Grès brun » Journal de pierre brune » Philosophie » L'amour, pas la peur, nous fera traverser cette crise

L'amour, pas la peur, nous fera traverser cette crise

PARTAGER | IMPRIMER | E-MAIL

Récemment, une statistique à couper le souffle a été promue dans les médias grand public en Australie : « Si vous êtes vacciné, [il y a] 200 fois moins de risque qu'[une autre personne vaccinée] vous infecte » (REF).

Cela a été à son tour répété par le média financé par l'État néo-zélandais, TVNZ : « Si deux personnes sont complètement vaccinées, le risque d'infection est réduit de 200 fois. Si une personne est vaccinée et que l'autre ne l'est pas, cependant, le nombre de personnes vaccinées infectées est dix fois moins élevé car cela ne dépend que d'un seul vaccin » (REF); et l'histoire s'est depuis propagée dans le paysage de l'information, en particulier à partir de sources médiatiques grand public.

Ces articles (comme de nombreux autres articles provenant de sources similaires) sont combinés avec d'autres messages connexes qui ont le potentiel d'instiller une énorme quantité de peur chez les gens - peur de recevoir les injections de Covid le plus rapidement possible, et peur et ressentiment envers les personnes qui ont choisi de ne pas le faire. Ma première pensée a été que ce chiffre devait être exagéré, sur la base de mes autres observations récentes. Mais ensuite j'ai pensé, et si c'était réellement vrai ? Alors, une peur et un ressentiment aussi intenses ne seraient-ils pas justifiés ? Pour le savoir, prenons un moment et faisons de notre mieux pour mettre de côté tout parti pris que nous pourrions avoir, et examinons ces déclarations avec l'esprit d'une enquête critique objective.

Tout d'abord, regardons qui est l'auteur de l'article original. Il s'avère que les deux auteurs reçoivent des fonds des gouvernements néo-zélandais et australien. Intéressant. Cela signale définitivement un conflit d'intérêts potentiel. Et jetons un coup d'œil aux études de recherche évaluées par des pairs qui ont conduit les auteurs à cette conclusion extraordinaire. Euh, attendez une minute… hmmm… il semble que ce soit le cas ne sauraient  tirent réellement de toute recherche de ce type. Ce qu'ils indiquent, ce sont 3 sources d'information : 1 recherche "pré-imprimée" étude (ce qui signifie qu'il n'a pas encore passé l'examen par les pairs et doit donc être pris avec un gros grain de sel); une affirmation des «responsables de la santé de Victoria» selon laquelle «les résidents non vaccinés sont dix fois plus susceptibles d'attraper un coronavirus qu'une personne qui a reçu une double dose de vaccin», mais sans lien avec la recherche ou les données spécifiques utilisées pour faire cette affirmation; et une agence de modélisation financée par le gouvernement (qui soulève 2 drapeaux - un conflit d'intérêts potentiel et l'utilisation de la modélisation plutôt que des données en temps réel - la modélisation est une prévision basée sur un certain ensemble d'hypothèses et est généralement beaucoup moins fiable que données en temps réel, surtout compte tenu du grand nombre d'inconnues et de complexités dans ce cas).

Qu'en est-il des calculs que ces auteurs ont effectués pour arriver à leur affirmation extraordinaire ? La seule étude à laquelle ils sont liés (rappelons qu'elle a ne sauraient  ont été évalués par des pairs) ont conclu à une réduction d'environ 50 % de la transmission chez les personnes entièrement vaccinées par rapport aux personnes non vaccinées (ce qui est environ 2 fois), mais ils n'ont pas mentionné que cette étude a également conclu que cet avantage diminue rapidement à aucune réduction des taux de transmission à 12 semaines après la vaccination. Les auteurs multiplient ensuite ce chiffre par leur affirmation non fondée selon laquelle les non vaccinés sont infectés à 10 fois le taux des non vaccinés (arrivant ainsi à 20 fois), puis multiplient ce chiffre par 10 encore une fois pour affirmer que les non vaccinés propagent le virus entre eux à 200x le taux de vaccinés ; et sont 10 fois plus susceptibles d'infecter une personne vaccinée.

Ayant moi-même étudié les mathématiques et les statistiques de haut niveau, et ayant mené et publié mes propres recherches, je peux vous dire qu'il s'agit de l'une des pires « recherches » déformantes et des plus mal référencées que j'ai rencontrées, et je suis très surpris. pour voir qu'il obtiendrait autant de temps d'antenne. Mais qui sait, peut-être y a-t-il une part de vérité dans ce gâchis. Prenons quelques minutes pour porter notre attention sur présenter littérature de recherche évaluée par des pairs et voyez si elle a quelque chose à dire…

Super. Il s'avère que là avons Il y a eu pas mal d'études de recherche évaluées par des pairs (ainsi que pré-imprimées), s'appuyant sur des données du monde réel (pas seulement des prévisions de modélisation) et se concentrant sur cette même question : Quelle est la différence de taux de transmission entre les vaccinés et les non vaccinés. Voyons donc quelles conclusions ces études ont tirées :

Les augmentations de COVID-19 ne sont pas liées aux niveaux de vaccination dans 68 pays et 2947 comtés aux États-Unis

"Au niveau national, il ne semble pas y avoir de relation perceptible entre le pourcentage de la population entièrement vaccinée et les nouveaux cas de COVID-19 au cours des 7 derniers jours (Fig. 1). En fait, la ligne de tendance suggère une association légèrement positive telle que les pays avec un pourcentage plus élevé de population entièrement vaccinée ont des cas de COVID-19 plus élevés pour 1 million de personnes. Notamment, Israël, avec plus de 60 % de sa population entièrement vaccinée, a enregistré les cas de COVID-19 les plus élevés pour 1 million de personnes au cours des 7 derniers jours. L'absence d'association significative entre le pourcentage de population entièrement vaccinée et les nouveaux cas de COVID-19 est encore illustrée, par exemple, par la comparaison de l'Islande et du Portugal. Les deux pays ont plus de 75 % de leur population entièrement vaccinée et ont plus de cas de COVID-19 pour 1 million d'habitants que des pays comme le Vietnam et l'Afrique du Sud qui ont environ 10 % de leur population entièrement vaccinée.

La conclusion: Aucune preuve de réduction des taux de transmission pour les personnes entièrement vaccinées par rapport aux personnes non vaccinées ; et en fait il semble y avoir un peu positif corrélation entre les pourcentages de vaccination et les taux de transmission virale (c'est-à-dire que plus le pourcentage de vaccinations est élevé, plus les taux de transmission sont élevés).

Éclosion d'infections par le SRAS-CoV-2, y compris les infections par percée vaccinale COVID-19, associées à de grands rassemblements publics - Comté de Barnstable, Massachusetts, juillet 2021

"En juillet 2021, 469 cas de COVID-19 associés à plusieurs événements estivaux et à de grands rassemblements publics dans une ville du comté de Barnstable, Massachusetts, ont été identifiés parmi les résidents du Massachusetts." Environ 69 % des participants à ces rassemblements étaient entièrement vaccinés ; et pourtant 74% des infections se sont produites parmi les personnes entièrement vaccinées, ce qui suggère au moins autant de risque d'infection par les participants entièrement vaccinés que par les participants non vaccinés ou partiellement vaccinés. 79 % des patients vaccinés étaient symptomatiques ; 4 des 5 patients hospitalisés étaient complètement vaccinés et aucun décès n'a été signalé parmi les personnes infectées (vaccinées ou non). De plus, aucune différence significative dans la charge virale n'a été trouvée entre les vaccinés et les non vaccinés, ce qui suggère que les deux groupes - les complètement vaccinés et les vaccinés - présentent des risques de transmission très similaires.

La conclusion: très peu de différence dans les taux de transmission entre les personnes entièrement vaccinées et les personnes non vaccinées, avec en fait un léger augmentation risque d'infection et d'hospitalisation chez les personnes entièrement vaccinées.

Les variantes delta du SRAS-CoV-2 provoquent une augmentation significative des cas de découverte de vaccins COVID-19 à Houston, au Texas

Cette étude n'a pas cherché à comparer spécifiquement les taux d'infection et de transmission parmi les vaccinés et les non vaccinés, se concentrant plutôt davantage sur la comparaison des taux d '«infections percées» entre la variante Delta et les anciennes variantes, et montrant que les vaccins ont généralement fourni beaucoup moins de protection de l'infection par le variant Delta par rapport aux anciens variants, ce qui est déjà bien établi. Cependant, aux fins de notre discussion ici, cette étude comprenait une comparaison de la charge virale entre les personnes entièrement vaccinées et les personnes non vaccinées.

La conclusion: très peu de différence, voire aucune, dans les taux de transmission entre les personnes entièrement vaccinées et les personnes non vaccinées.

Transmission communautaire et cinétique de la charge virale du variant SARS-CoV-2 delta (B.1.617.2) chez des individus vaccinés et non vaccinés au Royaume-Uni : une étude de cohorte prospective, longitudinale

Les membres du ménage qui devaient rester isolés ensemble ont été évalués, en examinant en particulier les taux d'infection et de transmission, les taux de charge virale et la durée, et en les comparant entre les différents statuts vaccinaux.

Les résultats : 25 % des individus complètement vaccinés exposés aux personnes initialement infectées ont été eux-mêmes infectés, tandis que 38 % des individus non vaccinés ont été infectés - donc un taux d'infection légèrement plus élevé pour les non vaccinés. Les individus vaccinés ont atteint le même pic de charge virale que les individus non vaccinés, bien que la durée du pic ait été légèrement plus courte. Cependant, malgré cette durée de maladie plus courte pour les personnes entièrement vaccinées, leur taux de transmission du virus à d'autres était en fait légèrement supérieur que pour les personnes non vaccinées – 25 % des personnes exposées à des personnes infectées entièrement vaccinées sont devenues elles-mêmes infectées ; alors que seulement 23% des personnes exposées à des personnes infectées non vaccinées ont été infectées.

La conclusion: c'est la seule étude que j'ai trouvée montrant un léger avantage pour les personnes complètement vaccinées en ce qui concerne l'infection par un porteur (25 % contre 38 % de ceux qui n'étaient pas vaccinés, ce qui suggère un risque d'environ 1.5 fois, et non 10 fois !) , mais ensuite très peu de différence dans les taux de transmission entre les différents statuts vaccinaux, les personnes complètement vaccinées présentant en fait des taux de transmission légèrement plus élevés que les non vaccinés (25 % contre 23 %).

Les trois articles suivants sont encore en « préimpression », ce qui signifie qu'ils n'ont pas encore terminé le processus d'examen par les pairs ; cependant, ils représentent toujours des essais contrôlés, donc même si nous devrions certainement les prendre avec un grain de sel, ils nous donnent au moins accès à leurs données et à leur méthodologie, ils ont donc clairement plus de validité que l'article mentionné en haut de ce article, qui repose sur une affirmation de taux d'infection 10x pour les non vaccinés sans références claires à la recherche, à la méthodologie ou à toute donnée significative.

Aucune différence significative dans la charge virale entre les groupes vaccinés et non vaccinés, asymptomatiques et symptomatiques lorsqu'ils sont infectés par la variante delta du SRAS-CoV-2

Cette étude a recueilli des données auprès d'individus asymptomatiques mais testés positifs au Covid, puis a comparé ces charges virales (qui se traduisent essentiellement par le risque de transmission), analysant les différences entre vaccinés et non vaccinés, et entre symptomatiques et asymptomatiques dans chacune de ces catégories. .

La conclusion: "Nous n'avons trouvé aucune différence significative dans les valeurs seuils du cycle entre les groupes vaccinés et non vaccinés, asymptomatiques et symptomatiques infectés par le SRAS-CoV-2 Delta." Cela se traduit par aucune différence significative de charges virales, et donc aucune différence significative de risque de transmission virale, entre ces différents groupes.

Excrétion du SRAS-CoV-2 infectieux malgré la vaccination

«Nous avons comparé les données de seuil de cycle RT-PCR (Ct) de 699 échantillons d'écouvillonnage nasal antérieur positifs au test provenant d'individus entièrement vaccinés (n = 310) ou non vaccinés (n = 389). Nous avons observé de faibles valeurs de Ct (<25) chez 212 des 310 personnes entièrement vaccinées (68 %) et 246 des 389 (63 %) personnes non vaccinées. Le test d'un sous-ensemble de ces échantillons à faible Ct a révélé le SRAS-CoV-2 infectieux dans 15 des 17 échantillons (88%) de personnes non vaccinées et 37 sur 39 (95%) de personnes vaccinées.

La conclusion: des valeurs de Ct plus faibles correspondent à des charges virales plus élevées, et donc à un risque de transmission plus élevé. Dans cet échantillon de 699 individus testés positifs au Covid, les charges virales étaient légèrement augmentation chez les personnes entièrement vaccinées que chez les personnes non vaccinées, et le pourcentage de personnes confirmées contagieuses était également augmentation dans le groupe complètement vacciné.

Le district de la ville de Waterford a le taux d'infections à Covid-19 le plus élevé de l'État: le comté a également le taux de vaccination le plus élevé de la République

Cet article n'est pas lui-même un essai contrôlé ; cependant, il nous fournit des données, et la conclusion est frappante, d'autant plus qu'il s'agit d'un article publié dans les médias grand public, et ce qu'il déclare va clairement à l'encontre du récit sanctionné par l'État : la région d'Irlande avec le plus haut le taux d'infection à Covid se trouve également être la région avec le taux de vaccination le plus élevé (99.7 % de tous les adultes de plus de 18 ans sont complètement vaccinés !), la récente augmentation rapide des taux d'infection étant corrélée à la récente augmentation rapide des vaccinations, cette région étant passée de l'un des taux d'infection les plus bas d'Irlande au taux le plus élevé au cours de cette période. Je pense qu'il serait assez difficile d'affirmer que la transmission des 0.3 % restants est la seule responsable de cette épidémie. Comme mentionné dans le premier article mentionné ci-dessus, des tendances similaires ont été constatées ailleurs dans le monde.

Je pourrais facilement continuer, mais je pense que vous avez compris – nous voyons des chiffres très similaires émerger rapidement dans le monde partageant essentiellement les mêmes conclusions : Il y a très peu de différence à la fois dans l'infection et taux de transmission entre vaccinés et non vaccinés. Et c'est en fait un peu généreux car il semble y avoir une tendance à des taux de transmission légèrement plus élevés chez les personnes entièrement vaccinées.

Ainsi, face à toutes ces preuves, nous trouvons des sources financées par le gouvernement répandant le message que les non vaccinés transmettent le virus à 200 fois le taux des vaccinés… ?! Wow, juste wow…

Il convient de noter que certains des articles mentionnés ci-dessus, et d'autres, ont fourni des preuves que, bien que la vaccination semble avoir très peu d'effet sur les taux d'infection et de transmission, elle peut réduire dans une certaine mesure la probabilité de contracter une maladie grave pour certaines populations, au moins pendant les quelques mois précédant la disparition de cet avantage, moment auquel des « rappels » sont nécessaires pour maintenir cet avantage. Cependant, ce qui a été complètement ignoré (ou même activement supprimé) dans le discours dominant est :

(a) la question des effets indésirables graves et de la mortalité déjà associée à ces vaccins (voir par exemple ici et ici);

(b) le fait que ces vaccins ont encore un statut expérimental sans aucune donnée disponible sur l'innocuité à long terme, bien que certains signes inquiétants apparaissent déjà, tels que la preuve d'une augmentation de la mortalité toutes causes confondues être corrélé avec la vaccination;

(c) le fait que la vaccination de masse (par opposition à la vaccination sélective des plus vulnérables) est susceptible d'exercer une forte pression évolutive sur le virus (appelée pression épigénétique), conduisant à l'émergence rapide de nouvelles souches résistantes aux vaccins existants et risquant de devenir de plus en plus pathogènes ;

d) le fait qu'il existe plus d'un mille études de recherche (beaucoup évalués par des pairs), impliquant des centaines de milliers de participants, qui fournissent des preuves convaincantes de méthodes alternatives de traitement précoce, dont beaucoup ont des profils d'innocuité beaucoup plus rassurants que les vaccins ;

(e) le fait que certains changements de mode de vie peuvent avoir un impact positif énorme sur la réduction des risques de Covid, comme l'augmentation la nutrition et exercer, Réduisant obésité et diabèteet réduisant Une carence en vitamine D;

et (f) le fait qu'il existe de nombreux autres préjudices graves associés à l'approche très stricte et réductionniste du « confinement et vaccination » - par exemple, l'isolement social et l'escalade suicide et troubles mentauxla violence domestique et la maltraitance des enfants, la perturbation des services essentiels de santé et de bien-être, la faillite généralisée des entreprises et la perte des moyens de subsistance.

Donc, pour en revenir à la prémisse principale de cet article, comment ces gouvernements et ces sources médiatiques grand public peuvent-ils s'en tirer en faisant des affirmations aussi fantastiques qui vont clairement à l'encontre des données réelles qui émergent tout autour de nous, tout en ignorant ou en supprimant activement tous les d'autres problèmes majeurs évoqués ci-dessus ? Et plus important encore, why sur Terre voudraient-ils faire cela – attisant clairement les feux de la peur, de l'animosité et de la division dans nos communautés déjà troublées ?

Pour y répondre, il sera utile de considérer 2 concepts clés : le premier est la réponse à la menace humaine —notre réponse humaine naturelle face à l'insécurité et à la peur - chercher désespérément à (a) identifier la source de la menace perçue, et (b) agir d'une manière ou d'une autre pour neutraliser cette menace, même si ceux-ci ne sont pas fondés sur une raison valable. Ce dernier point est tellement important, je le réitère : face à une peur importante, surtout lorsque la source de la peur n'est pas claire au départ et/ou que l'on est face à des informations contradictoires, alors nos facultés d'esprit critique et de pensée rationnelle diminuent , parfois substantiellement, et ce qui devient primordial, c'est de créer quelques sentiment de sécurité, même si notre nouvelle sécurité repose sur une prémisse irrationnelle.

Nous voyons clairement ce phénomène chez les personnes qui sont devenues la proie de ce que l'on appelle généralement « l'illusion paranoïaque » ; cependant, lorsqu'un tel état s'empare d'une partie importante d'une population, une sorte de délire paranoïaque collectif peut s'installer, à des degrés plus ou moins importants. L'histoire humaine est remplie de tels exemples; et malheureusement, les résultats en ont parfois été terriblement tragiques, y compris la guerre internationale, la guerre civile, le totalitarisme, l'oppression et la discrimination violentes, et même le génocide.

Le principe du la propagande nous fournit le deuxième point clé lorsque nous examinons la question : "Comment et pourquoi de telles affirmations fantastiques (et des omissions tout aussi fantastiques) sont-elles faites face à des preuves contradictoires aussi claires ?" Propagande est généralement défini comme « une information, en particulier de nature biaisée ou trompeuse, utilisée pour promouvoir une cause ou un point de vue politique ». Indépendamment de la bienveillance ou de la malveillance que vous pourriez personnellement croire, les sources derrière l'allégation explorée dans cet article (c'est-à-dire les gouvernements australien et néo-zélandais, les médias grand public, les principales sources de financement de ces organisations, y compris en particulier l'industrie pharmaceutique nombre d'autres acteurs clés de l'entreprise), il existe un programme politique très clair : faire vacciner le plus de personnes possible le plus rapidement possible.

Encore une fois, vous pouvez ou non être personnellement d'accord avec ce programme, et il peut ou non provenir véritablement de bonnes intentions, mais on ne peut le nier pour ce qu'il est - un programme politique. Et dans le monde moderne, partout où il y a un agenda politique, il y aura presque certainement des reportages biaisés ; et lorsque ce programme est soutenu par ceux qui sont généralement en charge de la politique de santé traditionnelle et des médias grand public, et lorsqu'un état de peur s'est généralement emparé de la population majoritaire, ce programme ainsi que ses préjugés sont susceptibles de s'enraciner sérieusement de la majorité de la population. Un peu comme un virus lui-même, pourrait-on dire.

Malheureusement, cette propagande semble s'orienter de plus en plus vers un schéma très inquiétant, qui a été utilisé par divers régimes autoritaires passés et présents : premièrement, identifier une véritable crise (ou en fabriquer une si nécessaire) ; puis soufflez sur les braises de la peur et de la polarisation qui se produisent naturellement à la suite d'être confronté à une menace aussi importante ; enfin, exagérez régulièrement cette réponse à la menace avec des informations de plus en plus alarmantes (et probablement de plus en plus fausses). Cette stratégie peut être un moyen très efficace d'apporter un changement de comportement à grande échelle, le résultat profitant souvent à ceux qui bénéficient du statu quo en détournant l'attention des masses sur la menace perçue les unes des autres, plutôt que sur la bien plus menace sérieuse et authentique perpétrée par les pouvoirs en place. En d'autres termes, il existe une préséance historique de ceux qui, dans les échelons supérieurs de la société, retournent les «sbires» les uns contre les autres alors qu'ils s'emparent tranquillement de plus en plus de pouvoir et de richesse.

Je ne dis pas que je crois personnellement que c'est le but explicite d'un tel message de propagande venant des gouvernements néo-zélandais et australien et de leurs porte-parole associés – je laisserai les autres se forger leur propre opinion à ce sujet. Personnellement, aussi cynique que je puisse parfois ressentir face à la situation, je préférerais vraiment donner au gouvernement et à ses associés le bénéfice du doute, et considérer qu'ils n'ont que les meilleures intentions pour nous tous. Ce que je am dire, c'est que je vois émerger des drapeaux rouges très inquiétants ; et aussi inconfortable que cela puisse être pour moi de le faire, je me sens obligé d'en parler, en particulier compte tenu de mon expérience en tant que psychologue clinicien, avec certaines connaissances sur les traumatismes, la psychose et le pouvoir et la corruption étendus de l'industrie pharmaceutique (la mienne recherche doctorale ayant porté sur ces trois questions). Consciemment ou non, je crains que nous ne somnambulions collectivement à une catastrophe très grave – une catastrophe qui pourrait être bien pire que le virus Covid. Permettez-moi de développer un peu cela:

Encore une fois, partons d'une attitude de «bonne foi» envers ces gouvernements et organisations associées. Laissons de côté un instant le fait que l'industrie pharmaceutique et ses associés ont une influence extraordinaire sur ces pays, sur la politique et la réglementation générales en matière de santé, et sur une grande partie du monde occidental ; qu'ils tirent d'énormes richesses et du pouvoir de cette crise ; qu'ils se sentiraient naturellement tentés de faire tourner quelques faits pour générer encore plus de richesse et de pouvoir ; et qu'ils ont déjà été arrêtés et condamnés pour avoir fait exactement cela de nombreuses fois dans le passé (on pourrait dire que la fraude est simplement devenue un coût de plus pour l'industrie pharmaceutique). Laissons plutôt cette question de côté et supposons que le gouvernement et les médias grand public n'ont que les meilleures intentions pour nous tous dans cette approche particulière qu'ils adoptent - que la seule chose qui les intéresse est d'essayer de minimiser les dommages causée par Covid, et qu'ils croient sincèrement que les tactiques particulières auxquelles ils ont recours, aussi brutales et opaques qu'elles puissent être parfois, sont les moyens les plus efficaces à cette fin.

Alors que font-ils exactement ? Eh bien, comme discuté ci-dessus (cette affirmation fantastique particulière n'étant qu'un exemple parmi tant d'autres), ils diffusent clairement un message très étroit, trop simpliste et déformé sur les vaccins - "les vaccins sont notre seule option de traitement et ils sont parfaitement sûr et efficace, nous devons donc faire vacciner le plus de personnes possible le plus rapidement possible ; ceux qui choisissent de s'abstenir de vaccins sont extrêmement imprudents et égoïstes ; et vous devez faire très attention à ne pas vous faire laver le cerveau par les "anti-vaccins" et toute cette "désinformation" qu'ils répandent - vous voulez particulièrement ignorer les études de transmission, les preuves d'effets secondaires graves des vaccins, les preuves de les options de traitement alternatives, et la preuve que Covid se propage toujours rapidement dans les régions où les taux de vaccination sont très élevés et parmi ceux qui sont complètement vaccinés.

Donc, même en accordant à ces pouvoirs le bénéfice du doute, pouvons-nous vraiment dire que la fin (faire vacciner autant de personnes que possible) justifie vraiment les moyens (ignorer ou supprimer activement les preuves qui remettent en question la sagesse de leur approche, et souffler activement sur les braises de la peur, de la division et de la méfiance les uns envers les autres et envers nos élus) ? Et de plus, cette stratégie atteint-elle même la « fin » souhaitée ? Bien sûr, il y a clairement de nombreuses personnes « réticentes aux vaccins » qui sont poussées à prendre les injections de Covid par la menace de la perte de leurs moyens de subsistance et/ou d'autres libertés civiles. Mais n'est-il pas également vrai que ce grave manque de transparence et cette « campagne d'information » fortement biaisée poussent beaucoup d'autres à se méfier de plus en plus de nos élus et des autres « pouvoirs en place » ? N'est-il pas également vrai que nous avons abandonné le droit humain sacré de longue date à consentement éclairé, c'est-à-dire pouvoir choisir à quelle intervention médicale nous participons sans coercition ni force ? N'est-il pas également vrai que cette approche pousse de nombreuses personnes à s'opposer encore plus aux directives gouvernementales ? N'est-il pas vrai que de nombreuses entreprises et organisations ont été gravement lésées ou mises en faillite par ces méthodes ? N'est-il pas vrai que ces tactiques augmentent rapidement la peur et l'animosité que les gens ressentent les uns envers les autres - les "pro-vaxxers" contre les "anti-vaxxers", les "pro-choix" contre les "anti-choicers" ? Quel effet ce type de rupture sociale est-il susceptible d'avoir sur notre société, à court terme et à long terme ?

Encore une fois, nous avons vu une histoire similaire se dérouler dans différentes parties du monde dans le passé et dans le présent, et les résultats ne sont généralement pas beaux. Regarde ça article récent de la mienne pour une exploration plus détaillée des dommages psychologiques et sociaux qui sont susceptibles de se produire (et qui se produisent en fait déjà) à la suite de ces sévères tactiques de « pouvoir sur » perpétrées par nos instances dirigeantes.

Nombreux sont ceux qui peuvent croire que les avantages tirés de cette campagne de peur et d'oppression (c'est-à-dire sa prétendue efficacité à atténuer le risque de Covid) valent les nombreux préjudices graves qui lui sont associés. Mon avis personnel ? J'explore ce sujet de manière assez intensive depuis un moment maintenant, faisant de mon mieux pour considérer tous les angles ; et lorsque l'on considère cette question de manière holistique, avec tous ces divers facteurs pris en compte, je ne suis pas du tout convaincu par ce raisonnement. J'en suis venu à croire que la seule chose qui nous sortira de ce gâchis est l'empathie, le dialogue mutuel, la transparence et la transition générale des tactiques de « pouvoir sur » à une approche de « pouvoir avec » mutuellement stimulante.

En parlant d'agendas politiques, tout lecteur à l'esprit critique est susceptible de se demander à ce stade : qu'est-ce que my (Paris Williams, l'auteur de cet article) agenda ? Et quels sont mes préjugés ?

Je suis humain bien sûr, et je reconnais volontiers que Oui, j'ai un ordre du jour. J'ai mes propres préjugés et préjugés, certains qui sont clairs pour moi, et que je fais de mon mieux pour tenir de manière transparente, et d'autres que je soupçonne d'avoir mais dont je suis encore plus ou moins inconscient. Vous pourriez dire que je me livre même à un certain degré de propagande moi-même avec cet article et d'autres articles que j'ai écrits (je soupçonne que certains d'entre vous ressentiront cela plus que d'autres !). Il est vrai que j'essaie de diffuser « des informations dans l'intention de promouvoir une cause ou un point de vue politique », même si je fais vraiment de mon mieux pour ne pas déformer la vérité, du moins pas consciemment. Quel est donc cet ordre du jour ?

Comme j'imagine que c'est le cas pour beaucoup de gens, tout ce que je veux vraiment, c'est mener une vie agréable et pleine de sens dans un monde sain et prospère. J'aspire à vivre dans un monde où les besoins de chacun sont pris en compte, et dans lequel nous travaillons ensemble pour développer des stratégies où les besoins essentiels de chacun sont satisfaits ; où nous pouvons faire la transition vers un monde véritablement durable et juste, vivant dans une paix et une harmonie relatives les uns avec les autres et avec nos compatriotes terriens ; où nos enfants et petits-enfants peuvent éprouver la joie indescriptible d'être membres d'une planète prospère et abondante. Je dirais donc que c'est mon agenda personnel en un mot.

Et pourtant, je vois une biosphère qui s'effondre rapidement, alors que nous entrons dans la sixième extinction massive de l'histoire de cette planète, celle-ci étant causée par us; où le climat commence déjà à montrer des signes inquiétants de perte de contrôle et où la nourriture risque de devenir de plus en plus rare ; où nos réponses personnelles et collectives aux menaces sont susceptibles de devenir de plus en plus sensibles à mesure que le monde devient un endroit de plus en plus difficile pour survivre et prospérer ; où nous deviendrons tous de plus en plus vulnérables à être détournés par la peur, l'animosité et la polarisation. J'aimerais vraiment ne pas voir notre situation comme étant si grave, mais après avoir passé tant d'heures et d'années à examiner les preuves (y compris ce dont j'ai été témoin de mes propres yeux), maintenant que je l'ai vu, je ne peut plus l'ignorer.

Et nous avons ici cette pandémie - une crise mondiale qui se déroule rapidement, avec tous les ingrédients qui accompagnent une réponse collective à la menace humaine qui émerge rapidement - polarisation, peur, paranoïa, animosité, violence, thésaurisation, confusion, désespoir et impuissance. Et pourtant, heureusement, il y a un autre aspect de la nature humaine qui a également tendance à faire surface pendant une telle crise - l'attrait de beaucoup pour le courage, l'empathie, la compassion, le sacrifice et la créativité. Mais je trouve que ce dernier ne peut vraiment prendre racine que lorsque nous permettons à l'amour et non à la peur de s'asseoir dans le siège du conducteur. Comme l'ont reconnu de nombreuses traditions de sagesse, nous trouvons une sorte de bataille qui se déroule à la fois à l'intérieur et à l'extérieur de nous, entre ce qui est essentiellement l'amour et la peur ; et c'est finalement à chacun de nous de décider lequel de ceux-ci nous aimerions cultiver, lequel de ceux-ci nous aimerions être plus ou moins responsable, et pourtant nous sommes tous vulnérables à l'influence des diverses forces qui nous entourent. Je trouve donc profondément troublant et décourageant de voir tant de dirigeants appuyer si fort sur le bouton « peur » plutôt que sur le bouton « amour » de notre nature. Et je crois que cela se produit finalement parce que de nombreux dirigeants et autres "pouvoirs en place" ont eux-mêmes été détournés par leur propre peur (la cupidité, l'égocentrisme et la thésaurisation étant les frères et sœurs "maléfiques" de la peur).

Alors que faire? Sur la base de tout ce que je comprends de cette pandémie et des autres crises graves auxquelles nous sommes confrontés, j'en suis venu à l'opinion que la menace de cette pandémie est probablement bien moindre que la menace des nombreuses autres crises qui se précipitent, car le diverses polarisations et ruptures au sein de la société humaine s'intensifient, et alors que la biosphère qui nous donne la vie continue de s'effondrer dramatiquement. Appelez-moi radical, mais je crois que si l'espèce humaine a une chance de traverser ce siècle en vie, nous allons devoir trouver un moyen de remettre l'amour dans le siège du conducteur. (Au fait, je ne crois pas qu'il y ait quoi que ce soit de mal à avoir peur en tant que passager- nous devons être alertés des risques et dangers émergents - mais je crois vraiment que nous devons faire de notre mieux pour garder l'amour dans le siège du conducteur si nous voulons y arriver.) Donc, de mon point de vue, cette campagne de peur , l'oppression et la division qui s'unissent autour de la pandémie de Covid ne pouvaient pas se produire à un pire moment. Je crois que la survie de notre espèce est en grand péril, et nous avons vraiment besoin de tout le monde sur le pont - "unis nous restons, divisés nous tombons".

Donc, d'une certaine manière, je vois cette pandémie comme une sorte de répétition générale. C'est une opportunité pour nous d'affronter nos peurs et nos tendances à la polarisation, à la pensée de groupe, à la division, à la recherche de boucs émissaires, à la paranoïa et à la thésaurisation ; mieux nous comprendre de cette manière, reconnaître ces tendances humaines primitives et prendre la décision consciente de se tourner plutôt vers le courage, l'empathie, la gentillesse et la compassion ; passer de la fermeture à l'ouverture, de la fermeture à l'ouverture. Se mettre à la place des autres, en particulier de ceux que nous pouvons particulièrement craindre ou mépriser d'une manière ou d'une autre. Je crois que si nous pouvons faire cela, alors peut-être, juste peut-être, nous pourrons travailler ensemble pour faire face aux crises beaucoup plus graves qui se présentent à nous.

Alors à quoi cela ressemble-t-il pratiquement ?

Tout d'abord, nous devons nous opposer aux abus de pouvoir des élites et ne pas leur permettre de continuer à semer les graines de la peur, de la division et de la confusion. Nous devons disposer des informations les plus précises possibles pour TOUTE de nous, et insistons pour que nous soyons tous traités comme les êtres humains réfléchis que je crois que nous avons tous le potentiel d'être ; et en conséquence, nous devons être clairs sur le fait que nous ne tolérerons plus d'être nourris à la cuillère d'extraits sonores édulcorés, déformés et opaques générés par de puissantes industries et des lobbies politiques.

Il s'avère que nous avons déjà accès à la plupart des recherches universitaires brutes du monde, avec les moyens de contourner facilement le mur de paiement des entreprises, bien que la plupart des gens ne le sachent pas. Veuillez prendre un moment pour vérifier cette pageque j'ai créé, dans lequel je fais de mon mieux pour partager ces ressources avec tout le monde. Bien qu'il reste encore beaucoup de travail à faire dans ce domaine, même les recherches évaluées par des pairs ont été gravement corrompu et compromis par des industries puissantes (l'industrie pharmaceutique étant parmi les pires de ces contrevenants) ; mais au moins, nous avons déjà un moyen beaucoup plus efficace de nous éduquer que d'écouter les « têtes parlantes » des médias grand public perroquet le récit le plus favorable à leurs commanditaires. Quant à la question de reprendre plus généralement notre pouvoir aux mains des élites, vous pourrez apprécier cet article que j'ai écrit sur le sujet :  Récupérer notre pouvoir ou faire face à l'extinction : le choix nous appartient

Deuxièmement, nous devons réparer les ruptures qui se sont déjà produites à plusieurs niveaux au sein de la société ; et nous le faisons avec un dialogue courageux et empathique. Cela implique de faire de notre mieux pour voir l'être humain sous n'importe quelle « image ennemie » que nous pouvons avoir d'eux ; nous mettre à la place des autres avec lesquels nous ne sommes pas d'accord et nous efforçant de comprendre les besoins fondamentaux qu'ils essaient de satisfaire (sous les stratégies particulières sur lesquelles nous pouvons nous chamailler, je peux vous garantir que nous partageons tous les mêmes besoins, tels que sûreté et sécurité, appartenance, camaraderie, soutien, sens, liberté et autonomie) ; et en profitant de l'incroyable créativité dont nous sommes les êtres humains pour développer des stratégies qui répondent tout le monde est Besoins. Il existe de nombreuses personnes déjà qualifiées pour faciliter un tel travail dialogique (moi-même étant l'une d'entre elles), et ce type de travail n'est en fait pas si difficile à apprendre. En fait, la plupart des gens le trouvent très intuitif. Pour citer un point de départ que beaucoup de gens trouvent très utile, je recommande d'examiner la méthode de Communication non violente (CNV) — sur le lien  ici et ici.

Enfin, nous devons prendre le temps de «faire face à nos propres démons» - pour faire le travail de croissance personnelle et de guérison qui nous permettra de ne pas être si facilement détournés par la peur et notre réponse à la menace primordiale. Cela peut apparaître de différentes manières pour différentes personnes. Personnellement, je trouve la méditation de pleine conscience inestimable, car elle nous donne les moyens d'observer objectivement les diverses pensées, croyances, préjugés, sentiments et impulsions auxquels nous sommes tous vulnérables, qui, s'ils sont laissés inconscients et non contrôlés, peuvent faire tant de ravages. D'autres méthodes que beaucoup de gens trouvent utiles sont différentes formes de psychothérapie, de conseil, de pratiques qui nous connectent avec le corps et l'âme et les pratiques de connexion à la Terre (c'est-à-dire passer du temps à l'extérieur, communiquer avec nos compatriotes terriens).

Avec les ruptures réparées, les tactiques de coercition/menace abandonnées et une communication saine initiée, nous avons le sentiment que tous nos besoins comptent et sont pris en compte. Nous nous sentons naturellement plus en sécurité et connectés, et nos réponses aux menaces s'installent naturellement. Notre système nerveux autonome passe d'un état de combat/fuite/gel à un engagement social nourrissant. C'est à partir de ce lieu que nous pouvons tirer pleinement parti de la créativité qui nous est naturellement conférée et permettre à l'intelligence collective de s'épanouir.

Cela ouvre la porte au développement de stratégies auxquelles nous n'avons tout simplement pas accès lorsque nous opérons à partir d'un lieu de peur et de division. Oui, la perspective de tomber malade avec Covid fait très peur à beaucoup de gens ; et la perspective d'être contraint de participer à une expérience médicale avec de nombreuses inconnues et de graves signaux de danger est également très effrayante pour beaucoup. La vérité est qu'il n'y a pas de moyen de traverser cette crise sans quelques retombées - certains dommages continueront inévitablement à se produire pendant un certain temps.

Mais notre tâche, si nous choisissons de l'accepter, est de faire de notre mieux pour minimiser ce mal, pour garantir que le remède (qui consiste actuellement principalement à semer la peur, le traumatisme et la division sociale, et le démantèlement rapide de nos droits de l'homme et de notre démocratie ) n'est pas pire que la maladie. Une chose que nous savons sur la nature humaine, c'est que lorsque nous faisons face à une crise de front, avec un cœur et un esprit ouverts, avec une collaboration « de bonne foi » plutôt qu'avec une animosité « d'image ennemie », des solutions saines émergent invariablement.

En guise de conclusion, je veux juste nous encourager tous (moi y compris !) à continuer de remarquer ces moments où la peur (et ses "cousins" associés que sont la haine, la cupidité et l'impuissance) essaie de sauter dans le siège du conducteur, et de nous inoculer activement contre les tentatives des autres de pousser la peur derrière le volant. Et pendant ces moments inévitables où la peur parvient à se glisser derrière le volant, renouvelez notre lien avec l'amour (et ses cousins ​​​​associés d'empathie, de curiosité, de courage et de gentillesse) jusqu'à ce qu'elle reprenne le volant. Avec une pratique persistante, cela peut devenir l'état par défaut de notre cœur et de notre esprit, créant un type d'existence très différent et beaucoup plus agréable et satisfaisant ; et si nous sommes suffisamment nombreux à faire ce changement, non seulement cela augmentera nos chances de traverser cette crise de Covid avec un minimum de dommages, mais cela augmentera également considérablement nos chances de sortir des nombreux autres défis qui se présentent à nous.



Publié sous un Licence internationale Creative Commons Attribution 4.0
Pour les réimpressions, veuillez rétablir le lien canonique vers l'original Institut Brownstone Article et auteur.

Auteur

Faire un don aujourd'hui

Votre soutien financier à l'Institut Brownstone sert à soutenir des écrivains, des avocats, des scientifiques, des économistes et d'autres personnes courageuses qui ont été professionnellement purgées et déplacées pendant les bouleversements de notre époque. Vous pouvez aider à faire connaître la vérité grâce à leur travail continu.

Abonnez-vous à Brownstone pour plus de nouvelles

Restez informé avec le Brownstone Institute