'exigence de la confession annuelle. (Canon 21 du Latran IV en 1215, codifiant les lois et pratiques antérieures). Cette obligation révèle la conscience pastorale que le Carême et Pâques étaient des temps de « retour » pour les absents.

Les leçons que nous avons oubliées en 2020

Je voudrais suggérer une série de leçons que nous pouvons tirer du cycle d'adoration de nos ancêtres, leçons qu'à notre détriment nous avons oubliées :

L'hiver est toujours mortel. Plus de gens sont toujours morts en hiver. Les hôpitaux ont toujours connu des augmentations de la demande de services en hiver. Il fait froid, il fait noir et c'est la saison du rhume et de la grippe. Le chant de Noël "Good King Wenceslas" est une chanson sur le saint et son écuyer qui n'ont miraculeusement pas été tués par l'hiver le 26 décembre alors qu'ils accomplissaient un acte de charité.

Si vous n'êtes pas à l'aise de penser que l'hiver est le moment de la mort, vous devriez visiter un cimetière tous les jours en novembre jusqu'à ce que vous vous sentiez à l'aise :

Source : @FamedCelebrity sur Twitter

Seul un fou déséquilibré penserait que la mi-mars est le début du temps de la maladie et de la mort plutôt que la fin. Chaque partie de notre expérience annuelle en tant qu'humains indique que même si les choses pourraient encore se détériorer après le jour de la marmotte, lorsque le printemps arrive, le danger élevé passe. Ce que nous avons fait en mars 2020 était absolument fou ; nous avons commencé à paniquer quelques jours seulement avant le premier jour du printemps et nous avons continué à paniquer pendant le reste de l'année. L'hystérie de masse nous a fait oublier le fonctionnement des calendriers.

La réponse saine à la réalité de l'hiver est PLUS d'activité, pas moins. L'Avent nous avertit que laisser l'arrivée de l'hiver nous rendre sédentaires est mauvais pour nous. Les jours les plus sombres (et souvent les plus meurtriers) de l'année nécessitaient PLUS de déplacements à l'église, pas moins. Le fait que des "experts en santé publique" aient suggéré que les gens restent à la maison, en évitant la lumière du soleil, l'activité physique et les interactions humaines normales, me fait me demander s'ils sont même réellement humains ; tous leurs conseils semblaient précisément destinés à détruire le bien-être humain, à la fois physique et spirituel. Aujourd'hui encore, ils disent encore des choses complètement folles :

La « protection ciblée » n'est pas une nouveauté de la Déclaration de Great Barrington ; c'est simplement ce que nous avons toujours fait avec bon sens. Il est si douloureusement évident que les infirmes et les vieillards allaient modifier leurs habitudes avec l'arrivée de l'hiver. Cela se produit encore aujourd'hui; s'il fait particulièrement froid, enneigé ou verglacé, je me retrouverai à conduire 25 minutes jusqu'à notre autre église pour remarquer l'absence de la pieuse vieille dame qui vit seulement de l'autre côté de la rue.

Ces liturgies existaient dans un monde où l'église ne pouvait même pas être efficacement chauffée, au point qu'il était nécessaire d'inclure ce qui suit parmi les rubriques liturgiques : « Si le sang gèle dans le calice en hiver, le calice doit être enveloppé dans chiffons qui ont été réchauffés. Si cela ne suffit pas, il faut le placer dans de l'eau bouillante près de l'autel jusqu'à ce que le sang fonde, mais il faut veiller à ce que l'eau ne pénètre pas dans le calice » (Défaut Defectibus, 41).

Il est clair qu'un ensemble de personnes allait s'absenter pendant tout ou partie de l'hiver, c'est pourquoi assurer leur retour à Pâques est devenu une priorité.

La réouverture de Pâques annoncée par le président Trump était la dernière chance de faire quelque chose de sensé. Malheureusement pour nous, il était un si mauvais leader qu'il a laissé les faux prophètes de l'hystérie le convaincre d'oublier d'avoir ce plan. 

Conclusion

Évidemment, en tant que prêtre catholique, j'aimerais pouvoir convaincre tout l'Occident de revenir à une célébration fervente des pratiques liturgiques que j'ai décrites ci-dessus. D'un point de vue pragmatique cependant, je me contenterai ici d'une incitation à un retour aux vérités fondamentales que nos ancêtres comprenaient et donc incorporées dans leurs observances annuelles. 

Nous sommes actuellement en décembre et de plus en plus de personnes meurent et d'autres mourront. Les décès culmineront probablement autour du Nouvel An, mais il pourrait y avoir une autre vague après le jour de la marmotte. Prenez des décisions prudentes concernant votre santé, mais reconnaissez également qu'aucun de nous n'est garanti demain. 

Ne laissez pas ces jours-ci vous rendre sédentaire et déprimé car cela nuira à votre bien-être, mais restez plutôt connecté spirituellement de toutes les manières possibles, y compris avec vos proches et votre communauté. Si nous survivons à l'hiver, célébrons la vie dont nous avons été bénis. Et ne laissons jamais personne nous convaincre de faire autrement, même s'il prétend parler au nom de la « santé publique ».

Une saison de Joyeux Noël à tous!



Publié sous un Licence internationale Creative Commons Attribution 4.0
Pour les réimpressions, veuillez rétablir le lien canonique vers l'original Institut Brownstone Article et auteur.

Auteur

  • Révérend John F. Naugle

    Le révérend John F. Naugle est le vicaire paroissial de la paroisse St. Augustine dans le comté de Beaver. BS, économie et mathématiques, St. Vincent College; MA, Philosophie, Université Duquesne; STB, Université catholique d'Amérique

    Voir tous les messages

Faire un don aujourd'hui

Votre soutien financier à l'Institut Brownstone sert à soutenir des écrivains, des avocats, des scientifiques, des économistes et d'autres personnes courageuses qui ont été professionnellement purgées et déplacées pendant les bouleversements de notre époque. Vous pouvez aider à faire connaître la vérité grâce à leur travail continu.

Abonnez-vous à Brownstone pour plus de nouvelles

Restez informé avec le Brownstone Institute