Grès brun » Journal de pierre brune » Philosophie » Hope Springs Eternal… avec un peu d'effort

Hope Springs Eternal… avec un peu d'effort

PARTAGER | IMPRIMER | E-MAIL

À l'automne 2021, après 20 ans passés à enseigner la philosophie dans des universités au Canada et aux États-Unis, j'ai été licencié « avec motif » pour avoir contesté la politique COVID de mon université. Depuis lors, j'ai été interviewé plusieurs fois sur mon expérience. De toutes les questions que l'on me pose lors des entretiens, ma moins préférée de loin - celle qui vient généralement à la fin - est "Comment pouvons-nous arranger les choses?"

Cette question me met mal à l'aise, comme si on me demandait de chercher dans le noir quelque chose qui pourrait ne pas être là. Cela m'oblige à regarder au-delà des ténèbres actuelles vers un avenir plus lumineux et plus léger. Cela demande de l'espoir.

Mais l'espoir est rare ces jours-ci et cela fait un moment.

Partout où j'ai regardé au cours des deux dernières années, les gens perdaient leurs moyens de subsistance, les voisins se tournaient le dos, les familles se fracturaient et la boue virtuelle de l'intimidation et de l'annulation se déversait librement sur les plateformes de médias sociaux.

Ensuite, bien sûr, il y avait le barattage constant de la panique et de l'hystérie, le silence irréfléchi et l'éclairage au gaz, l'intolérance contagieuse et la faiblesse morale palpable. Au milieu de tout cela, nous semblons avoir oublié comment se parler, comment écouter, comment être humain. Pendant deux ans, on a fait une overdose d'arguments paresseux, ad hominem attaques et fausses dichotomies - non-non de la pensée critique de base - dans une tentative de créer l'apparence d'un discours civil qui n'est, en fait, qu'un mince voile sur une culture qui est toxique au cœur.

Cette toxicité s'est propagée à tous les niveaux de la société : gouvernement corrompu, médias incurieux, inflation débridée, et un malaise général s'installant dans l'esprit de nos jeunes dont l'un a récemment déclaré « fondamentalement, personne de moins de 40 ans ne pense que quelque chose de bien peut jamais arriver ». encore."

L'humanité est aux prises avec un cocktail toxique de sarcasme, de honte et de rage incandescente. La peur nous a dépassés, le mépris est notre attitude par défaut et nos échecs moraux sont si routiniers qu'ils sont devenus normalisés, voire héroïsés. Nous sommes, je pense, dans un état de désespoir collectif. Donc, ce n'est pas surprenant pour moi que j'aie du mal à garder espoir lorsqu'on me demande "Comment allons-nous arranger les choses?" puisque le désespoir est l'absence ou la perte d'espoir (du latin « sans » [de] et "espérer" [sperare]).

J'ai commencé à me demander d'où venait ce désespoir, quels effets à long terme il aurait sur nous et comment nous pourrions réapprendre à espérer. Les changements de croyance ne sont pas susceptibles de le faire. Bien qu'il puisse y avoir des "jonglages" internes ici et là, les lignes de bataille sont assez clairement tracées ; la plupart des gens construisent des forteresses autour des croyances qu'ils avaient au début de 2020.

Alors, comment gérons-nous les retombées des deux dernières années ? Comment reconstruire les ponts brûlés ? Comment apprenons-nous à rester à table lorsque la conversation prend un tour ? Comment concilier le besoin de s'accrocher à qui l'on est et le désir de vivre en paix avec les autres. Comment réapprendre à être humain ? Espérer à nouveau ?

Une (très brève) histoire d'espoir

Comme je le fais souvent, j'ai commencé à chercher des réponses dans l'histoire, dans les récits de ceux qui ont d'abord tenté de s'attaquer à ces problèmes.

L'histoire d'espoir la plus connue dans le monde antique est peut-être celle de Pandore. Célèbre, après qu'une foule de maux se soient échappés du bocal de Pandore, il ne restait plus qu'un espoir. Mais si l'espoir est un mal pourquoi est-il resté seul dans le bocal ? Et pourquoi, si c'est bon, était-ce dans le bocal en premier lieu ?

Certains traitaient l'espoir de frivole et de distrayant. Prométhée a écrit que Zeus empêchait les mortels de "prévoir leur destin" en leur donnant des "espoirs aveugles" et, pour Solon, les "espoirs vides" sont les indulgences de ceux qui sont enclins à faire des vœux pieux. Le toujours pragmatique Sénèque a dit de l'espoir et de la peur que "les deux marchent à l'unisson comme un prisonnier et l'escorte à laquelle il est menotté". (Sénèque, Des lettres 5.7-8). Pour les stoïciens, en général, l'espoir nous distrait du vrai travail de trouver comment vivre dans l'instant.

Pour Camus, le nihiliste de beaucoup de choses, l'espoir est un signe de la futilité de la vie, illustré par le « travail futile et sans espoir » de Sisyphe (Camus 119). Et pour Nietzsche, l'espérance est « le pire de tous les maux car elle prolonge les tourments de l'homme » (Nietzsche §71).

Mais l'espoir a également reçu des traitements favorables. Platon a décrit l'espoir comme l'un des "plaisirs de l'anticipation". Thomas Hobbes l'a qualifié de "plaisir de l'esprit". "L'espoir est éternel", a écrit le pape optimiste. Et Emily Dickinson a romancé l'espoir comme "la chose avec des plumes qui se perche dans l'âme et chante l'air sans les mots..."

L'histoire de l'espoir est une affaire intéressante mais compliquée.

Qu'est-ce que l'espoir?

Tout cela m'a fait réfléchir à ce qu'est l'espoir, que ce soit une émotion, une capacité, une vertu ou autre chose.

Les psychologues et les philosophes ont tendance à s'accorder sur le fait que l'espoir appartient à la famille des attitudes morales qui comprend la croyance, le désir, la foi et l'optimisme. La personne pleine d'espoir croit que de bonnes choses sont possibles, croit que l'avenir peut être meilleur que le présent et est généralement optimiste quant aux efforts de l'humanité.

Mais l'espoir est plus qu'un simple pollyannaisme. Alors que l'optimisme est la conviction que l'avenir sera meilleur d'une manière ou d'une autre, l'espoir est la conviction que l'on peut faire quelque chose pour que ça se passe mieux. L'espoir n'est pas passif. Attendre simplement la fin d'une situation désespérée, c'est comme « Attendre Godot » (qui, soit dit en passant, n'arrive jamais).

Au lieu de cela, l'espoir est une «attitude composée», consistant en un désir d'un résultat particulier et une attitude active vers la réalisation de ce résultat (Bloch 201). Chercheurs dans un 2013 étude a défini l'espoir comme "avoir la volonté et trouver le chemin", imaginer une voie logique pour atteindre les objectifs souhaités. L'espoir est personnel. Il est fondé sur la conviction qu'il y a des choses que nous pouvons faire maintenant pour créer le meilleur avenir que nous imaginons.

L'espoir est une attitude d'ingéniosité.

Pourquoi en avons-nous besoin ?

L'espoir est bien plus qu'un bien-être, une petite cerise sur le gâteau d'une vie qui se passe déjà plutôt bien. C'est éminemment pratique.

Une  étude du «Human Flourishing Program» de Harvard montre que l'espoir est corrélé à une meilleure santé physique et mentale globale, y compris une réduction du risque de cancer et de suicide, moins de problèmes de sommeil, un bien-être psychologique plus élevé et la capacité de se remettre plus efficacement d'une maladie. Notamment, l'espoir (ou ses croyances et attentes qui le composent) est la seule variable conduisant à l'amélioration des résultats d'une personne lorsque l'effet placebo est en jeu.

L'espoir a également une grande valeur morale et est particulièrement utile pour nourrir le courage. Alors que la peur effrénée engendre le désespoir, l'espoir aide à créer la confiance dont nous avons besoin pour être courageux. La confiance, nous dit Aristote, "est la marque d'une disposition pleine d'espoir". (Éthique à Nicomaque 3.7) Deux millénaires plus tard, Anne Frank a écrit que l'espoir "nous remplit d'un nouveau courage et nous rend à nouveau forts".

L'espoir comme vertu démocratique

En pensant à l'espoir, j'ai commencé à me demander s'il avait aussi une valeur sociale. Une chose qu'il fait est de nous rappeler notre humanité commune. Cela nous donne un sens de but et de solidarité. Il inspire et attire. Le discours « I Have a Dream » de Martin Luther King a offert un message d'espoir qui est devenu contagieux. L'espoir traduit le côté destructeur de nos sentiments communs d'impuissance - peur, incertitude, ressentiment, blâme - en quelque chose de constructif et d'unificateur. King, écrit Martha Nussbaum, "était très doué pour transformer la peur et la colère en un travail et un espoir constructifs et réalisables".

Pour le philosophe des Lumières Spinoza, espérer ensemble est naturel. Il a écrit que les gens sont unis par des espoirs et des peurs communs, et que la seule raison pour laquelle nous restons fidèles au contrat social - cet accord implicite qui a formé la société en premier lieu - est parce que nous espérons que nous obtiendrons une vie meilleure en le faisant. . L'espoir, dit-il, dépasse toujours la peur chez les personnes libres. Michael Lamb formalise la valeur sociale de l'espoir en l'appelant une vertu démocratique qui perfectionne les actes d'espoir chez les concitoyens pour obtenir des biens démocratiques.

Pourquoi l'espérance a-t-elle un tel pouvoir fédérateur ? Une des raisons, je pense, est que cela nous donne une histoire à raconter, un récit qui donne un sens à nos vies. Richard Rorty décrit l'espoir comme un méta-récit, une histoire qui sert de promesse ou de raison d'espérer un avenir meilleur. Faire cela en attendant ensemble, Rorty appelle «l'espoir social», ce qui nécessite un «document de promesse» de chacun de nous à l'autre. Quelle belle pensée. Avec toutes ces choses qui nous déchirent aujourd'hui, je ne peux m'empêcher d'être poussé par l'idée qu'un « document de promesse » pourrait nous aider à nous remettre ensemble.

Comment cultiver l'espoir en tant que vertu démocratique ?

Un bon point de départ consiste à reconnaître que le risque et l'incertitude seront avec nous pour toujours. Viser à les éradiquer est un signe de notre arrogance à penser que ce monde vaste et compliqué est un monde que nous pouvons contrôler. Être vulnérable aux autres - être ouvert à la possibilité de compter sur quelqu'un qui pourrait vous blesser - fait partie de ce que c'est que d'être humain. Mais décider d'embrasser le risque de la vie - se rendre rationnellement vulnérable - nécessite de la confiance, et la confiance est durement gagnée et facilement perdue dans notre monde où les interactions avec les autres sont à haut risque.

La vulnérabilité, la confiance et l'espoir devront se développer lentement et en tandem ; de petits pas vers la confiance nous feront nous sentir moins vulnérables et contribueront à jeter les bases de l'espoir. Et pendant que nous construisons cette fondation, nous pouvons travailler pour convertir notre vulnérabilité en quelque chose de bien, pour la voir comme quelque chose qui nous ouvre aux dons des autres, créant l'opportunité de développer de meilleures relations.

Aller de l'avant

Notre situation est-elle désespérée ? C'est si nous restons dans notre désespoir. Mais c'est un état contre nature. Espérer nous rend humains. Comme disait Dostoïevski, « Vivre sans espoir, c'est cesser de vivre ».

Sénèque a dit que nous devons choisir entre « projeter nos pensées loin devant nous » ou « nous adapter au présent ». (Sénèque, Des lettres 5.7-8). Je pense que c'est une fausse dichotomie. Nous pouvons choisir de regarder au-delà des ténèbres de ce moment tout en étant réalistes quant à ce que nous pouvons faire dans le présent pour concrétiser nos espoirs pour l'avenir. Nous sommes fatigués et désespérés, sans aucun doute, mais nous sommes aussi résilients et ingénieux.

Alors, comment construire une habitude d'espoir? Comment rendre l'espoir "collant" pour qu'il devienne une vertu sur laquelle nous pouvons compter.

Il est indéniable que cela prendra du temps, de l'engagement et un effort moral. Une grande partie de cela doit se produire dans nos simples communications quotidiennes avec la famille et les amis, que nous posions des questions, à quelle fréquence nous «prenons l'appât». Nous devons réapprendre à être curieux, à poser des questions non rhétoriques, à maintenir une conversation alors que nos croyances s'alignent et divergent. Il faut plus de temps et de patience qu'on ne le pense pour tolérer et respecter les autres. Pope avait peut-être raison. L'espoir peut jaillir éternellement. Mais il faut des efforts pour faire couler le printemps.

Voici quelques choses que nous pouvons faire pour le faire fonctionner :

  • Une chambre à soi : Quelque part le long de la ligne, nous avons perdu l'intérêt de penser par nous-mêmes. À un moment donné, nous avons décidé que notre principale obligation était de « s'intégrer », d'externaliser notre réflexion, de nous conformer et de nous conformer. En fait, le contraire est vrai. C'est la pensée critique des individus - en particulier des aberrants - qui a toujours inspiré et régulé les masses. Pour penser de manière critique, nous avons besoin d'une certaine distance par rapport à la « foule en délire », une « chambre à nous » dans laquelle traiter ce qui nous arrive, dans laquelle trouver la confiance dont nous avons besoin pour recommencer à espérer.
  • Littérature, histoire et art : Ces choses nous aident à nous sentir moins désespérés en nous rappelant que nous ne sommes pas seuls, que d'autres ont lutté comme nous le faisons maintenant (et probablement PLUS alors). Ils nous donnent également des héros d'espoir - Florence Nightingale, Atticus Finch, pour n'en nommer que deux - qui ont fait quelque chose de constructif à partir du désespoir. L'art transcende les différences et nous rappelle les parties les plus profondes de nous-mêmes que la minutie et le stress de la vie suppriment souvent. Nous devons réintégrer les arts libéraux à tous les niveaux de l'éducation afin de savoir comment mettre la science et la technologie à notre service (et non l'inverse).
  • Sens: Notre monde, sous le choc d'une chute libre postmoderniste, est largement défini par un abandon des méta-récits du passé (marxisme, utilitarisme, voire christianisme). Si quelque chose n'intervient pas pour prendre leur place, il n'est pas surprenant que nous soyons confrontés à une crise de sens. Si nous n'aimons pas les anciennes sources de sens, nous devons en trouver de nouvelles. Il faut croire en quelque chose pour pouvoir espérer.
  • Starte au pardon : L'étude de Harvard à laquelle j'ai fait référence ci-dessus identifie des choses qui aident à créer de l'espoir : l'activité physique, la fréquence des contacts avec des amis et, fait intéressant, le pardon. Une étude ont en fait constaté que les traitements de pardon, tels que l'intervention psychothérapeutique pour aider les gens à pardonner aux autres, renforcent l'espoir. L'espoir est un système de rétroaction positive ; ce que vous faites pour le nourrir, comme apprendre à pardonner, deviendra beaucoup plus facile à mesure que vous construisez une fondation d'espoir.

L'espoir est-il aveugle ?

Peut-être. Mais cela fait partie de ce qui le rend si précieux. Notre monde est en proie au changement et à l'incertitude. Il est difficile de trouver sa place, et encore moins d'être optimiste, dans cette atmosphère de risque. Mais un monde sans risque, un monde dans lequel nous avons le contrôle de toutes les variables de la vie, est aussi un monde sans besoin d'espoir. Pour aller de l'avant, il faut croire que nos efforts sont significatifs même s'ils ne donnent pas exactement ce que nous envisageons.

L'aveuglement de Hope n'est pas le reflet de notre naïveté mais le signe de la confiance que nous avons en nous et les uns envers les autres. Et c'est à cause de la confiance et de la confiance que nous sommes prêts à nous engager dans des projets significatifs. L'espoir, dit le Dr Judith Rich, "est une allumette dans un tunnel sombre, un moment de lumière, juste assez pour révéler le chemin à parcourir et finalement la sortie."

Vivrons-nous pour voir un monde meilleur ? Allons-nous travailler notre chemin hors de cette obscurité actuelle? Je ne sais pas. Mais on peut l'espérer. Et on peut y travailler là où on est, avec les gens qu'on connaît, dans les petits choix qu'on fait tous les jours. Il a fallu beaucoup de temps pour nous rendre là où nous en sommes et il faudra autant de temps et d'efforts pour reconstruire ce que nous avons perdu. Nous pouvons faire le choix rationnel d'espérer un avenir meilleur. Et nous pouvons faire de petits pas vers cet avenir en choisissant l'espoir dès maintenant.


Ouvrages cités:

Aristote. Éthique à Nicomaque. Traduit par D. Ross et L. Brown (éd.), Oxford : Oxford University Press, 2009.

Bloch, Ernest. Le principe de l'espoir, 3 tomes. Traduit par N. Plie, S. Plie et P. Knight, The MIT Press, 1986.

Camus, Albert. Le mythe de Sisyphe et autres essais, Livres anciens, 1955.

Agneau, Michel. « Thomas d'Aquin et les vertus de l'espérance : théologiques et démocratiques : Thomas d'Aquin et les vertus de l'espérance. Journal d'éthique religieuse, 16 mai 2016, p. 300–332.

Nietzsche, Frédéric. Humain, trop humain et au-delà du bien et du mal, édité par H. Zimmern et PV Cohn, Wordsworth Editions, 2008.

Sénèque, Lucius Annaeus. Lettres d'un stoïcien. Traduit par Robin Campbell, Pingouin, 1969.

Tiré à part de l' Fonds pour la démocratie



Publié sous un Licence internationale Creative Commons Attribution 4.0
Pour les réimpressions, veuillez rétablir le lien canonique vers l'original Institut Brownstone Article et auteur.

Auteur

  • Julie Ponesse

    La Dre Julie Ponesse, boursière Brownstone 2023, est une professeure d'éthique qui a enseigné au Huron University College de l'Ontario pendant 20 ans. Elle a été mise en congé et interdite d'accès à son campus en raison du mandat de vaccination. Elle a présenté à la série Foi et Démocratie le 22, 2021. Le Dr Ponesse a maintenant assumé un nouveau rôle avec The Democracy Fund, un organisme de bienfaisance canadien enregistré visant à faire progresser les libertés civiles, où elle est spécialiste de l'éthique en cas de pandémie.

    Voir tous les messages

Faire un don aujourd'hui

Votre soutien financier à l'Institut Brownstone sert à soutenir des écrivains, des avocats, des scientifiques, des économistes et d'autres personnes courageuses qui ont été professionnellement purgées et déplacées pendant les bouleversements de notre époque. Vous pouvez aider à faire connaître la vérité grâce à leur travail continu.

Abonnez-vous à Brownstone pour plus de nouvelles

Restez informé avec le Brownstone Institute