Grès brun » Journal de l'Institut Brownstone » Mon livre est brûlé
Livre Desmet brûlé

Mon livre est brûlé

PARTAGER | IMPRIMER | E-MAIL

Le 25 janvier 2023, l'Université de Gand a interdit l'utilisation de mon livre La psychologie du totalitarisme dans le cours « Critique de la société et de la culture ». Cela s'est produit au lendemain d'une tempête médiatique qui a éclaté en septembre 2022 à la suite de mes entretiens avec Tucker Carlson et Alex Jones. J'ai déjà écrit à ce sujet dans un essai précédent.  

Suite à ces apparitions médiatiques, l'Université de Gand a lancé une enquête sur mon intégrité scientifique et la qualité de mon matériel pédagogique, qui a finalement conduit à l'interdiction de mon livre. Pourquoi ont-ils actually commencer cette procédure? Des inquiétudes quant à la qualité de l'éducation, j'entends des gens dire. Je conviens que l'intégrité scientifique est d'une importance cruciale.

En fait, la Faculté avait des difficultés avec moi depuis un certain temps. En fait, depuis une quinzaine d'années. Parce que, par exemple, je pense que la qualité de la recherche scientifique actuelle dans le domaine de la psychologie est très problématique et je le dis tout haut. Mais principalement à cause de ma voix critique pendant la crise corona. Pour cette raison, j'ai eu plusieurs entretiens avec le directeur de la recherche et le doyen de la faculté en 2021. Ils ont toujours insisté sur ma liberté d'expression, mais aussi sur le fait qu'ils se souciaient de moi. J'apprécie leurs tentatives d'engager un dialogue, mais je veux leur demander ceci : le souci des opinions dissidentes n'est-il pas l'un des symptômes les plus graves de notre époque ?

J'ai quand même continué à exprimer ma propre opinion, mais non sans conséquences. J'ai été expulsé du consortium de psychologie clinique de la Faculté de psychologie en 2021. La raison était que mes collègues ne souhaitaient plus s'associer à moi en raison de mes déclarations publiques sur la formation de masse pendant la crise corona. C'était un langage assez honnête et direct : l'excommunication pour opinion dissidente.                     

En septembre dernier, une autre étape a été franchie. C'est alors que la Faculté de psychologie a décidé d'enquêter sur mon intégrité scientifique et si le matériel pédagogique que j'utilise dans le cours « Critique de la société et de la culture » est de qualité adéquate.     

Cette procédure contre moi, qui a finalement abouti à l'interdiction de mon livre en janvier 2023, est assez complexe. Ça se lit un peu comme Franz Kafka. Plusieurs conseils et comités ont été impliqués et il n'est pas facile de décrire cet enchevêtrement bureaucratique d'une manière qui ne devienne pas tout à fait ennuyeuse. Je vais quand même l'essayer plus tard, mais je vais d'abord me concentrer sur la pierre angulaire de la logique du processus.                                                                                                                          

L'accusation la plus grave contre mon livre est qu'il est plein d'erreurs et de négligences. Lorsque j'ai posé des questions sur ces erreurs et inexactitudes, j'ai été renvoyé à un certain nombre de critiques circulant en ligne. Ceci est d'une importance cruciale : le verdict sur mon livre repose en grande partie sur la qualité de ces critiques critiques.                                                                      

Un examen plus approfondi de ces critiques m'a révélé que le style était souvent plutôt offensant, insultant et, dans certains cas, carrément vulgaire. Pourquoi l'Université de Gand n'a-t-elle sélectionné que ces critiques extrêmement négatives de mon livre pour évaluer sa valeur ? Pourquoi aucune des dizaines de positives ou plus neutres ?

Les réactions extrêmement négatives et émotionnelles sont rarement exactes. C'est pourquoi je ne leur réponds généralement pas. Parfois, la meilleure réponse est le silence. Cependant, dans cette situation, je vais répondre. Ce qui est en jeu n'est pas mince. Il s'agit de savoir pour quelles raisons une université décide d'interdire un livre.                                                                                                     

Les critiques de mon livre qui ont été prises en compte par l'Université de Gand ont été écrites par différents auteurs. Discuter de tous les textes serait une tâche titanesque, je vais donc commencer par le plus crucial.     

L'examen critique du professeur Nassir Ghaemi était le plus important. L'un des rapports du comité y a fait référence à plusieurs reprises. Je vais essayer de discuter cette critique d'une manière sèche et technique. Ce n'est peut-être pas très amusant à lire pour vous, mais quiconque veut vraiment connaître les motifs des accusations qui ont conduit à l'interdiction de mon livre pourrait trouver cela utile.         

La critique du professeur Nassir Ghaemi se trouve dans un article intitulé «Idéologie anti-science post-moderne : la véritable source du totalitarisme” et sur YouTube, dans un l'enregistrement d'une séance spéciale à la 43e assemblée annuelle de la Karl Jaspers Society of North America. (Voir les minutes 31 à 52 pour la contribution du professeur Ghaemi et plusieurs autres déclarations plus courtes qu'il a faites en réponse à d'autres contributions.)

Il n'a pas été facile de trouver un format pour répondre à l'enchevêtrement des critiques. J'ai décidé d'évaluer d'abord tous les points de critique qui étaient concrets, de nature objective, et qui pouvaient être jugés sans ambiguïté sur leur justesse à cet égard. Avec l'un des correcteurs d'épreuves de mon livre, j'ai trouvé sept de ces critiques dans l'article et l'enregistrement vidéo. Nous en discutons ci-dessous. À un stade ultérieur, nous pourrons également discuter des critiques plus substantielles du professeur Ghaemi.

1. Le professeur Ghaemi affirme que j'ai complètement mal cité (probablement délibérément) l'article de John Ioannidis « Pourquoi la plupart des résultats de recherche publiés sont faux » lorsque j'affirme que 85 % des études médicales aboutissent à de mauvaises conclusions (33:57).

Le ton féroce et accusateur du professeur Ghaemi est frappant dès le départ. Il cite également plusieurs arguments d'autorité avant de donner des arguments de fond. La critique porte plus précisément sur ce paragraphe du chapitre 1 de mon livre (p. 18-19) :

« Tout cela s'est traduit par un problème de reproductibilité des découvertes scientifiques. Pour le dire simplement, cela signifie que les résultats des expériences scientifiques n'étaient pas stables. Lorsque plusieurs chercheurs ont réalisé la même expérience, ils sont arrivés à des résultats différents. Par exemple, dans la recherche économique, la réplication a échoué environ 50 % du temps,14 dans la recherche sur le cancer environ 60 % du temps, 15 et dans la recherche biomédicale pas moins de 85 % du temps.16 La qualité de la recherche était si atroce que le statisticien de renommée mondiale John Ioannidis a publié un article sans ambages intitulé « Pourquoi la plupart des résultats de recherche publiés sont faux ». 17 Ironiquement, les études qui ont évalué la qualité de la recherche sont également arrivées à des conclusions divergentes. C'est peut-être la meilleure preuve de l'importance fondamentale du problème. (La psychologie du totalitarisme, chapitre 1, p. 18-19).

Le professeur Ghaemi commet ici une erreur importante. Il croit à tort que je me réfère à « Pourquoi la plupart des résultats de recherche publiés sont faux » de Ioannidis pour étayer mon affirmation selon laquelle 85 % des études médicales sont fausses. Cependant, le texte et la note de fin qui l'accompagne (#16) font en fait référence à un article différent, publié en 2015 par C Glenn Begley et John Ioannidis dans la revue Recherche sur la circulation.

Dans l'article de Begley et Ioannidis, "Reproductibility in Science: Improving the Standard for Basic and Preclinical Research", vous trouverez le paragraphe suivant (texte marqué en gras par moi):

« Au cours des dernières années, il y a eu une reconnaissance croissante des faiblesses qui imprègnent notre système actuel de recherche fondamentale et préclinique. Cela a été mis en évidence de manière empirique dans la recherche préclinique par l'incapacité de reproduire la majorité des résultats présentés dans des revues prestigieuses.1–3 Les estimations de l'irreproductibilité basées sur ces observations empiriques varient de 75 % à 90 %. Ces estimations correspondent remarquablement bien aux estimations de 85 % pour la proportion de recherche biomédicale qui est gaspillée en général.4-9 Cette non-reproductibilité n'est pas propre aux études précliniques. On le voit dans tout le spectre de la recherche biomédicale. Par exemple, des préoccupations similaires ont été exprimées pour la recherche observationnelle où aucune des 52 prédictions issues d'études observationnelles n'a été confirmée dans des essais cliniques randomisés.10–12 Au cœur de cette non-reproductibilité se trouvent des défauts communs et fondamentaux dans les pratiques de recherche actuellement adoptées. Bien que décevante, cette expérience ne devrait probablement pas être surprenante, et c'est ce à quoi on pourrait s'attendre aussi théoriquement pour de nombreux domaines de recherche biomédicale en fonction de la manière dont les efforts de recherche sont menés.

Ce paragraphe confirme mon affirmation selon laquelle 85% des études publiées en sciences biomédicales sont fausses. Ainsi, les 85 % font référence au corpus de la recherche biomédicale, observationnelle et essais contrôlés randomisés (ECR) inclus. Je ne fais aucune déclaration dans mon livre sur la question de savoir si la marge d'erreur diffère dans ces deux types d'études, comme Ghaemi le souligne à maintes reprises.

Le discours du professeur Ghaemi va dans tous les sens pour tenter de saper ce paragraphe de mon livre. Il ajoute toutes sortes de choses que je ne dis pas. Non seulement il transforme cela en une curieuse discussion sur la différence entre les études observationnelles et les ECR, mais il en fait également une discussion sur les études sur les vaccins. Comme il est étrange alors que les mots « étude observationnelle », « essai contrôlé randomisé » et « vaccin » n'apparaissent nulle part dans tout ce chapitre de mon livre. Nulle part je ne fais la distinction entre les différents types de recherche, nulle part je ne donne des taux d'erreur distincts pour les différents types de recherche, et nulle part je ne mentionne les études sur les vaccins dans ce chapitre.

Quiconque lit le paragraphe de mon livre verra que, comme Begley et Ioannidis dans le paragraphe ci-dessus, je parle de recherche biomédicale en général. Le professeur Ghaemi fournit donc ici un exemple prototypique d'un argument d'homme de paille. Il déforme le contenu de mon livre et critique ensuite sa propre représentation erronée de celui-ci.

2. Le professeur Ghaemi me place alors dans le camp de Heidegger (~47:00). Comme lui, je prendrais une position anti-science. Je cite donc fréquemment Heidegger selon Ghaemi (48:53).

Je ne cite pas Heidegger dans mon livre, pas une seule fois. Il est possible que le professeur Ghaemi se soit simplement mal exprimé ici et ait en fait voulu dire « Foucault ». Ce n'est pas clair. Il devrait être clair, cependant, que je ne discute nulle part contre la science dans mon livre ; Je m'oppose à la science mécaniste idéologies, qui dans mon discours est l'exact opposé de ce qu'est la vraie science. La troisième partie de mon livre y est entièrement consacrée. Le professeur Ghaemi a-t-il raté toute cette partie ?

3. Le professeur Ghaemi affirme que j'ai inventé le terme "formation de masse" ; le terme, selon lui, n'a jamais existé dans l'histoire de l'humanité (sic) et je l'ai inventé complètement (sic) (~58:43)

Ce sont les mots (durs) dans lesquels le professeur Ghaemi pose cette déclaration audacieuse :

« Et en passant, un autre point général que j'ai oublié de faire : le concept de « formation de masse » n'a jamais existé dans l'histoire de l'humanité. Vous ne la trouverez nulle part dans les écrits de Gustave Le Bon. Vous ne le trouverez nulle part, autant que je sache, dans les écrits de psychologie sociale. Vous ne le trouverez nulle part dans la littérature psychiatrique des 200 dernières années. Le terme « formation de masse » est entièrement inventé par cette personne et son ami qui vont sur un podcast de Joe Rogan et en parlent à quelques millions de personnes. … Ce concept de 'formation de masse' n'a aucune base scientifique, aucune base conceptuelle sur laquelle quelqu'un d'autre ait jamais écrit, aucune base théorique sur laquelle quelqu'un d'autre ait écrit. Les gens ont parlé de psychose de masse, d'hystérie de masse, mais encore une fois, ce ne sont que des métaphores, il n'y a aucune base scientifique là-dedans. … Mais ce concept de «formation de masse», je veux juste souligner ce point, et il ne le souligne pas du tout dans le livre, n'a aucun fondement dans la pensée de quiconque. Et dans sa critique (p. 90), il écrit ce qui suit à ce sujet : "Le terme 'formation de masse' est un néologisme anti-COVID - avec une signification peu claire en anglais et aucune signification scientifique - qui n'a de racines nulle part dans le littérature psychiatrique et aucune dans la littérature de psychologie sociale non plus.

C'est peut-être la critique la plus bizarre de Ghaemi. Considérons d'abord brièvement l'utilisation du terme lui-même. Est-il vrai que le terme n'a jamais existé dans l'histoire de l'humanité ? En allemand, le terme est « Massenbildung », en néerlandais « formation de masse », en anglais généralement « formation de foule », mais parfois aussi « formation de masse ». Vous trouverez ci-dessous une sélection du nombre sans doute beaucoup plus important d'exemples d'occurrence du terme « formation de masse », qu'il soit traduit en anglais par « formation de foule » ou « formation de masse » :

  • Le mot "formation de masse" apparaît sur la quatrième de couverture de la traduction néerlandaise du livre d'Elias Canetti Masse et macht(Massa en Macht, 1960) et le terme est utilisé deux fois dans le texte du livre. Dans l'édition anglaise, le mot est traduit par "formation de foule".
  • Dans le texte de Freud Massenpsychologie et ich-analyse (1921) le terme « Massenbildung » est utilisé dix-neuf fois. Dans l'édition néerlandaise, il est traduit par « formation de masse » et dans l'édition anglaise, il est traduit par « formation de foule ».
  • Salvador Giner utilise le terme « formation de masse » dans son livre Société de masse  (1976).
  • L'édition néerlandaise du livre de Kurt Baschwitz sur l'histoire de la psychologie de masse Denkend mensch et menigte (1940) cite fréquemment le terme « formation de masse ».
  • L'édition néerlandaise du livre de Paul Reiwald Vom Geist der Massen (De geest der massa(1951)) mentionne le terme « formation de masse » environ quarante-six (!) fois.
  • Etc…

Même si, dans un moment d'extrême bienveillance envers le professeur Ghaemi, nous devions supposer qu'il entend spécifiquement le terme « formation de masse » et non le terme « formation de foule », son affirmation selon laquelle le terme ne se produit pas serait donc toujours incorrecte. Et qu'est-ce que Assurément incorrecte est l'affirmation selon laquelle il n'y a pas de base conceptuelle pour le phénomène de formation de masse. Inutile de dire que le professeur Ghaemi s'emballe ici. Y a-t-il vraiment quelqu'un qui doute que des recherches conceptuelles aient été menées sur le phénomène de formation de masse ? La critique est si manifestement absurde qu'il est presque tout aussi absurde d'y répondre. Purement en signe de bonne volonté, je le ferai quand même, avec des remerciements particuliers à Yuri Landman, qui a contribué à donner un aperçu de la littérature à la fois sur les réseaux sociaux et dans la communication privée :

L'étude scientifique de la formation des masses a commencé au XIXe siècle, avec les travaux de Gabriel Tarde (Lois de l'imitation, 1890) et Scipion Sighele (La foule criminelle et autres écrits sur la psychologie de masse, 1892). Gustave Le Bon a développé ce travail en 1895 avec "La psychologie des foules" (La foule: une étude de l'esprit populaire). Sigmund Freud a publié son traité Massenpsychologie et ich-analyse en 1921, dans lequel il utilise fréquemment le terme « Massenbildung », littéralement traduit par « formation de masse » en néerlandais. La théorie de la formation de masse est approuvée et complétée par Trotter (Instincts du troupeau dans la paix et la guerre, 1916), McDoughall's Esprit de groupe (1920), Baschwitz (Du et la masse, 1940), de Canetti Masse et puissance (1960) et Reiwald (De geest der massa, 1951). Dans l'entre-deux-guerres, les fondateurs de la propagande moderne et de la gestion des relations publiques, tels qu'Edward Bernays et Walter Lippman, se sont appuyés sur la littérature sur la formation de masse pour diriger et manipuler psychologiquement la population. Le philosophe Ortega y Gasset (La révolte des masses, 1930), le psychanalyste Erich Fromm (La peur de la liberté, 1942), le psychanalyste Wilhelm Reich (La psychologie de masse du fascisme, 1946), la philosophe Hannah Arendt (Les origines du totalitarisme, 1951) ont également apporté d'importantes contributions à la réflexion sur le phénomène de formation de masse. De plus, toute la littérature secondaire basée sur ces auteurs fondateurs peut être citée, presque à l'infini, lorsqu'il s'agit d'illustrer que, en contradiction radicale avec ce qu'affirme le professeur Ghaemi, il existe bien une base conceptuelle pour le terme « formation de masse » qui continue à développer aujourd'hui.

4. Ghaemi affirme que je dis que toute science est frauduleuse.

Il le répète à plusieurs reprises (p. 88 et 89 de son article et tout au long de la vidéo), pour renforcer son opinion (erronée) selon laquelle je suis un « extrémiste anti-science ». Mon livre, cependant, indique clairement : la négligence, les erreurs et les conclusions forcées sont courantes, mais "la fraude à part entière était relativement rare, cependant, et n'était pas vraiment le plus gros problème" (chapitre 1, p. 18).

Là encore, on voit bien le caractère "sauvage" et infondé des graves allégations lancées par Ghaemi.

5. Ghaemi affirme dans son article (p. 89) que j'affirme que « 95 % des décès dus au COVID-19 avaient une ou plusieurs conditions médicales sous-jacentes, et ne s'est donc pas produit en raison de la COVID-19. »

Je ne tire pas de telles conclusions. Dans le contexte de la relativité des nombres, je pose la question légitime : comment déterminez-vous qui meurt du COVID-19 ? « Si une personne âgée et en mauvaise santé « attrape le coronavirus » et meurt, cette personne est-elle alors morte « du » virus ? La dernière goutte dans le seau l'a-t-elle fait déborder plus que la première ? » (Chapitre 4, p.54).

Encore une fois, Ghaemi déforme fondamentalement mon argument et critique ensuite cet argument déformé.

6. Ghaemi déclare dans son article (p. 89) que je prétends que la poursuite de l'argent est la principale raison pour laquelle les hôpitaux hospitalisent les patients COVID-19. Il le dit ainsi: "Se référant à un article de journal belge de 2021 composé par le journaliste Jeroen Bossaert qui prétend que les hôpitaux ont augmenté le nombre de décès et d'hospitalisations COVID-19 pour un gain financier, l'auteur de ce livre saisit l'occasion pour exprimer son point de vue que générer des profits est le but PRINCIPAL de ces hospitalisations liées au COVID-19.

En fait, ce n'est pas ce que je dis (encore une fois, un argument d'homme de paille). Ce que je do dire est que les incitations monétaires sont un facteur qui gonfle artificiellement le nombre d'admissions et donc fausse également ces données. Nulle part mon livre n'indique que c'est le principal ou le seul facteur. Voici le paragraphe pertinent dans mon livre (Chapitre, p. 54):

« Ce n'est pas le seul facteur qui a faussé les données hospitalières. Au printemps 2021, Jeroen Bossaert du journal flamand Het Laatste Nieuws a publié l'un des rares articles approfondis de journalisme d'investigation sur toute la crise du coronavirus. Bossaert a révélé que les hôpitaux et autres établissements de santé avaient artificiellement augmenté le nombre de décès et d'hospitalisations liées au COVID-19 pour un gain financier.6 Cela en soi n'est pas surprenant, car les hôpitaux utilisent de telles méthodes depuis longtemps. Ce qui était surprenant, c'est que, pendant la crise du coronavirus, les gens ont refusé de reconnaître que les motivations de profit jouaient un rôle et avaient un impact sur les données. L'ensemble du secteur de la santé a été soudainement honoré d'une quasi-sainteté. Ceci, malgré le fait qu'avant la crise des coronavirus, de nombreuses personnes critiquaient et se plaignaient du système de santé à but lucratif et de Big Pharma. (Voir, par exemple, Médicaments mortels et crime organisé par Peter Gøtzsche.7) »

7. Le professeur Ghaemi affirme que je trompe le lecteur en déclarant qu'il existe des descriptions scientifiques de personnes dont le volume cérébral est considérablement réduit et qui obtiennent toujours un score supérieur à 130 lors d'un test d'intelligence. Selon le professeur Ghaemi, le patient auquel je fais référence n'a pas obtenu plus de 75, et j'ai donc (intentionnellement) gonflé ce nombre.

Voici ce qu'écrit Ghaemi dans son article (p. 91) : «Des mensonges clairs abondent dans ce livre. Une fausseté irréfutable des faits se trouve dans l'interprétation de l'auteur d'une étude de 2007 publiée dans le Lancette. J'ai passé en revue l'article cité, 'Brain of a white-col worker' (PT165). L'article décrit un homme de 44 ans souffrant d'hydrocéphalie depuis l'âge de six ans. C'était un fonctionnaire marié, avec un fonctionnement social normal, mais son QI était de 75, ce qui se situe à la limite de l'arriération mentale. Cependant, dans la perspective de cette présentation de cas, l'auteur déclare que l'homme avait un QI supérieur à 130, ce qui est dans la gamme des génies. La présentation de l'affaire par l'auteur est factuellement fausse.

Une inspection plus approfondie montre qu'un certain nombre de choses se sont mal passées ici. La traduction anglaise a apparemment omis par erreur une référence, qui est là dans le texte original (De la psychologie du totalitarisme, chapitre 10, p. 219) : « Voor alle duidelijkheid, ik spreek hier niet over obscure beweringen, maar wel over wetenschappelijke observaties waarover gerapporteerd werd in tijdschriften als The Lancet en Sciences (bijvoorbeeld Feuillet et al., 20076Lewin, 19807) ”par rapport à la traduction anglaise, qui dit (La psychologie du totalitarisme, chapitre 10, p. 165) : « Par souci de clarté, je ne parle pas d'affirmations obscures mais d'observations scientifiques rapportées dans des revues telles que The Lancet et Science6»).

En d'autres termes, le texte original ne fait pas seulement référence à l'article «Cerveau d'un col blanc» (par Feuillet) mais aussi à un article de Lewin qui parle d'un patient de Lorber - un différent patient que celui de Feuillet, qui a obtenu un score de 126 à un test de QI. Cependant, il n'y a pas d'uniformité dans la littérature sur ce dernier chiffre car d'autres publications affirment que ce patient (de Lorber) a obtenu des scores de 130 et même 140 aux tests de QI. En d'autres termes, différentes sources mentionnent des nombres différents (une fois 126, l'autre fois >130). À mon avis, une référence au patient en question était suffisante, et j'ai sélectionné sans le savoir la référence qui mentionne un QI de 126. Ici, j'inclus les extraits pertinents des autres publications ci-dessous. Entre autres, une revue de Nahm et al., intitulée «Écart entre la structure cérébrale et le fonctionnement cognitif, un examen», déclare ce qui suit : « L'étudiant en mathématiques susmentionné avait un QI global de 130 et un QI verbal de 140 à l'âge de 25 ans (Lorber, 1983), mais n'avait « pratiquement pas de cerveau » (Lewin, 1982, p. 1232).                                                                                    

De plus, ce paragraphe d'une contribution de Lorber et Sheffield (1978) aux "Procédures scientifiques" de Archives de maladies infantiles le prouve : « Jusqu'à présent, quelque 70 individus âgés de 5 à 18 ans présentaient une hydrocéphalie grave ou extrême sans pratiquement aucun néopallium, qui sont néanmoins intellectuellement et physiquement normaux, dont plusieurs peuvent être considérés comme brillants. L'exemple le plus frappant est celui d'un jeune homme de 21 ans atteint d'hydrocéphalie congénitale pour laquelle il n'a pas eu de traitement, qui a obtenu un diplôme universitaire d'économie et d'informatique avec mention très bien, avec une absence apparente de néopallium. Il y a des individus avec un QI supérieur à 130 qui dans la petite enfance n'avaient pratiquement pas de cerveau et certains qui, même au début de la vie adulte, ont très peu de néopallium.

Bien que Ghaemi me lance injustement de lourdes accusations et que ma déclaration soit en fait correcte, il a un petit point ici : une référence doit être ajoutée, plus précisément à l'un des articles cités ci-dessus qui rapporte des scores de QI de 130 et plus.

Nous pouvons tirer une première conclusion préliminaire sur ce processus. Nous savons tous que les personnes ayant des préférences subjectives différentes interprètent un discours différemment. Ce ne sera pas différent pour le professeur Ghaemi. Néanmoins, force est de constater que le professeur Ghaemi se trompe très souvent sur des points objectivement vérifiables. Pourtant, le processus décisionnel de l'Université de Gand montre clairement que les critiques du professeur Ghaemi ont été d'une importance décisive dans leur appréciation de mon livre.           

Étant donné que l'Université de Gand m'a demandé de corriger le texte de mon livre pour les erreurs et les négligences comme ils ont été indiqués, entre autres, par le professeur Nassir Ghaemi, je leur demande sincèrement s'ils peuvent encore identifier une erreur claire après avoir lu le texte ci-dessus, ou indiquer toutes les inexactitudes que le professeur Ghaemi prétend détecter dans mon livre (à l'exception de cette seule correction concernant ces références). D'un autre côté, je peux souligner plusieurs erreurs dans la seule critique de Ghaemi. Plus à ce sujet plus tard.

Tiré à part de Sous-empilement



Publié sous un Licence internationale Creative Commons Attribution 4.0
Pour les réimpressions, veuillez rétablir le lien canonique vers l'original Institut Brownstone Article et auteur.

Auteur

  • Mattias Desmet

    Mattias Desmet est professeur de psychologie à l'Université de Gand et auteur de The Psychology of Totalitarianism. Il a articulé la théorie de la formation de masse pendant la pandémie de COVID-19.

    Voir tous les messages

Faire un don aujourd'hui

Votre soutien financier à l'Institut Brownstone sert à soutenir des écrivains, des avocats, des scientifiques, des économistes et d'autres personnes courageuses qui ont été professionnellement purgées et déplacées pendant les bouleversements de notre époque. Vous pouvez aider à faire connaître la vérité grâce à leur travail continu.

Abonnez-vous à Brownstone pour plus de nouvelles

Restez informé avec le Brownstone Institute