Grès brun » Articles de l'Institut Brownstone » Vitamine D : tout ce que vous devez savoir

Vitamine D : tout ce que vous devez savoir

PARTAGER | IMPRIMER | E-MAIL

De nombreux articles de recherche évalués par des pairs démontrent de manière concluante qu'un faible niveau de 25-hydroxyvitamine D dans le sang augmente considérablement le risque de maladie grave, de dommages à long terme et de décès par COVID-19. Le fait que ces informations restent relativement inconnues trois ans après le début de la pandémie peut être attribué à un schéma généralisé de corruption et/ou d'incompétence flagrante chez de nombreux médecins, immunologistes, responsables de la santé publique et grands médias.

Dans cet article, nous mettons en lumière les recherches sur la dépendance du système immunitaire aux trois composés de la « vitamine D » : la vitamine D3 cholécalciférol, la 25-hydroxyvitamine D calcifédiol et la 1,25-dihydroxyvitamine D calcitriol. Seule la première est une vitamine et les trois molécules ont des rôles très différents. Seul le calcitriol peut fonctionner comme une hormone, mais le système immunitaire n'utilise pas la signalisation hormonale.

Les tests sanguins de «vitamine D» mesurent le niveau (concentration) de 25-hydroxyvitamine D dans le sang, car les reins et le système immunitaire en dépendent comme source d'approvisionnement pour leurs fonctions de signalisation, qui impliquent de l'hydroxyler en 1,25-dihydroxyvitamine D. La 25-hydroxyvitamine D est fabriquée principalement dans le foie, à partir de la vitamine D3 qui est soit ingérée, soit produite par l'action d'un rayonnement ultraviolet B à courte longueur d'onde et à haute énergie sur la peau.

Dans la plupart des populations, les niveaux moyens de 25-hydroxyvitamine D sont la moitié ou moins des 50 ng/mL (125 nmol/L) requis pour un fonctionnement optimal du système immunitaire. De plus, nous expliquons les systèmes de signalisation intracrine et paracrine à base de 25-hydroxyvitamine D sur lesquels de nombreux types de cellules immunitaires s'appuient pour répondre à leurs circonstances changeantes. En outre, nous présentons un protocole de supplémentation en vitamine D qui atteint de manière fiable au moins 50 ng/mL de 25-hydroxyvitamine D sur plusieurs mois, ainsi que des méthodes pour atteindre ce niveau en cas d'urgence clinique en environ quatre jours, voire quatre heures.

Il y a très peu de vitamine D3 dans les aliments. Le rayonnement UV-B est difficile à obtenir sauf les jours sans nuage avec une lumière du soleil à haute altitude - et il endommage toujours l'ADN et augmente ainsi le risque de cancer de la peau.  

Une bonne santé ne peut être obtenue qu'avec au moins 50 ng/mL de 25-hydroxyvitamine D en circulation. C'est le seul moyen de garantir que le SRAS-CoV-2 et la grippe ne se propagent pas de manière pandémique et ne nuisent pas gravement et ne tuent pas nombre d'entre eux. qui sont infectés. Septicémie, qui tue autour 11 millions de personnes par an dans le monde, serait rare si tout le monde avait au moins 50 ng/mL de 25-hydroxyvitamine D en circulation.

Heureusement, de très petites quantités de vitamine D3 sont nécessaires - et elle est sûre, peu coûteuse et bien documentée.

Nous discutons également des réponses immunitaires inflammatoires excessives et aveugles qui détruisent les cellules qui sont à l'origine de la plupart des dommages et des décès dus au COVID-19 et qui provoquent de nombreuses autres maladies aiguës et chroniques, en particulier la septicémie. Une 25-hydroxyvitamine D inadéquate aggrave ces réponses, mais leur cause fondamentale est une adaptation évolutive aux helminthes (vers intestinaux) qui est exposée maintenant que nous ne sommes plus infestés par ces parasites multicellulaires. 

Populations vulnérables et carence en vitamine D

Les personnes âgées, celles à la peau foncée ou noire vivant loin de l'équateur et les personnes qui évitent l'exposition aux rayons ultraviolets B ont généralement des niveaux de 25-hydroxyvitamine D encore plus faibles que celles qui sont plus jeunes, avec une peau moins pigmentée, qui vivent plus près de la l'équateur ou qui exposent davantage leur peau nue à la lumière directe du soleil. 

De faibles niveaux de 25-hydroxyvitamine D dans le sang sont le principal facteur de risque de cas graves de COVID-19 et de décès. Bien que l'âge avancé et l'obésité soient des facteurs de risque reconnus, ces conditions contribuent à des niveaux encore plus faibles de 25-hydroxyvitamine D par rapport aux personnes plus jeunes et non obèses. En 2022, Dror et al. a mené une étude intitulée «Niveaux de 25-hydroxyvitamine D3 avant l'infection et association avec la gravité de la maladie COVID-19», qui a clairement démontré le lien entre les niveaux de 25-hydroxyvitamine D et la gravité du COVID-19. L'étude a analysé les niveaux de 25-hydroxyvitamine D dans le sang de 253 patients COVID-19 hospitalisés dans le nord d'Israël entre le 7 avril 2020 et le 4 février 2021, avant leur infection. Les résultats ont été présentés à l'aide de tracés en boîte à moustaches pour les cas légers, modérés, graves et critiques, comme illustré dans le graphique ci-dessus.

Dror et al. ont constaté que les patients présentant une « carence en vitamine D » (< 20 ng/mL de 25-hydroxyvitamine D) étaient 14 fois plus susceptibles de présenter une maladie grave ou critique que les patients présentant des taux ≥ 40 ng/mL (odds ratio [OR], 14 ; Intervalle de confiance [IC] à 95 %, 4 à 51 ; p < 0.001). 

En raison d'incertitudes statistiques, le taux réel auquel une maladie grave ou critique est associée à des taux de 20-hydroxyvitamine D <40 ng/mL contre ≥25 ng/mL dans la population échantillonnée est connu avec une confiance de 95 % comme étant compris entre 4 et 51 La signification statistique de cette observation est « p < 0.001 ». Cela signifie que s'il n'y avait pas de relation entre les niveaux de 25-hydroxyvitamine D avant l'infection et la gravité de la maladie, il faudrait plus de 1000 essais comme celui-ci, en moyenne, avant qu'une erreur d'échantillonnage n'entraîne un écart aussi fort que les observations actuelles. 

Ces résultats auraient dû être célébrés à l'échelle mondiale, car ils montrent que le maintien de niveaux adéquats de vitamine D3 d'au moins 40 nanogrammes par millilitre est une approche plus simple, plus sûre, moins coûteuse et plus efficace pour atténuer la gravité et la mortalité du COVID-19 que les vaccins, les confinements, les réseaux sociaux. distanciation et masques.

Il est relativement simple de comprendre l'importance d'une supplémentation appropriée en vitamine D3 pour la santé du système immunitaire, et par conséquent pour le COVID-19, la septicémie, la grippe et de nombreuses autres maladies. Les raisons pour lesquelles une majorité de médecins et d'immunologistes manifestent un intérêt limité pour la vitamine D, et ignorent donc son importance, sont beaucoup plus complexes et déconcertantes.

Vitamine D3, 25-hydroxyvitamine D et 1,25-dihydroxyvitamine D

Ici, nous expliquons brièvement l'importance des trois principaux composés de vitamine D pour le système immunitaire en général, et pour le COVID-19 en particulier, en corrigeant les erreurs et en comblant les lacunes dans les schémas les plus courants de (més)compréhension de ces composés. Un tutoriel illustré plus complet peut être trouvé à: vitamindstopscovid.info/00-evi/

Il existe des quantités très limitées de vitamine D3 (cholécalciférol) dans les aliments, enrichis ou non. Les sources alimentaires seules sont insuffisantes pour la santé humaine. Des quantités substantielles de vitamine D3 peuvent être produites dans notre peau lorsque le rayonnement ultraviolet B (UV-B) d'une longueur d'onde d'environ 297 nanomètres brise un anneau de carbone dans le 7-déhydrocholestérol, et la molécule résultante se reconfigure pour devenir la vitamine D3 cholécalciférol. Cet UV-B se situe à l'extrémité très haute fréquence, haute énergie et courte longueur d'onde du spectre solaire. Il n'est disponible naturellement qu'à partir de la lumière du soleil à haute altitude les jours sans nuages, sans passer à travers le verre, les vêtements ou la crème solaire. Bien qu'il existe de nombreux aspects sains de l'exposition au soleil, les UV-B endommagent toujours l'ADN et augmentent ainsi le risque de cancer de la peau. Cela rend l'exposition cutanée aux UV-B impraticable pour fournir la vitamine D3 dont le corps a besoin - et ceux qui ont la peau foncée ou noire auraient besoin d'heures d'exposition intense par jour pour générer la vitamine D3 dont ils ont besoin. 

Heureusement, la vitamine D3 supplémentaire est sûre et efficace pour maintenir les niveaux de 50-hydroxyvitamine D de 25 ng/mL ou plus dont le système immunitaire a besoin pour fonctionner correctement. Pour un poids corporel de 70 kg (154 lb) sans obésité, 0.125 milligramme par jour atteindra ce niveau après plusieurs mois. Ceci est également connu sous le nom de "5,000 22 unités internationales" par jour. Cela équivaut à un gramme tous les 3 ans - et la vitamine D2.50 de qualité pharmaceutique coûte environ XNUMX USD par gramme, départ usine. 

Si la plupart des gens, ou tout le monde, atteignaient au moins 50 ng/mL de 25-hydroxyvitamine D, par exemple en prenant suffisamment de vitamine D3, il n'y aurait pas de grippe pandémique ou de COVID-19, car le système immunitaire de la plupart des gens fonctionnerait correctement, contrairement à leurs performances limitées aujourd'hui. Ceux qui étaient infectés ne subiraient que rarement des dommages graves ou seraient tués. La santé humaine serait améliorée de nombreuses autres manières dans une révolution au moins aussi importante que celles qui nous ont apporté l'assainissement et les antibiotiques.

Les réponses courantes à ces affirmations sont que la vitamine D n'est qu'un autre nutriment surfait et que si la vitamine D était effectivement si importante, la plupart des médecins le reconnaîtraient déjà. La recherche est très claire, mais pas largement comprise.

Vitamine D2 (ergocalciférol) est une molécule similaire à la vitamine D3 (cholécalciférol). Ses dérivés 25-hydroxy et 1,25-dihydroxy fonctionnent de manière similaire à ceux de la vitamine D3 mais sont un peu moins efficaces. Ici, nous nous concentrons sur les trois composés naturels :

  • Vitamine D3 cholécalciférol : Ingéré ou produit dans la peau par l'action de la lumière UV-B.
  • 25-hydroxyvitamine D calcifediol (également connu sous le nom de calcidiol) : produit à partir de la vitamine D3, principalement dans le foie.
  • 1,25-dihydroxyvitamine D calcitriol : Ce composé se lie à et active la molécule « récepteur de la vitamine D », mieux connue sous le nom de « récepteur du calcitriol ». Ces récepteurs activés modifient profondément le comportement de la cellule en régulant à la hausse et à la baisse la transcription de dizaines ou de centaines de gènes en molécules d'ARNm, qui à leur tour indiquent aux ribosomes de la cellule quelles protéines fabriquer. Le schéma dont les gènes sont régulés à la hausse et à la baisse varie d'un type de cellule à l'autre. 

Ces deux derniers composés sont la molécule de vitamine D3 avec des groupes hydroxy oxygène-hydrogène liés respectivement à son 25e carbone et à ses 1er et 25e carbones. Leurs noms propres incluent "D3" mais les noms sont déjà assez longs et le "3" est souvent omis.

La vitamine D3 circule dans le sang et n'a, au mieux, qu'un impact direct mineur sur le système immunitaire. Pendant environ une semaine, il est transformé, principalement par le foie, de sorte qu'environ 1/4 de celui-ci est hydroxylé en 25-hydroxyvitamine D, qui circule dans la circulation sanguine. Le reste est dégradé et/ou excrété. La 25-hydroxyvitamine D a une demi-vie relativement longue : environ un mois pour les niveaux inférieurs et des semaines pour les niveaux sains et supérieurs.

Ni la vitamine D3 ni la 25-hydroxyvitamine D ne fonctionnent comme des hormones. Une hormone est une molécule de signalisation à longue distance dont le niveau dans la circulation sanguine est contrôlé par une partie du corps. Le niveau (concentration) de l'hormone dans le sang est détecté par un ou plusieurs types de cellules n'importe où ailleurs dans le corps, y compris dans le cerveau et la moelle épinière, d'une manière qui affecte le comportement de ces cellules. Le système immunitaire n'utilise pas la signalisation hormonale (endocrinienne).

Tous les médecins comprennent que le calcitriol 1,25-dihydroxyvitamine D peut fonctionner comme une hormone. La glande parathyroïde détecte le niveau de calcium circulant et le signale aux reins via l'hormone parathyroïdienne. Cela contrôle la mesure dans laquelle les reins hydroxylent la 25-hydroxyvitamine D pour former un niveau très faible et étroitement contrôlé de 1,25-dihydroxyvitamine D circulante. Celle-ci a une demi-vie de moins d'un jour et son niveau contrôle hormonalement plusieurs facteurs cruciaux. aspects du métabolisme calcium-phosphate-os en affectant le comportement de plusieurs types de cellules dans l'intestin, les reins et les os. Alors que le rôle de la vitamine D dans le système immunitaire est de plus en plus apprécié, la plupart des médecins - et de nombreux chercheurs sur la vitamine D - supposent à tort que le système immunitaire est en quelque sorte «régulé» hormonalement par le très faible niveau de 1,25-dihydroxyvitamine D circulante dans les reins.

Malgré Reinhold Vieth 2004 avertissement, le domaine reste en proie à ce jour à deux erreurs terminologiques et conceptuelles courantes :

  • Bien que «vitamine D» soit un terme collectif approprié pour les trois composés, de nombreux chercheurs l'utilisent pour désigner un seul composé, comme si les trois étaient sensiblement les mêmes, alors qu'ils devraient identifier spécifiquement le composé lui-même. 
  • Cela donne lieu à la fusion du 1,25-dihydroxyvitamine D calcitriol, qui peut agir comme une hormone, comme n'étant qu'une forme de vitamine D et donc très similaire à la vitamine D3. Cela conduit au mensonge commun selon lequel « la vitamine D est une hormone ». Cette idée fausse effraie de nombreuses personnes de compléter correctement la vitamine D3, en particulier lorsque la quantité quotidienne requise est exprimée en milliers de sons impressionnants. Unités internationales. Le 1,25-dihydroxyvitamine D calcitriol n'est pas une vitamine et son rôle est un composé complètement différent de celui de la vitamine D3 cholécalciférol, tout comme le rôle de la 25-hydroxyvitamine D diffère entièrement des rôles des deux autres.

Après avoir décrit la compréhension établie de longue date et centrée sur les reins des trois composés de vitamine D, nous nous tournons maintenant vers l'importance plus récemment découverte et encore rarement comprise de la 25-hydroxyvitamine D et de la 1,25-dihydroxyvitamine D pour le système immunitaire.

Comprendre la signalisation des cellules immunitaires et le rôle de la 25-hydroxyvitamine D

De nombreux types de cellules immunitaires dépendent d'un niveau suffisamment élevé de 25-hydroxyvitamine D dans la circulation sanguine pour que ces molécules se diffusent dans le cytosol de chaque cellule (le liquide dans le corps principal de la cellule) en quantités suffisantes pour soutenir l'intracrine de ces cellules. et les systèmes de signalisation paracrine.

La signalisation intracrine se produit entièrement dans une seule cellule. La cellule détecte une condition externe spécifique, par exemple grâce à des molécules réceptrices qui traversent sa membrane et identifient la présence de molécules particulières à l'extérieur de la cellule. Cette détection incite la cellule à produire, en interne, une quantité petite mais significative d'une molécule de signalisation, qui fonctionne comme un agent intracrine, en activant une molécule réceptrice dans la même cellule. Ces molécules réceptrices activées modifient la transcription des gènes, modifiant par la suite la synthèse des protéines et amenant la cellule à modifier son comportement en réponse à la condition externe qu'elle a détectée.

La signalisation autocrine est similaire, sauf que l'agent autocrine généré en interne active les récepteurs à l'extérieur de la même cellule. C'est une erreur commune de confondre la signalisation intracrine et autocrine.

La signalisation paracrine peut coexister avec une signalisation intracrine ou autocrine. La molécule de signalisation, produite par une cellule en réponse à des circonstances particulières, se diffuse hors de la cellule dans laquelle elle a été fabriquée, augmentant le niveau de ce composé dans la zone locale, où il fonctionne comme un agent paracrine pour modifier le comportement d'autres cellules voisines, généralement de types différents. 

La signalisation intracrine basée sur la 25-hydroxyvitamine D est essentielle pour la capacité de nombreux types de cellules immunitaires à répondre aux circonstances changeantes de chaque cellule. Cela a été élucidé à la fin des années 2000 par Martin Hewison et ses collègues au Royaume-Uni, travaillant avec des macrophages et des cellules dendritiques.

Le troisième type de cellule immunitaire dans lequel la signalisation intracrine basée sur la 25-hydroxyvitamine D a été étudiée est les lymphocytes régulateurs Th1 des poumons des patients hospitalisés COVID-19. C'est le beau travail d'une grande équipe d'enquêteurs, Chauss et al. 2021 en immunologie naturelle : La signalisation autocrine de la vitamine D désactive les programmes pro-inflammatoires des cellules Th1.

De nombreux autres types de cellules, en particulier celles du système immunitaire qui ne sont pas impliquées dans le métabolisme calcium-phosphate-os, sont connues pour modifier considérablement leur expression génique en réponse à l'activation de leurs molécules réceptrices de la vitamine D en se liant à la 1,25-dihydroxyvitamine. D calcitriol. Il est raisonnable de supposer que tous ces types de cellules utilisent également la signalisation intracrine et/ou paracrine à base de 25-hydroxyvitamine D.

Les niveaux de 1,25-hydroxyvitamine D intracellulaire produits lorsque le système de signalisation intracrine est activé sont considérablement plus élevés que le niveau hormonal très faible de 1,25-dihydroxyvitamine D extracellulaire, qui est d'environ 0.12 ng/mL. Par conséquent, cette 1,25-dihydroxyvitamine D hormonale n'a pas d'effet significatif sur les cellules immunitaires ou sur l'ensemble du système immunitaire.

Ces cellules ne peuvent répondre pleinement et rapidement à leurs circonstances changeantes que si suffisamment de 25-hydroxyvitamine D se diffuse à l'intérieur pour fournir et maintenir sa conversion en 1,25-hydroxyvitamine D (qui a une demi-vie très courte) lorsque la signalisation intracrine de la cellule le système est activé par toute condition externe détectée par le type de cellule.

Le besoin d'au moins 50 ng/mL (125 nmol/L) de 25-hydroxyvitamine D circulante

Les taux intracellulaires de 25-hydroxyvitamine D ne peuvent pas être mesurés. Aucune recherche en biologie cellulaire à ce jour n'a démontré qu'au moins 50 ng/mL de 25-hydroxyvitamine D circulante sont nécessaires pour fournir ce composé - qui est une matière première et non une molécule de signalisation - aux cellules en quantités suffisantes pour que chaque cellule soit capable d'effectuer rapidement et pleinement sa conversion de signalisation intracrine en 1,25-dihydroxyvitamine D. Cependant, nous pouvons déduire cela du degré croissant de dysfonctionnement du système immunitaire qui se produit plus le niveau de 25-hydroxyvitamine D en circulation est inférieur à 50 ng/mL - qui est une partie sur 20,000,000 25 XNUMX en masse. Cette relation est évidente dans de nombreuses maladies, et le déclin de la santé avec des niveaux inférieurs de XNUMX-hydroxyvitamine D est clairement évident dans les observations de Dror et al., décrites ci-dessus.

Les reins peuvent généralement produire suffisamment de 1,25-dihydroxyvitamine D hormonale avec 20 ng/mL ou plus de 25-hydroxyvitamine D circulante. Dans les pays développés, les directives gouvernementales en matière de supplémentation en vitamine D visent à atteindre ce niveau de 20 ng/mL sans tenir compte des besoins de le système immunitaire. (Kimball et Holick 2019.)

En 2008, 48 chercheurs de premier plan sur la vitamine D appelé pour que la norme de réplétion en vitamine D soit de 40 à 60 ng / ml de 25-hydroxyvitamine D en circulation. Depuis le début des années 2000, ces chercheurs et d'autres se disputent avec les comités de directives gouvernementaux sur la nécessité d'une supplémentation en vitamine D3 en quantités qui atteignent de telles les niveaux. 

La société endocrinienne 2011 recommandation a un objectif de 40 ng/mL pour s'assurer que pratiquement tous les individus ont un niveau supérieur à 30 ng/mL. Une toxicité, sous la forme de niveaux excessifs de calcium et de perte de densité minérale osseuse, peut survenir, mais les niveaux de 25-hydroxyvitamine D "doivent être supérieurs à 150 ng/mL avant qu'il y ait un problème". Ils en déduisent, assez arbitrairement, une limite supérieure de « marge de sécurité » de 100 ng/mL.

L'objectif d'environ 50 ng/mL de ces chercheurs a été confirmé par un grand nombre de recherches, un bon exemple étant la recherche menée en 2014 par des médecins d'un hôpital de Boston sur le risque d'infections nosocomiales et du site opératoire, en fonction de -Taux opératoires de 25-hydroxyvitamine D : Association entre le niveau préopératoire de 25-hydroxyvitamine D et les infections nosocomiales après un pontage gastrique de Roux-en-Y.

Les sujets étaient 770 patients souffrant d'obésité morbide qui ont subi la même chirurgie de perte de poids de pontage gastrique. L'obésité réduit la capacité de l'organisme à convertir la vitamine D3 en 25-hydroxyvitamine D circulante, mais il n'y a aucune raison de croire qu'elle modifie le niveau de 25-hydroxyvitamine D circulante dont les cellules immunitaires ont besoin pour faire fonctionner correctement leurs systèmes de signalisation intracrine et paracrine. Ces observations de Boston s'appliquent donc à tout le monde.

Ce qu'ils ont trouvé était frappant. Leurs graphiques (ci-dessous combinés en un seul) sont faciles à comprendre et devraient être affichés dans les cabinets de médecins et les salles d'attente, car ils sont si pertinents pour tous les aspects de la santé.

Pour les patients avec 50 ng/mL ou plus de 25-hydroxyvitamine D circulante (ce qui aurait été atteint en grande partie ou entièrement par une supplémentation appropriée en vitamine D), le risque d'infections nosocomiales et du site opératoire, séparément, était d'environ 2.5 %. 20 ng/mL est un niveau tout à fait ordinaire pour quelqu'un qui ne se supplémente pas beaucoup ou pas du tout en vitamine D3 et qui n'a pas eu récemment une exposition cutanée étendue aux UV-B (ou qui en a eu, mais sur une peau foncée ou noire). La recherche de l'hôpital de Boston montre que ces personnes ont 24% de chances de contracter chaque type d'infection.

Cette augmentation considérable des infections est due à l'affaiblissement des réponses innées et adaptatives aux bactéries qui sont la principale cause des deux types d'infection. Un certain degré de confusion peut exister dans ces résultats de l'hôpital de Boston, comme des personnes qui sont généralement en meilleure santé et qui prennent plus de vitamine D3 sans que cela n'affecte leur capacité à se défendre contre les infections bactériennes. Cependant, la relation est claire et forte et les mécanismes de signalisation intracrine et paracrine sont maintenant si bien compris qu'il est raisonnable de supposer que les facteurs de confusion ne sont responsables que d'une petite fraction de cette relation, et que la grande majorité de celle-ci est due à une faible 25 -niveaux d'hydroxyvitamine D provoquant un dysfonctionnement immunitaire.

Nous pouvons voir sur l'histogramme des niveaux de 25-hydroxyvitamine D dans le graphique au début de cet article (d'Israël et al. 2020) que même sous le soleil d'Israël, une fraction importante de la population - en particulier les femmes arabes - ont de la 25-hydroxyvitamine Niveaux de D dans la gamme de 5 à 10 ng/mL, 1/10e à 1/5e de ce dont leur système immunitaire a besoin. À 5 ng/mL, le risque de l'hôpital de Boston pour les infections nosocomiales et du site opératoire s'élève à 47 %. 

Dans l'histogramme des femmes arabes, la barre la plus basse, pour 4 à 5 ng/mL, est beaucoup plus élevée que la ligne de tendance. En effet, certaines de ces femmes avaient des niveaux inférieurs à la limite de détection de 4 ng/mL. Ces niveaux terriblement bas résultent, en grande partie, des vêtements de ces femmes couvrant la majeure partie de leur corps et de leur mode de vie évitant le soleil.

Cette combinaison d'observations et de compréhension mécaniste montre très clairement que la plupart des gens, dans la plupart des pays, pendant la majeure partie ou la totalité de leur vie, n'ont pas suffisamment de 25-hydroxyvitamine D pour exécuter leurs réponses immunitaires innées et adaptatives aux agents pathogènes bactériens. Les mêmes systèmes de signalisation intracrine et paracrine sont également raisonnablement supposés être tout aussi cruciaux pour la capacité du système immunitaire à développer de fortes réponses innées et adaptatives aux cellules cancéreuses, aux champignons et aux virus. 

Cet article est passé d'une discussion sur le COVID-19 à un tutoriel de crash sur la signalisation innée et adaptative à base de 25-hydroxyvitamine D. Ceci est nécessaire pour comprendre pourquoi une bonne santé humaine, y compris en particulier concernant le COVID-19, ne peut être atteinte qu'avec au moins 50 ng/mL de 25-hydroxyvitamine D en circulation. Aucune quantité de médicaments, de vaccins, de confinements, de masques, d'anticorps monoclonaux, les médicaments antiviraux, etc., peuvent compenser la paralysie du système immunitaire, ce qui sera le cas dans une large mesure lorsque les taux de 25-hydroxyvitamine D sont inférieurs à 40 ng/mL.

Bien qu'il y ait une prise de conscience croissante de l'importance de la vitamine D pour le système immunitaire, peu de cliniciens ou de chercheurs comprennent la signalisation intracrine et paracrine basée sur la 25-hydroxyvitamine D. Beaucoup supposent que le système immunitaire est en quelque sorte régulé par la même 1,25-dihydroxyvitamine D hormonale que les reins utilisent pour contrôler le comportement de cellules distantes, de plusieurs types, impliquées dans le métabolisme calcium-phosphate-os. Cela a conduit certains cliniciens à traiter septicémie et COVID-19 en augmentant ce niveau de 1,25-dihydroxyvitamine D circulante, tous deux sans succès. Comme indiqué dans la Front Line COVID-19 Critical Care Alliance (FLCCC) Protocole hospitalier MATH+, cette thérapie au calcitriol a un effet minime sur les cellules immunitaires et peut entraîner une toxicité en augmentant excessivement les taux de calcium dans le sang.

Beaucoup trop d'articles de recherche affirment que « la vitamine D régule le système immunitaire ». Cela conduit de nombreux chercheurs et cliniciens à supposer que le modèle hormonal s'applique également au système immunitaire. En fait, aucun des trois composés de la vitamine D ne régule quoi que ce soit. La parathyroïde et les reins régulent le métabolisme calcium-phosphate-os, les reins utilisant la 1,25-dihydroxyvitamine D circulante comme agent endocrinien (hormone) pour contrôler le comportement des cellules distantes à cette fin. 

Le système immunitaire se régule avec de multiples mécanismes interdépendants. Un élément crucial de cela est la capacité des cellules individuelles à répondre à leurs circonstances changeantes. De nombreux types de cellules immunitaires, lorsqu'elles détectent une condition spécifique à un type cellulaire particulier, génèrent de la 1,25-dihydroxyvitamine D en tant qu'agent intracrine, entièrement dans la cellule, pour modifier le comportement de cette cellule. Une partie de celle-ci se diffuse dans les cellules voisines où elle peut agir comme un agent paracrine pour modifier leur comportement. La 1,25-dihydroxyvitamine D est une molécule de signalisation. La vitamine D3 et la 25-hydroxyvitamine D ne le sont pas. Le rôle de la vitamine D3 est d'être convertie en 25-hydroxyvitamine D circulante, nécessaire aux reins et, à un niveau supérieur, à plusieurs types de cellules immunitaires.

Réponses inflammatoires dérégulées, aveugles et destructrices de cellules

De faibles niveaux de 25-hydroxyvitamine D affaiblissant les réponses immunitaires innées et adaptatives expliquent de nombreux problèmes de santé dont souffrent de nombreuses personnes aujourd'hui. Cependant, il existe un autre aspect du système immunitaire qui subit des effets potentiellement dévastateurs lorsque les cellules immunitaires ne peuvent pas obtenir suffisamment de 25-hydroxyvitamine D : une inflammation excessive. Ici, nous nous concentrons sur l'inflammation excessive dans les maladies aiguës COVID-19 et la septicémie, plutôt que sur l'inflammation excessive chronique qui entraîne les maladies auto-immunes.

Lorsque le COVID-19 nuit gravement ou tue, c'est le système immunitaire qui cause les dommages débilitants et mortels, et non le virus - qui a alors cessé de se répliquer. MATH+ du FLCCC protocole cela est clair :

Lorsque les symptômes sont suffisamment graves pour justifier une hospitalisation, la bataille est contre les réponses immunitaires hyper-inflammatoires dérégulées, et non contre la réplication virale. Les patients n'atteignent cet état que si leurs réponses innées et adaptatives n'ont pas réussi à supprimer l'infection virale et que le virus est devenu actif dans leurs poumons. La réponse inflammatoire excessive à cette infection entraîne la destruction des cellules endothéliales pulmonaires - celles qui tapissent les vaisseaux sanguins du poumon. Le corps réagit à ces dommages vasculaires envahissants en épaississant le sang, il est donc prêt à colmater les fuites. Le sang hypercoagulant forme des micro-embolies (caillots) dans les fins capillaires des poumons dans lesquels l'oxygène et le dioxyde de carbone sont échangés. Cela bloque la circulation dans des sections entières des poumons, exacerbant l'oxygénation réduite causée par l'accumulation de liquide (pneumonie) dans les alvéoles (petits sacs aériens) où cet échange se produit. 

La cause la plus fréquente de décès est l'hypoxie. Les micro-embolies et les caillots plus gros bloquent également la circulation et causent des dommages permanents et potentiellement mortels dans tous les autres organes, y compris le cœur, le cerveau, la moelle épinière et le foie. 

La recherche sur les lymphocytes Th2020 de 1 qui aurait dû mettre fin à la pandémie

Le « dysfonctionnement des lymphocytes T » est mentionné dans le diagramme MATH+, ce qui nous amène à Chauss et coll. 2021, d'abord publié en tant que pré-impression in Juillet 2023, dans lequel les chercheurs ont étudié les lymphocytes régulateurs Th1 récupérés dans les poumons de patients hospitalisés COVID-19. Pour la première fois, ils ont élucidé la dépendance de ce type de cellule à la signalisation intracrine basée sur la 25-hydroxyvitamine D. Les cellules Th1 produisent une cytokine pro- et anti-inflammatoire (molécule de signalisation du système immunitaire à courte portée). Dans leur programme de démarrage, une fois activée dans les poumons de ces patients, chaque cellule Th1 est pro-inflammatoire : sa production de cytokine pro-inflammatoire est supérieure à celle de l'anti-inflammatoire. 

Ces lymphocytes détectent une condition externe particulière (un niveau élevé d'un complément protéine), via des récepteurs à leur surface cellulaire. Cela amène la cellule à activer son système de signalisation intracrine à base de 25-hydroxyvitamine D, en produisant à la fois des molécules de récepteur de vitamine D (VDR) dans le corps de la cellule et l'enzyme 1-hydroxylase qui convertit la 25-hydroxyvitamine D en 1,25 -dihydroxyvitamine D (calcitriol). Chacune de ces molécules se lie à une molécule VDR et forme ainsi un complexe VDR-1,25-dihydroxyvitamine D activé.

Lorsque ce système de signalisation fonctionne correctement, les complexes activés se dirigent vers le noyau et régulent à la hausse et à la baisse le transcription de centaines de gènes, ce qui altère la production de protéines de la cellule et modifie ainsi son comportement. La cellule passe à son programme d'arrêt anti-inflammatoire : plus grande production de la cytokine anti-inflammatoire que de la pro-inflammatoire.

Cet article sur la biologie cellulaire dense décrit les étapes moléculaires précises par lesquelles tout cela devrait se produire. Il explique également comment ce système de signalisation intracrine échoue dans les cellules Th1 des poumons des patients COVID-19 hospitalisés. Cela signifie que les cellules Th1 continuent indéfiniment à stimuler les réponses inflammatoires dans les poumons. Ceci - et probablement des échecs similaires de la signalisation intracrine et paracrine de la 25-hydroxyvitamine D dans d'autres types de cellules immunitaires - entraîne une inflammation excessive, des dommages aux cellules endothéliales, ainsi que des lésions et la mort ultérieures résultant d'une pneumonie, d'une hypoxie et de lésions organiques.  

Le même échec ou affaiblissement de la signalisation intracrine à base de 25-hydroxyvitamine D dans d'autres types de cellules immunitaires qui protègent directement contre l'infection virale est certainement un facteur crucial dans la poursuite de l'infection pendant plus de quelques jours et sa progression vers les poumons.

Chauss et al. constaté que la raison principale ou unique de cet échec était 25-hydroxyvitamine D inadéquate dans ces lymphocytes Th1. Les chercheurs ne disposaient d'aucune donnée sur les taux circulants de 25-hydroxyvitamine D des patients, mais nous savons, grâce à des recherches telles que celle de Dror et al. que les patients COVID-19 en soins intensifs et ceux qui meurent ont généralement des niveaux de 25-hydroxyvitamine D encore plus bas que la population générale - dont la plupart n'ont qu'une fraction de ce dont leur système immunitaire a besoin pour fonctionner correctement.

Pour que le système de signalisation intracrine de chaque cellule Th1 fonctionne correctement, la 25-hydroxyvitamine D doit diffuser de la circulation sanguine et à travers la membrane plasmique de la cellule dans son cytosol (liquide interne) en quantité suffisante pour garantir que lorsque le système de signalisation intracrine de la cellule est activé, la conversion à la 1,25-dihydroxyvitamine D se déroule au rythme requis, et que la 25-hydroxyvitamine D continue à se diffuser dans la cellule pour remplacer les molécules qui viennent d'être converties. Une 25-hydroxyvitamine D intracellulaire inadéquate signifie que le système de signalisation intracrine ne peut pas produire suffisamment de 1,25-dihydroxyvitamine D pour activer le nombre de molécules VDR nécessaires pour modifier correctement le comportement de la cellule.

Toutes les informations ci-dessus sont disponibles dans des articles de recherche ou des prépublications depuis le milieu jusqu'à la fin de 2020, avant que tout vaccin à ARNm et vecteur adénovirus ne soit administré, et avant que les confinements et la suppression du traitement précoce ne deviennent si destructeurs. Aucune utilisation n'a été faite de ces informations par ceux qui ont dirigé la réponse générale à la pandémie, et à ce jour, très peu de gens - y compris les médecins et les immunologistes - semblent les comprendre.

La principale raison de cette ignorance est que la majorité des immunologistes et des médecins ne sont pas intéressés par de telles recherches.  

Les médecins et les immunologistes sont très occupés. Leurs domaines impliquent de lourdes responsabilités et l'idéal d'acquérir de vastes quantités de connaissances. Les revues académiques regorgent d'articles en général, en particulier concernant le COVID-19. 

Cependant, si les immunologistes et les médecins, dans leur ensemble, les groupes professionnels mondiaux sur lesquels l'humanité s'appuie entièrement, recherchaient avec diligence et sensibilisaient aux recherches les plus importantes, alors Chauss et. Al. serait rapidement devenu largement connu, même en tant que prépublication. D'abord, une poignée de ces professionnels l'aurait lu. Ensuite, ils l'auraient dit à leurs collègues, qui auraient également reconnu le rôle décisif que ces nouvelles connaissances pourraient jouer dans la réponse à la pandémie. Ils l'auraient dit aux autres, la nouvelle se serait répandue, les grands médias auraient écrit à ce sujet et bientôt les gouvernements agiraient en conséquence pour protéger le public en augmentant les niveaux de 25-hydroxyvitamine D de la plupart des gens. Les patients hospitalisés, les travailleurs de la santé, les personnes âgées, les personnes incarcérées et les autres personnes vulnérables auraient été prioritaires.

Cette réponse à la pandémie l'aurait supprimée fin 2020 ou début 2021, sans compter sur la vaccination, les masques ou les confinements - surtout si elle était associée à un nombre croissant de traitements précoces sûrs, peu coûteux et très efficaces, dont l'ivermectine est désormais le plus connu. 

Ce manque d'intérêt collectif pour la recherche la plus importante, dans une crise mondiale, constitue un niveau flagrant d'incompétence qui était, et est toujours, aggravé par la corruption généralisée et par les gouvernements et les entreprises travaillant ensemble pour supprimer le débat. Par conséquent, des dizaines de millions de personnes sont mortes alors que toute la pandémie aurait pu être supprimée dans le monde entier avec une supplémentation appropriée en vitamine D3 d'ici la fin de 2020. L'OMS rapporté qu'environ 14.9 millions de personnes avaient été tuées par la pandémie en 2020 et 2021 - directement par la maladie et indirectement, par exemple en ne pouvant pas accéder à un traitement hospitalier pour d'autres conditions.

Si les médecins et les immunologistes – ou même les médias grand public – s'étaient correctement intéressés à des recherches aussi importantes, une bonne compréhension de la vitamine D se serait largement répandue avant la pandémie de COVID-19. Par exemple, en ce qui concerne les infections nosocomiales, antérieures et confirmant les résultats de la recherche de l'hôpital de Boston en 2014, Yousef et al. 2012 et Laviano et coll. 2020, qui ont observé une augmentation de 48 % des infections postopératoires pour chaque réduction de 10 ng/mL de la 25-hydroxyvitamine D préopératoire.

L'un de nous (RW) écrit au Groupe consultatif stratégique et technique de l'OMS sur les risques infectieux (STAG-IH) le 2020-03-22 sur la vitamine D et d'autres nutriments pour lutter contre le COVID-19.

Les principaux chercheurs en vitamine D se sont précipités pour expliquer la nécessité de bons niveaux de 25-hydroxyvitamine D pour lutter contre la pandémie, mais pas dans les revues conventionnelles à comité de lecture : Wimalawansa 2020-02-28 et Grant & Baggerly 2020-04-09

Un article revu par des pairs soigneusement référencé La supplémentation en vitamine D à fortes doses pourrait représenter une alternative prometteuse pour prévenir ou traiter l'infection au COVID-19 Mansur et coll. 2020-05-18 aurait sauvé des millions de vies si les médecins et les immunologistes y avaient prêté l'attention voulue. 

Atteindre 50 ng/mL de 25-hydroxyvitamine D

Les aliments ne peuvent fournir qu'une petite fraction de la vitamine D3 dont nous avons besoin pour rester en bonne santé. L'exposition cutanée aux UV-B n'est ni une méthode sûre ni facilement accessible pour générer la plupart ou la totalité de la vitamine D3 dont notre corps a besoin. Une supplémentation appropriée en vitamine D3 est le seul moyen pour la plupart des gens d'atteindre les niveaux de 25-hydroxyvitamine D dont leur système immunitaire a besoin pour fonctionner correctement. Les quantités journalières sont minimes ; pour plus de commodité et de réduction des coûts, des doses plus importantes peuvent être prises tous les 7 à 10 jours. Vitamine D3 actuellement approuvée par le gouvernement lignes directrices supplémentaires sont insuffisants. Ils visent à atteindre un taux circulant de 25-hydroxyvitamine D de seulement 20 ng/mL, ce qui est généralement suffisant uniquement pour la fonction rénale et la santé des os. Ces directives spécifient généralement des quantités supplémentaires en fonction du groupe d'âge, souvent avec un apport quotidien maximal de 0.1 à 0.25 mg (4,000 10,000 à XNUMX XNUMX UI). 

Pour atteindre des niveaux sains de 25-hydroxyvitamine D pour tous les individus, nous ne pouvons pas nous fier uniquement à ces recommandations, à des tests sanguins ou à un suivi médical. Heureusement, il existe une gamme relativement large d'apports sains en vitamine D3 pour chaque personne, en raison des actions autolimitantes des enzymes qui dégradent la 25-hydroxyvitamine D à un rythme proportionnel à son niveau dans le corps. Par conséquent, doubler l'apport en vitamine D3 n'augmenterait probablement que de 25 à 40 % les niveaux de 50-hydroxyvitamine D.

Afin d'atteindre des niveaux sains de 25-hydroxyvitamine D d'au moins 50 ng/mL, et jusqu'à 90 ou 100 ng/mL sans surveillance médicale, il est à la fois nécessaire et suffisant de spécifier l'apport supplémentaire quotidien moyen en vitamine D3 sous la forme d'un rapport de poids corporel, ou dans une fourchette de deux ratios, avec des ratios plus élevés pour les personnes souffrant d'obésité. Idéalement, les principaux chercheurs en vitamine D auraient déjà écrit un article de journal consensuel à cet effet. Des recommandations conformes à cette approche peuvent être trouvées dans un article de 2022 sur les nutriments du professeur émérite de médecine Sunil Wimalawansa (University of Texas Medical Branch at Galveston and Robert Wood Johnson Medical School, New Jersey) : «L'augmentation rapide du sérum 25(OH)D stimule le système immunitaire, contre les infections - Sepsis et COVID-19.” Ces recommandations comprennent les plages de ratios suivantes :

  • Normal et en surpoids : 60 à 90 UI par kilogramme de poids corporel, par jour. Ainsi, 0.125 mg (5,000 50,000 UI) par jour, ou une gélule de 10 56 UI tous les 83 jours, convient aux personnes pesant de 122 à 183 kg (XNUMX à XNUMX lb).
  • Obésité I & II (IMC 30 à 39) : 90 à 130 UI par kg de poids corporel par jour.
  • Obésité III (IMC 40 ou plus) – une condition nécessitant des soins médicaux : 140 à 180 UI par kg de poids corporel par jour.

Ratios de poids corporel pour les personnes en insuffisance pondérale, normales et en surpoids, avec des ratios plus élevés pour les personnes souffrant d'obésité, peut être dérivé De Afchar et al. 2020 qui ont découvert que 70 à 100 UI de vitamine D3 par jour et par kg de poids corporel, pour plus de 500 patients en neuro-opthamologie depuis 2010, entraînaient des taux de 25-hydroxyvitamine D à long terme compris entre 40 et 90 ng/mL. En général, ceux qui se situent à l'extrémité inférieure de cette fourchette auraient souffert d'obésité. 

Ekwaru et coll. 2014 ont analysé les niveaux à long terme de 25-hydroxyvitamine D en fonction des quantités d'apports supplémentaires quotidiens pour quatre morphologies corporelles décrites par elles-mêmes : insuffisance pondérale, normale, surpoids et obésité. De cela, il est possible de conclure que pour atteindre 50 ng/mL de 25-hydroxyvitamine D, les personnes souffrant d'obésité avaient besoin d'environ 43 % de plus de vitamine D par jour, en proportion du poids corporel, que celles qui n'en souffraient pas.

Le professeur Wimalawansa a adapté cette dérivation aux gammes de ratios que nous venons de mentionner, que nous résumons de manière simplifiée dans le tableau suivant : 

Il a également recommandé 70 UI de vitamine D3 / kg de poids corporel / jour pour les 18 ans et moins (sans correction pour l'obésité) et des ratios inférieurs pour les adultes présentant une insuffisance pondérale. 

Une recherche indique que deux mécanismes amènent les personnes souffrant d'obésité à atteindre des niveaux de 25-hydroxyvitamine D inférieurs à ceux sans obésité, pour un rapport donné d'apport supplémentaire en vitamine D3 et de poids corporel : une hydroxylation réduite de la vitamine D3 dans le foie et une absorption accrue de la 25-hydroxyvitamine D dans le tissu adipeux en excès. Ces mécanismes sont spécifiques à l'obésité. Nous ne connaissons aucune preuve mécaniste ou observationnelle de ratios inférieurs pour les personnes souffrant d'insuffisance pondérale.

En suivant les recommandations basées sur le rapport de poids corporel telles que celles faites par le professeur Wimalawansa, les personnes de tous âges, poids et morphologies corporelles atteindront au moins 50 ng/mL de 25-hydroxyvitamine D circulante sur plusieurs mois, avec des niveaux dépassant rarement 100 ng/ mL, sans avoir besoin de tests sanguins ou de surveillance médicale. 

Augmentation rapide des niveaux de 25-hydroxyvitamine D en cas d'urgence clinique

Bien que 5,000 3 UI puissent sembler être une quantité substantielle de vitamine D1, ce minuscule 8000/25 5e de gramme ne fait pas grand-chose en une seule journée pour élever les niveaux moyens de 25-hydroxyvitamine D sans complément, qui varient généralement de 25 à 3 ng/mL. Une méthode courante pour augmenter rapidement les niveaux de XNUMX-hydroxyvitamine D est une dose orale en bolus (ou « charge ») de vitamine DXNUMX. Selon la Société Européenne de Nutrition Clinique et Métabolisme (ESPEN) Ligne directrice sur la nutrition clinique dans l'unité de soins intensifs, une seule dose élevée de 500,000 12.5 UI (3 mg) de vitamine D3 semble sans danger pour les patients présentant une carence au cours de la première semaine de traitement. Cependant, chez les patients gravement malades, les limitations potentielles de l'absorption et de la fonction hépatique, et les quatre jours environ nécessaires pour hydroxyler la vitamine D25 en XNUMX-hydroxyvitamine D, retardent de manière inacceptable l'amélioration urgente de la fonction immunitaire.

Une approche plus efficace, telle que recommandée par le professeur Wimalawansa, consiste à une dose orale unique de calcifediol (25-hydroxyvitamine D) de 0.014 mg par kilogramme de poids corporel. Pour un adulte de poids moyen, cela représente environ 1 milligramme. Le calcifediol est plus facilement absorbé que la vitamine D3 et pénètre directement dans la circulation, élevant en toute sécurité les niveaux au-dessus de 50 ng/mL en seulement 4 heures. Ce niveau accru diminue au fil des jours à une semaine, donc une supplémentation supplémentaire en calcifediol ou en vitamine D3 régulière ou en bolus est nécessaire pour le maintenir. Une dose de 1 mg de calcifediol équivaut à peu près à un modeste 160,000 4 UI (3 mg) de vitamine D25. À moins qu'il y ait des raisons de soupçonner que le patient a un excès de XNUMX-hydroxyvitamine D, les tests sanguins ne sont pas nécessaires, car cet apport n'entraîne pas de toxicité.

La bonne solution à de nombreux problèmes de santé aigus et chroniques est d'encourager et de soutenir - mais pas de forcer - chacun à se supplémenter en vitamine D3 en quantité suffisante pour atteindre au moins 50 ng/mL de 25-hydroxyvitamine D. Pour ceux qui ne l'ont pas fait, et qui reçoivent un diagnostic de COVID-19, de septicémie ou de toute autre maladie potentiellement mortelle, le protocole de calcifediol ci-dessus est de loin l'intervention médicale la plus importante dont ils ont besoin de toute urgence, autre que l'aide à la respiration et à la tension artérielle. Le calcifédiol est disponibles dans certains pays européens sous forme de prescription bon marché de 0.266 mg Hidroférol or Néodidro gélules. Flacons de 60 petits d.développer Les comprimés de 0.01 mg sont disponibles aux États-Unis sans ordonnance pour 20 $.  

Les graphiques ci-dessous comparent l'augmentation typique de la 25-hydroxyvitamine D sur plusieurs mois avec l'augmentation sur 4 heures après une dose de 0.532 mg de calcifediol chez des sujets sains :

Ces graphiques proviennent de McCullough et coll. 2019 et Brevet 2016 pour les capsules utilisées dans un essai contrôlé randomisé, rapporté dans Castillo et al. 2020, dont nous discutons ci-dessous. Le Castillo et al. les chercheurs savaient que le calcifediol oral augmenterait les niveaux de 25-hydroxyvitamine D plus rapidement que le bolus de vitamine D3, mais n'étaient peut-être pas au courant du brevet ou du temps de montée de 4 heures. Plus tard, ils ont découvert un article rarement cité de 1974 par TCB Stamp (plus tard, Sir Trevor) intitulé "Absorption intestinale du 25-hydroxycholécalciférol» qui décrit l'augmentation rapide en réponse à une dose orale unique de 0.01 mg/kg de poids corporel de calcifediol.

La compréhension de nombreux médecins du traitement à la vitamine D pour les maladies aiguës est limitée par : 

  • Ne sachant pas que 50 ng/mL de 25-hydroxyvitamine D sont nécessaires au bon fonctionnement du système immunitaire.
  • Ne pas savoir que même des bolus de vitamine D3 par voie orale prennent des jours pour augmenter les niveaux de 25-hydroxyvitamine D. 
  • Manque de connaissances sur la façon dont le calcifediol oral atteint cela en 4 heures. 
  • Un malentendu plus fondamental que la vitamine D3 orale augmentera les niveaux de 1.25-hydroxyvitamine D, ce qui n'est pas le cas, ces niveaux «renforçant en quelque sorte le système immunitaire». 

La recherche et une compréhension plus large de l'importance de maintenir des taux circulants de 50-hydroxyvitamine D de 25 ng/mL ont progressé plus lentement qu'elles ne l'auraient fait si tous les participants - en particulier les immunologistes et les médecins - avaient consacré l'attention nécessaire à ce domaine. 

Les personnes ayant une formation en ingénierie, qui sont habituées au rythme rapide des progrès dans des domaines tels que les semi-conducteurs et les microprocesseurs, peuvent trouver la lenteur des progrès dans ce domaine surprenante. Ils peuvent également remarquer le manque d'intérêt apparent de nombreux médecins envers la recherche qui contredit le consensus parmi leurs pairs. 

Dans un monde où tous les médecins et la plupart des gens reconnaissent la nécessité d'une supplémentation appropriée en vitamine D3 pour la santé du système immunitaire, la propagation du virus SRAS-CoV-2 aurait probablement été empêchée. De plus, les cas de grippe et de septicémie seraient rares et la santé globale connaîtrait des améliorations significatives.

Vitamine D3 et calcifédiol comme traitement précoce du COVID-19, de la septicémie, etc.

Il n'est pas largement connu que ce protocole de calcifediol conduira généralement à des améliorations rapides dans la plupart des cas de COVID-19, de septicémie et d'autres maladies aiguës où de faibles réponses innées et adaptatives - et des réponses inflammatoires extrêmement dérégulées - nuisent et tuent de nombreuses personnes.

Les médecins et les immunologistes devraient s'intéresser à fournir au système immunitaire et au reste du corps les conditions dont ils ont besoin pour fonctionner correctement. Cependant, pour diverses raisons troublantes, la plupart ne le sont pas. Deux manuels d'immunologie de premier plan, La 9e édition de Janewayet 10e éd. d'Abbasition, totalisant 1500 pages, ne mentionnent pas la vitamine D dans leurs index.

La vitamine D – sous forme de bolus de vitamine D3 ou mieux encore, 0.014 mg/kg de poids corporel calcifediol – devrait être reconnue comme le traitement précoce le plus efficace pour le COVID-19. Cependant, sur le site de méta-analyse constamment mis à jour c19early.org, La vitamine D est considérée comme moins efficace, parmi les premiers traitements largement étudiés, que l'ivermectine, un anticorps monoclonal qui n'est plus utile, la quercétine, la povidone iodée, la mélatonine, la fluvoxamine et l'exercice.

Cela conduit de nombreux cliniciens à considérer la vitamine D comme un simple traitement de plus dans leur vaste boîte à outils. Faute de la compréhension mentionnée ci-dessus, ils administrent un ou plusieurs médicaments sans le traitement décisif au calcifediol qui permettrait à la plupart des systèmes immunitaires de leurs patients de fonctionner correctement en quelques heures - probablement pour la première fois de leur vie. 

Les essais contrôlés randomisés (ECR) sur le traitement de la vitamine D COVID-19 sont très variés en termes de gravité de la maladie à l'admission, de critères de réussite et de protocoles de traitement. Beaucoup ont utilisé des quantités inefficaces de vitamine D3 au cours des cinq premiers jours. Tous ceux qui ont utilisé 7.5 mg (300,000 3 UI) ou plus de vitamine DXNUMX ont produit de bons résultats, tout comme certains de ceux qui en ont utilisé moins - mais il s'agissait généralement d'essais plus petits et donc relativement peu significatifs.

Le plus important de ces ECR est Castillo et coll. , publié en août 2020. Si les responsables de la réponse à la pandémie avaient pleinement tenu compte de cette recherche et s'étaient uniquement consacrés à la suppression de la transmission et de la gravité du COVID-19 - plutôt que de se concentrer sur le caractère essentiel supposé des vaccins - ils auraient monté un campagne mondiale de fabrication et de distribution de vitamine D3, avec du calcifediol pour le traitement précoce, d'ici la fin de cette année. Cette approche, en particulier avec les traitements précoces impliquant zinc et des médicaments bon marché, auraient mis fin à la pandémie sans confinements, vaccins ou masques et avec seulement une fraction du terrible bilan actuel.

Les chercheurs ont travaillé avec 76 patients COVID-19 hospitalisés à Cordoue, en Espagne, qui ont tous été traités avec de l'hydroxychloroquine et l'antibiotique azithromycine. Les 50 patients du groupe de traitement ont reçu une dose orale unique de 0.532 mg de calcifediol à l'admission, suivie de doses de 0.266 mg les jours 3, 7, 14, 21, etc.

Les résultats positifs étaient en partie dus à une randomisation imparfaite, qui a abouti à ce que le groupe témoin contienne un nombre significativement plus élevé de patients présentant des comorbidités. Cependant, deux biologistes informaticiens du MIT ont analysé les résultats dans un pré-impression et ont conclu que la diminution des admissions aux soins intensifs était associée à l'intervention au calcifediol, justifiant des essais cliniques immédiats et bien conçus pour évaluer davantage l'efficacité de ce traitement.

Les résultats, même avec ces mises en garde, ont été spectaculaires : les admissions aux soins intensifs sont passées de 50 % à 2 % et les décès de 8 % à zéro. La dose initiale de 0.532 mg de calcifediol était environ la moitié de celle recommandée dans le protocole de 0.014 mg / kg de poids corporel mentionné ci-dessus, qui aurait été de 1 mg pour un patient de 70 kg. 

À la fin de 2020, alors que le monde panique à propos de COVID-19, avec des verrouillages imposés et des quasi-vaccins à ARNm et à vecteur adénoviral mal testés sur le point d'être introduits, cette recherche importante aurait dû être discutée et célébrée. Pourtant, à ce jour, peu en ont entendu parler. (Des recherches ultérieures menées par la même équipe avec le calcifediol ont produit des résultats moins spectaculaires, mais à ce moment-là, le calcifediol était largement utilisé dans la population générale, le protocole de traitement était plus complexe, l'observance ne pouvait pas être assurée et ces essais ultérieurs n'avaient pas de groupe témoin approprié.)

En conclusion, le potentiel du protocole calcifediol dans le traitement du COVID-19, de la septicémie et d'autres maladies aiguës est sous-évalué en raison des connaissances et de la compréhension limitées des professionnels de la santé. Une plus grande sensibilisation et reconnaissance du rôle de la vitamine D dans le traitement, ainsi que l'impact rapide du calcifediol sur le système immunitaire des patients, modifieront le paysage des soins de santé face aux pandémies et autres maladies graves. Il est crucial de sensibiliser à l'importance de la vitamine D3 et du protocole calcifediol dans la formation médicale et la pratique clinique.

Septicémie, inflammation et manque d'helminthes

Ce manque de compréhension mortel sur les trois composés de la vitamine D et leur rôle dans le système immunitaire, qui a empêché les autorités sanitaires d'arrêter la pandémie de COVID-19, ressemble à des schémas similaires de mauvaise compréhension d'autres maladies. La corruption par les sociétés pharmaceutiques multinationales joue un rôle important dans la suppression des connaissances sur l'importance des composés de la vitamine D au-delà de leur fonction dans le métabolisme calcium-phosphate-os. Le principal chercheur en vitamine D, Bill Grant, en a parlé dans son article de 2018 : «Acceptation de la vitamine D retardée par Big Pharma suite au Disinformation Playbook.” Cependant, cela ne peut pas être l'explication complète, car le même schéma existe en Chine, qui est hors de portée directe des multinationales occidentales.

La septicémie est une condition horrible dans laquelle une infection virale, bactérienne ou fongique incontrôlée déclenche une réponse inflammatoire extrême et autodestructrice, endommageant les organes et s'avérant souvent mortelle. Un diagnostic rapide est crucial mais difficile, car les patients peuvent présenter un large éventail de symptômes non spécifiques et leur état peut se détériorer rapidement.

Google Scholar trouve 54,000 25 articles sur la septicémie et la vitamine D, dont beaucoup indiquent que les patients atteints de septicémie ont tendance à avoir des taux de XNUMX-hydroxyvitamine D encore plus bas que la population générale. Alors que l'infection et l'inflammation peuvent abaisser ce niveau, de faibles niveaux de pré-infection contribuent de manière significative au risque. Cependant, la seule vitamine mentionnée sur la page Wikipedia pour la septicémie est la vitamine C.

Compte tenu de ces connaissances, il est clair qu'un niveau de 50 ng/mL de 25-hydroxyvitamine D réduirait considérablement le risque d'infections envahissantes qui déclenchent une septicémie, ainsi que la probabilité d'une réponse inflammatoire excessive.

En immunologie, le terme « inflammation » a un sens large. Il comprend le recrutement de cellules immunitaires vers les sites d'infection et certaines réponses cytotoxiques (destruction cellulaire aveugle), telles que celles de éosinophiles – les kamikazes du système immunitaire. Ces réponses cytotoxiques ont évolué principalement pour lutter contre les parasites multicellulaires, comme les helminthes (vers intestinaux), car les anticorps et les macrophages qui agissent efficacement contre les cellules cancéreuses, les bactéries, les champignons et les virus font peu d'impression sur les agents pathogènes composés de milliards de cellules.

Une cause moins connue, mais bien établie et seulement partiellement étudiée, de l'inflammation excessive et destructrice de cellules est l'absence d'helminthes chez l'homme - et chez nos animaux de compagnie et d'élevage - au cours du siècle dernier environ. Les helminthes ont depuis longtemps développé des composés qui régulent négativement les réponses inflammatoires de leurs hôtes. Nos ancêtres semblent avoir été infestés de manière omniprésente par une ou plusieurs espèces d'helminthes, et nous avons hérité de leur adaptation évolutive à cela : une réponse inflammatoire trop forte qui serait probablement équilibrée lorsqu'elle serait régulée négativement par des composés helminthiques.  

Maintenant que nous sommes tous vermifugés, nous sommes sujets à une inflammation excessive. Certains d'entre nous, en raison de la variation génétique, ont des réponses particulièrement fortes qui provoquent de nombreux troubles inflammatoires auto-immuns tels que la sclérose en plaques, la polyarthrite rhumatoïde, le psoriasis, l'asthme, les céphalées en grappe et la migraine. S'il te plait regarde vitamindstopscovid.info/06-adv/ et helminthictherapywiki.org pour des liens et une discussion sur la thérapie helminthique - dans laquelle ces maladies peuvent être supprimées par une infection helminthique délibérée. La première page traite également des protocoles à haute teneur en 25-hydroxyvitamine D de Cicero Coimbra et d'autres, qui peuvent également supprimer ces conditions, avec un suivi médical pour se prémunir contre les niveaux excessifs de calcium et la perte osseuse.

Le succès de ces deux régimes de traitement indique que le manque d'helminthes est le problème fondamental sous-jacent aux troubles inflammatoires aigus et chroniques, les faibles niveaux de 25-hydroxyvitamine D exacerbant considérablement la réponse inflammatoire excessivement forte. Les domaines de la recherche sur la vitamine D et les helminthes sont comme des navires passant dans la nuit, sans se connaître. Protocole de Coimbra cliniciens expliquer leur succès de manière spéculative, en utilisant le terme «résistance à la vitamine D», sans faire référence aux helminthes. Les chercheurs helminthiques ne mentionnent pas la vitamine D.

Des composés modulateurs helminthiques, tels que la tuftsine-phosphorylcholine, ont été découverts et synthétisés et font actuellement l'objet de recherches. Cependant, aucun n'est encore disponible pour un usage thérapeutique. Il est facile d'imaginer que ces composés soient utilisés judicieusement, avec la bonne vitamine D3, bore, de magnésium, de zinc et d'acides gras oméga-3, et d'éviter les excès d'acides gras oméga-6, pour supprimer avec succès de nombreux troubles inflammatoires, y compris ceux qui contribuent à l'obésité, à la dépression et à la neurodégénérescence.

Maladie de Kawasaki, MIS-C, PIMS et COVID-19

La maladie de Kawasaki est une vascularite inflammatoire aiguë et potentiellement mortelle qui touche les nourrissons et principalement les jeunes enfants. Un déclencheur infectieux est généralement observé des semaines ou des mois avant son apparition. Les cas graves impliquent des anévrismes de l'artère coronaire, qui peuvent devenir mortels plus tard dans la vie.

Des décennies d'articles de recherche sur la maladie de Kawasaki et de rapports cliniques décrivent l'étiologie de la maladie comme un mystère. En apprenant les caractéristiques épidémiologiques bien connues de la maladie, telles que le pic d'incidence au Japon en hiver ou affectant principalement les enfants à la peau foncée à Paris, de nombreux non-spécialistes soupçonneraient une vitamine D insuffisante comme facteur causal important. Cependant, de telles idées ne semblent pas venir à l'esprit de la plupart des pédiatres.

En 2015, les chercheurs italiens Stagi et al. publié un article qui aurait dû transformer la compréhension, la prévention et le traitement de la maladie de Kawasaki. Pourtant, en mai 2020, il n'avait été cité que 13 fois. Heureusement, il y a eu 39 citations au cours des trois années suivantes, mais ce n'est qu'une petite fraction de l'impact que cela aurait dû avoir.

L'étude a porté sur 21 filles et 58 garçons, âgés en moyenne de 5.8 ans. Leurs niveaux moyens de 25-hydroxyvitamine D étaient de 9.2 ng/mL, tandis que les témoins appariés selon l'âge étaient en moyenne de 23.3 ng/mL. Le niveau moyen des enfants qui ont développé des anomalies des artères coronaires était encore plus bas : seulement 4.9 ng/mL. Tout au plus, seule une fraction de cette différence pourrait s'expliquer par l'épuisement des niveaux de 25-hydroxyvitamine D par la maladie. Le reste de cette forte divergence est clairement causal, ainsi que la prédisposition génétique et les infections déclenchantes.

Étant donné que ces niveaux dangereusement bas de 25-hydroxyvitamine D sont faciles à augmenter et devraient être augmentés pour de nombreuses autres raisons, on pourrait penser que cette recherche aurait été un moment eureka pour les chercheurs et les cliniciens de la maladie de Kawasaki, dépeints dans les médias grand public comme un jeu- percée changeante. Cependant, il a été largement ignoré.

La maladie de Kawasaki peut désormais également être déclenchée par des infections au COVID-19, y compris celles qui sont asymptomatiques, comme c'est souvent le cas chez les enfants. Deux diagnostics liés à la maladie de Kawasaki sont apparus en 2020 : MIS-C (Syndrome inflammatoire multisystémique chez l'enfant) et PIMS (Syndrome inflammatoire multisystémique pédiatrique). Ceux-ci sont déclenchés par une infection au COVID-19 ou, occasionnellement, au COVID-19 quasi-vaccination.

La maladie de Kawasaki résultant du COVID-19 fait partie d'un continuum symptomatique avec MIS-C/PIMS, tel que décrit par Tsoukas et Yeung en 2022. Les nourrissons et les jeunes enfants sont plus susceptibles d'être diagnostiqués avec la maladie de Kawasaki, tandis que les adolescents et les jeunes adultes sont plus susceptibles d'être diagnostiqués avec les deux autres conditions, qui impliquent moins de vascularite et plus de dommages aux organes.

L'un d'entre nous (RW) a écrit à des dizaines d'auteurs d'articles sur la maladie de Kawasaki/MIS-C en 2020 pour les sensibiliser aux recherches de Stagi et al. et aux implications évidentes pour la vitamine D3 en tant que mesure préventive et le calcifediol en tant que traitement. Un seul a répondu, déclarant sans arguments spécifiques qu'ils ne pouvaient pas imaginer que le problème était une faible teneur en vitamine D. Une enquête de 2022 portant sur 50 articles consécutifs sur la maladie de Kawasaki/MIS-C dans Google Scholar a révélé qu'un seul mentionnait la vitamine D, puis seulement en passant. La situation s'est peut-être quelque peu améliorée depuis. Une autre série d'e-mails à certains de ces pédiatres a abouti à une seule réponse, cette fois beaucoup plus élogieuse, d'un médecin qui n'avait pas envisagé la vitamine D auparavant.

En conclusion, le manque de compréhension et la sous-utilisation de la vitamine D dans la prévention et le traitement de divers troubles inflammatoires, tels que la septicémie et la maladie de Kawasaki, ont conduit à accepter des niveaux très élevés de souffrance, de préjudice et de mort comme normaux et inévitables, alors que la grande majorité d'entre eux pourraient être évités avec une bonne nutrition. La septicémie à elle seule est comme un monstre qui ronge l'humanité au rythme de la Seconde Guerre mondiale ou du COVID-19, toute la journée, tous les jours - un décès toutes les 3 secondes. 

L'intégration de la recherche sur la vitamine D à la recherche sur les helminthes pourrait ouvrir de nouvelles voies pour des traitements plus efficaces, susceptibles de sauver des vies et d'améliorer la qualité de vie des personnes touchées par ces affections. 

Au-delà de la corruption ou des niveaux ordinaires d'incompétence

La corruption ne représente qu'une partie du grave manque de sensibilisation au sein de la profession médicale concernant l'importance de maintenir des niveaux adéquats de 25-hydroxyvitamine D pour le bon fonctionnement du système immunitaire. Les preuves fournies dans les recherches et les revues citées ci-dessus suggèrent que de faibles niveaux de 25-hydroxyvitamine D sont un facteur important contribuant à la transmission et/ou à la gravité de la COVID-19, de la grippe, de la septicémie, de la KD, du MIS-C, du PIMS et de nombreuses maladies auto-immunes. troubles inflammatoires. Néanmoins, le public reste dépendant de la majorité des médecins et immunologistes qui en sont largement ignorants.

Ces professionnels de la santé ne sont pas idiots, incompétents ou de mauvais caractère. Comme tout le monde, leur capacité à reconnaître les lacunes systémiques de leur propre compréhension du monde et de celle de leur profession est limitée par la pensée de groupe. Certains médecins parviennent à s'affranchir de cet état d'esprit, mais se heurtent à d'immenses difficultés pour amener leurs confrères à prendre en compte cette information vitale. Ces médecins peuvent être ostracisés et mentionnés avec mépris par leurs pairs. De même, ceux qui critiquent les quasi-vaccins et la suppression de l'ivermectine et d'autres traitements véritablement sûrs, efficaces et peu coûteux pour le COVID-19 s'exposent à des représailles, y compris la radiation.

Ces modèles préjudiciables en médecine, qui découragent l'innovation et piègent la plupart des praticiens dans un cycle de pensée de groupe corrompue et d'incompétence, semblent cibler des solutions discrètes et peu glamour à des problèmes médicaux urgents actuellement traités par des interventions coûteuses et sophistiquées. Les motivations de profit sont évidemment en jeu ici. Un autre facteur possible est que la plupart des médecins n'ont pas enduré une décennie ou plus de formation exigeante et coûteuse simplement pour passer leur carrière à conseiller à plusieurs reprises aux patients de prendre des vitamines, d'éviter les excès d'acides gras oméga-6, de sucre et de sel, et de faire plus d'exercice. Une partie de cette résistance peut provenir du fait que de nombreux patients s'attendent à des traitements plus ciblés et plus sophistiqués, compte tenu du coût des services médicaux.

Les industries qui célèbrent l'innovation - telles que la biotechnologie, l'électronique et les logiciels - voient rarement la majorité de leurs professionnels s'enliser dans une stagnation improductive pendant des années, comme cela se produit en médecine. Il y a une innovation en médecine, comme en témoignent les chirurgies de routine des yeux, de la hanche et du genou qui auraient semblé miraculeuses il y a quelques décennies. Les soins dentaires ont également connu des progrès extraordinaires.

Des domaines entiers de la médecine sont victimes d'une admiration erronée pour des écarts complexes, sophistiqués et induits par la foule par rapport à ce dont les patients et le public ont réellement besoin. Les approches plus simples, qui sont précisément ce dont elles ont besoin, sont souvent ignorées, évitées ou ridiculisées comme indignes de l'attention des médecins. 

Irréaliste, parfois quasi-religieux, les espoirs et les attentes entourant les vaccins ont sans doute été la distorsion de pensée et de pratique la plus importante pendant la pandémie de COVID-19. Si de tels vaccins n'avaient pas été possibles ou s'ils avaient été rapidement et correctement rejetés comme ayant une valeur limitée ou négative, les médecins et autres professionnels auraient été contraints de s'appuyer sur des traitements et une nutrition précoces. Ceux-ci auraient été bien plus efficaces que les traitements communément appelés vaccins COVID-19, mais n'auraient pas satisfait le désir de certains professionnels d'inciter à la panique et de contrôler des populations entières lors d'une crise fabriquée.

Le complexe de vitamine D des zones médicales interdites s'effondrerait probablement si un seul aspect était rectifié. Par exemple, si tous les pédiatres reconnaissaient l'importance d'une supplémentation appropriée en vitamine D3, in utero et au-delà, pour réduire l'incidence de la maladie de Kawasaki, MIS-C, PIMS, pré-éclampsie, l'autisme, la schizophrénie et la naissance prématurée, alors les autres zones interdites s'effondreraient - septicémie, COVID-19, grippe et éventuellement neurodégénérescence. Peu de médecins sont intéressés ou conscients du fait que les personnes atteintes de la maladie de Parkinson présentent encore plus bas niveaux de 25-hydroxyvitamine D que ceux qui ne sont pas atteints de la maladie, avant même de présenter des symptômes. 

D'autres exemples d'évitement médical persistant d'informations qui conduiraient à des solutions plus simples, plus efficaces, moins glamour et moins rentables à des problèmes de santé majeurs comprennent : 

  • Recherche évaluée par des pairs en 2011 par MR Naghii et al. démontre qu'un apport quotidien supplémentaire de 10 mg de bore provoque la désintégration des calculs rénaux confirmés par échographie, leur permettant d'être évacués plus facilement, souvent dans les jours suivant le début du traitement. Naghii recommande que la L-arginine facilite considérablement ce processus. Par conséquent, la majeure partie de l'industrie du traitement des calculs rénaux, qui pèse plusieurs milliards de dollars, peut être à la fois inutile et nocive, compte tenu de ses coûts financiers et de ses risques médicaux par rapport à la consommation de la moitié de la limite de sécurité en bore par jour.
  • Le bore devrait être reconnu comme un nutriment essentiel avec des apports quotidiens sains d'environ 10 mg, au lieu du typique ~ 1 mg, principalement à partir de fruits et légumes cultivés dans un sol appauvri en bore. Les avantages comprennent le soulagement de la polyarthrite rhumatoïde et l'amélioration de la santé dentaire et osseuse (Nothing Boring About Boron, 2015 PMC4712861 et aminotheory.com/cv19/#08-bore).
  • Le syndrome des jambes sans repos/trouble des mouvements périodiques des membres et leurs variations sous-diagnostiquables provoquant l'insomnie peuvent être facilement expliqué par plusieurs choix diététiques et de style de vie courants, dont beaucoup peuvent être évités sans intervention médicale. Ceux-ci réduisent l'activation des récepteurs dopaminergiques et/ou opioïdes inhibiteurs dans les circuits réflexes spinaux responsables d'une réponse réflexe uniquement humaine, activée par le toucher doux, protectrice de la voûte plantaire. Malgré la notification de RLS.org et des principaux chercheurs de RLS en 2011, il n'y a eu aucune réponse et l'étiologie reste officiellement inconnue. Des millions de personnes atteintes continuent d'être traitées avec des antagonistes de la dopamine modifiant la personnalité et, en cas d'échec, des opioïdes. 

Le fléau du COVID-19, la septicémie et d'autres problèmes connexes ne seront éradiqués que lorsque la majorité des médecins comprendront le besoin du système immunitaire de 50 ng/mL de 25-hydroxyvitamine D. Cela dépendra en grande partie des immunologistes, qui semblent actuellement tellement absorbés par les complexités des cytokines, des variations génétiques et des types d'anticorps qu'ils ne peuvent pas comprendre que presque toute leur profession n'a pas compris un mécanisme critique par lequel les cellules immunitaires individuelles réagissent à leurs circonstances changeantes.

Saisonnalité de la grippe et du COVID-19

Des niveaux sains de 25-hydroxyvitamine D de 50 ng/mL ou plus ne diminuent que légèrement la probabilité d'infection au COVID-19 à la suite d'une exposition virale donnée. Ces niveaux offrent une forte protection contre les maladies graves. Encore plus crucial pour des populations entières, de tels niveaux permettent des réponses immunitaires à pleine puissance qui suppriment rapidement les infections virales et réduisent les niveaux moyens d'excrétion virale. Ce mécanisme, plus que tout autre, diminue la transmission et, par conséquent, le nombre total d'individus infectés. La réponse immunitaire robuste se traduit également par une immunité optimale et durable contre les mêmes agents pathogènes ou des agents pathogènes similaires.

Des changements modestes mais significatifs des niveaux moyens de 25-hydroxyvitamine D dans la population sont le principal moteur de la grippe et de la saisonnalité du COVID-19 : nutritionmatters.substack.com/p/covid-19-seasonality-is-principalement. Comme démontré dans cet article, le nombre de patients COVID-19 hospitalisés au Royaume-Uni a diminué de façon exponentielle, passant de 19,617 2020 à la mi-avril 795 à 25 à la fin août. Cette réduction de moitié mensuelle était principalement due au pic estival des niveaux moyens de 3-hydroxyvitamine D pour les personnes qui ne se supplémentent pas suffisamment en vitamine D25 : environ 15 ng/mL pour les Blancs et environ 25 ng/mL pour ceux à la peau foncée ou noire. Il n'y a pas eu de confinement, de vaccins ou de mesures généralisées de masquage et de distanciation sociale pendant cette période. Les taux d'infection et d'hospitalisation ont augmenté en septembre et les mois suivants alors que les niveaux de XNUMX-hydroxyvitamine D ont chuté et qu'une nouvelle variante plus transmissible est apparue.

Dror et al. et autres rapports

Le graphique au début de cet article affiche des histogrammes de la distribution dans la population des niveaux de 25-hydroxyvitamine D. Tout d'abord, en grisé, sont les niveaux calculés à partir Luxwolda et coll. 2012, qui est la seule étude à ce jour qui a mesuré les niveaux de 25-hydroxyvitamine D chez des Africains vivant traditionnellement - 35 éleveurs Maasai et 25 chasseurs-cueilleurs Hadzabe en Tanzanie, avec un âge moyen de 35 ans. Le niveau moyen était de 46 ng/mL (125 nmol/L). Il est raisonnable de supposer que les systèmes immunitaires de tous les humains d'aujourd'hui diffèrent peu de ceux de nos ancêtres africains il y a 50,000 3 ans. Cependant, des adaptations ont évolué depuis lors, en particulier la perte de mélanine absorbant les UV-B chez ceux qui se sont aventurés loin de l'équateur, ce qui a amélioré la capacité de nombreuses populations à générer de la vitamine DXNUMX lorsqu'elles sont exposées à la lumière UV-B.

Les quatre autres histogrammes proviennent d'une préimpression de septembre 2020 par Israel et al., "Le lien entre carence en vitamine D et Covid-19 dans une large population.” Celles-ci sont basées sur des mesures effectuées entre 2010 et 2019 et enregistrées dans une base de données israélienne de 4.6 millions de patients. Les taux moyens sont tous bien inférieurs à 50 ng/mL. Bien qu'elles vivent sous le soleil d'Israël, à 32 ° nord - au niveau de San Diego et de Savannah, en Géorgie - les niveaux de femmes arabes sont alarmants. Sans une supplémentation adéquate en vitamine D et compte tenu de leur mode de vie évitant le soleil, les perspectives pour la santé de ces femmes - et le développement neurologique de leurs enfants - doivent être sombres. Leur taux médian est d'environ 10 ng/mL. 

Plusieurs articles de recherche britanniques montrent que les niveaux médians pour les hommes et les femmes asiatiques (pakistanais, indiens et bangladais) au Royaume-Uni sont de 10 ng/mL ou moins - et il est raisonnable de supposer que la médiane pour les femmes serait nettement inférieure à cela.

Israël et al. ont trouvé des taux plus élevés d'infection par le SRAS-CoV-2 chez les personnes ayant de faibles niveaux de 25-hydroxyvitamine D, en particulier chez les femmes, dont les niveaux sont légèrement ou nettement inférieurs à ceux des hommes du même groupe ethnique. En plus des niveaux inférieurs augmentant probablement le risque d'infection, le mécanisme le plus important sous-jacent à cette corrélation peut être que la plupart des individus des trois groupes ethniques, avec des niveaux moyens de 25-hydroxyvitamine D progressivement inférieurs - généraux, ultra-orthodoxes et arabes - dépensent la plupart de leur temps parmi les autres membres de leur groupe. Ces niveaux inférieurs conduiront à des réponses immunitaires progressivement plus faibles et, par conséquent, à des niveaux plus élevés d'excrétion virale et de transmission au sein de ces ethnies. La taille de la famille et les pratiques de travail – telles que la capacité de travailler à domicile par rapport aux emplois à contact élevé avec le public – jouent probablement également un rôle dans ces taux d'infection différents.

Nous revenons maintenant aux découvertes de Dror et al. et à celles d'autres chercheurs qui rapportent des associations si cohérentes et fortes entre une faible 25-hydroxvitamine D et la gravité du COVID-19 que la première doit être très largement responsable de la seconde, avec des implications évidentes pour comment les infections individuelles et l'ensemble de la pandémie doivent être gérées.

Les dossiers de 1,176 18 patients âgés de 2020 ans et plus, avec deux tests PCR positifs indépendants, qui ont été admis dans un grand hôpital du nord d'Israël entre le 04/07/2021 et le 02/04/25, ont été examinés pour un test sanguin de 14-hydroxyvitamine D résultats mesurés 730 à 253 jours avant le diagnostic. La gravité maximale de la maladie pendant l'hospitalisation des XNUMX patients avec de tels résultats de test a été incluse dans cette étude de recherche prospective, stratifiée en catégories légère, modérée, sévère et critique.

Les chercheurs ont développé un algorithme pour ajuster ces niveaux afin de compenser les variations saisonnières. Cependant, les niveaux dans les graphiques ci-dessus représentent les niveaux mesurés réels les plus récents et non corrigés.

Les âges moyens dans les catégories de gravité légère à critique étaient de 53, 64, 72 et 76 ans. Dans ces catégories, les IMC moyens étaient de 27.5, 27.6, 29.2 et 32.0, respectivement ; les taux de mortalité étaient de 0 %, 1.2 %, 35 % et 85 % ; et les taux moyens de 25-hydroxyvitamine D étaient de 36, 19, 13 et 12 ng/mL. Alors que les niveaux de 25-hydroxyvitamine D étaient inversement corrélés à l'âge et que l'âge était corrélé à la gravité, lorsque les sujets étaient stratifiés en trois tranches d'âge, les niveaux de 25-hydroxyvitamine D restaient fortement et significativement (p < 0.001) inversement corrélés à la gravité de la maladie (Fig. 3).

Au total, 61 % des patients étaient arabes. Parmi ceux-ci, 64.3 % avaient des taux de 25-hydroxyvitamine D inférieurs à 20 ng/mL, contre 36 % pour les non-Arabes. Les facteurs pouvant contribuer à la carence en vitamine D chez les Arabes comprennent une pigmentation plus foncée de la peau, qui diminue la synthèse cutanée de la vitamine D, et une préférence pour une tenue vestimentaire conservatrice dans certaines cultures et sociétés religieuses, en particulier chez les femmes, ce qui réduit encore l'exposition de la peau au soleil et abaisse ainsi la vitamine sérique. Niveaux D. Malgré la signification p = 0.006 de la disparité entre les Arabes et les non-Arabes dans les niveaux de 25-hydroxyvitamine D, la corrélation de l'ethnicité arabe par rapport à la gravité de la maladie était faible et non statistiquement significative : p = 0.3.

Aucune donnée n'était disponible sur la supplémentation en vitamine D3. Cependant, il est raisonnable de supposer que la plupart des personnes ayant des niveaux supérieurs à 40 ng/mL prenaient des suppléments et/ou avaient une exposition cutanée récente et importante aux UV-B au moment où leur sang a été prélevé. Dans l'ensemble de données supplémentaire, les trois niveaux les plus élevés de 25-hydroxyvitamine D dans la catégorie Sévère variaient de 56 à 67 ng/mL. Ces trois patients étaient tous âgés de 65 ans ou plus et souffraient à la fois de BPCO et d'hypertension. Deux d'entre eux sont morts. Ces niveaux sains, plus du double de la moyenne de la population et des patients, réduisent le risque mais ne peuvent garantir la santé ou la survie en toutes circonstances. Sur les 38 patients décédés, un avait moins de 50 ans et un second avait entre 50 et 64 ans, avec des taux de 25-hydroxyvitamine D de 16 et 26 ng/mL, respectivement. Parmi les 36 autres personnes décédées, toutes âgées de 65 ans et plus, les taux aberrants de 25-hydroxyvitamine D étaient de 67, 56 et 35 ng/mL, les trois patients souffrant de BPCO et d'hypertension. Sur les 33 patients restants décédés, les taux aberrants de 25-hydroxyvitamine D étaient de 21 et 18 ng/mL, les 32 patients restants ayant eu des taux compris entre 6 et 14 ng/mL, avec une moyenne de 9.9 ng/mL.

Les risques d'hospitalisation et de préjudice grave résultant de faibles niveaux de 25-hydroxyvitamine D sont beaucoup plus aigus que ceux illustrés dans le graphique ci-dessus, car ceux qui sont hospitalisés ont généralement des niveaux inférieurs à ceux qui ne le sont pas. 

Un 2020 février article par Tuncay et al. ont étudié les niveaux de 25-hydroxyvitamine D de 596 patients infectés par la PCR positifs au COVID-19 et de 59 personnes en bonne santé à l'hôpital de la ville d'Ankara, en Turquie, de mars à juin 2020. Cette version annotée de leur Fig 1 illustre le fort, statistiquement significatif (p < 0.001) relation entre les faibles niveaux de 25-hydroxyvitamine D et la gravité de la maladie.

Dans un 2021 mars pré-impression analysant 551 patients à Mexico de mars à mai 2020, Vanegas-Cedillo et al. ont rapporté que le risque accru de mortalité par COVID-19 conféré par de faibles niveaux de vitamine D était indépendant de l'IMC et de la graisse épicardique. Après ajustement pour l'âge, le sexe, l'IMC, la protéine C-réactive, la graisse épicardique, les D-dimères, la saturation en oxygène, le diabète de type 2 et l'insuffisance rénale chronique, ils ont produit ce graphique modélisé du risque de décès en fonction de la 25-hydroxyvitamine D niveau, avec 1 standardisé au risque à 20 ng/mL, qui était proche de la médiane pour leur échantillon.

Toujours en mars 2021, Bayramoğlu et al. rapporté les niveaux moyens de 25-hydroxyvitamine D de 103 enfants, d'un âge moyen de 12 ans, qui ont reçu un diagnostic de COVID-19 dans un hôpital d'Istanbul entre mars et mai 2020. Ceux de moins d'un an et ceux présentant des comorbidités (diabète, asthme, tuberculose, insuffisance rénale chronique, etc.) ont été exclus de l'étude. La divergence des niveaux moyens était statistiquement très significative (p < 1) :

  • 16 ng/mL pour les enfants asymptomatiques.
  • 14 ng/mL pour les enfants présentant des symptômes légers.
  • 10 ng/mL pour les enfants présentant des symptômes modérés à sévères.

Ils ont également signalé des corrélations tout aussi significatives entre de faibles niveaux de 25-hydroxyvitamine D et un faible nombre de lymphocytes, ainsi que des niveaux élevés de marqueurs inflammatoires : protéine C-réactive et fibrinogène. Dans patients cardiaques adultes, les niveaux de ces deux composés sont positivement corrélés avec la crise cardiaque et la mort.

Dans un BMJ de mai 2021 article, Derren et al. a identifié 18 enfants âgés de 4 mois à 15 ans, diagnostiqués avec le PIMS-TS (pediatric inflammatoire multisystem syndrome temporairement associé au syndrome respiratoire aigu sévère coronavirus 2) entre le 12 avril et le 25 juin 2020, dans un hôpital pour enfants de Birmingham, au Royaume-Uni. Située au centre des îles britanniques, sa latitude de 52.5° nord placerait cette ville à 240 milles au nord de la frontière des États-Unis si elle était située dans l'ouest du Canada.

Ces enfants étaient auparavant en bonne santé, sans comorbidités. Aucun d'entre eux n'est décédé, mais quatre ont nécessité une ventilation mécanique invasive et un a nécessité une hémofiltration pour insuffisance rénale. Seize des enfants étaient noirs, asiatiques, appartenant à une minorité ethnique (BAME) et les deux autres étaient d'origine britannique blanche. Le taux moyen de 25-hydroxyvitamine D à l'admission pour les enfants BAME était de 7.6 ng/mL et pour les enfants blancs de 24 ng/mL. Une enquête britannique de 2016 auprès d'enfants âgés de 4 à 10 ans a révélé un taux moyen de 25-hydroxyvitamine D de 21.6 ng/mL. La signification de la différence entre ce niveau et le niveau moyen de l'ensemble du groupe de 9.6 ng/mL était p < 0.001. Les 12 enfants qui ont été admis en soins intensifs pédiatriques avaient des taux moyens de 25-hydroxyvitamine D inférieurs à ceux qui ne l'étaient pas. Tous ces 12 avaient une fraction d'éjection ventriculaire gauche anormale (< 55 %). 

L'examen échocardiographique de leurs artères coronaires a montré que cinq avaient des artères «proéminentes», c'est-à-dire dilatées, et une avait une dilatation fusiforme, dans laquelle les parois artérielles sont affaiblies et le vaisseau gonfle à plus de 150% de son diamètre normal. Les deux enfants qui avaient ce que les chercheurs considéraient comme des niveaux de 25-hydroxyvitamine D "suffisants" (20 ng/mL ou plus) n'avaient pas de telles lésions cardiaques. 

Note: En avril et mai 2020, trois prépublications prétendant être de véritables articles de recherche concernant la vitamine D et le COVID-19 ont été largement lues et citées. Les noms de leurs premiers auteurs étaient Alipio, Raharusun(a) et Glicio. Le prénom est celui de l'un des fraudeurs, qui les a lancés dans le cadre d'une série entièrement fabriquée d'environ 23 prépublications. Les deux autres noms sont fictifs. Les détails de cette campagne sont sur searchveracity.info/alra/. Deux des dupes des fraudeurs, qui ont collecté des fonds pour eux, ont reçu des données fictives qu'ils ont transformées en un graphique montrant une relation incroyablement abrupte entre les niveaux de 25-hydroxyvitamine D et la mortalité. Aucun effort approprié n'a été fait pour supprimer les citations de ce faux graphique, et une copie de celui-ci reste à ce jour et est discutée dans une vidéo à www.powerofd.org.

Solutions aux problèmes imbriqués, fortement ancrés socialement et institutionnellement

Les chercheurs et les cliniciens qui reconnaissent l'importance de niveaux optimaux de 25-hydroxyvitamine D pour de nombreux aspects de la santé, au-delà du métabolisme calcium-phosphate-os, ont consacré des années, voire des décennies, à sensibiliser leurs collègues. De multiples barrières imbriquées semblent entraver l'intérêt naturel et professionnel que ces collègues devraient avoir pour quelque chose d'aussi crucial pour la santé humaine. Ces barrières comprennent :

  • Utilisation de l'unité internationale pour les quantités supplémentaires de vitamine D3 (l'utilisation du terme « dose » implique un traitement médical, alors que nous parlons principalement de nutrition de routine). Normalisée à 1/40,000,000 20 XNUMX de gramme au début du XNUMXe siècle, cette mesure se rapproche de la quantité quotidienne de vitamine D dont un bébé rat a besoin pour éviter de développer un rachitisme. Cela se traduit par un grand nombre de quantités supplémentaires saines, ce qui peut amener les cliniciens et le public à être trop prudents quant à une supplémentation appropriée.
  • Répétition fréquente de l'affirmation trompeuse selon laquelle "la vitamine D est une hormone", même par les principaux chercheurs sur la vitamine D. Cela semble être une tentative de donner au cholécalciférol une gravité qui, selon eux, lui manque en tant que simple vitamine. Le terme « hormone sécostéroïde » peut être employé pour plus d'emphase.
  • Les directives officielles pour l'apport supplémentaire en vitamine D3 ne tiennent pas compte du poids corporel et de l'obésité, ne fournissant qu'environ 15% du poids moyen dont les adultes ont besoin pour atteindre ce que nous savons maintenant être des niveaux sains de 25-hydroxyvitamine D.
  • Les idées fausses telles que les «aliments riches en vitamine D» et les allégations concernant les aliments enrichis peuvent donner à certaines personnes un faux sentiment de sécurité quant à leur statut en vitamine D. Les aliments enrichis seuls ne peuvent pas atteindre près de 50 ng/mL de 25-hydroxyvitamine D en circulation. L'un de nous (RW) soutient que tous les efforts qui pourraient être faits pour augmenter l'enrichissement des aliments en D3 seraient mieux orientés vers le soutien d'une supplémentation volontaire appropriée.
  • Dans des pays comme l'Australie, la quantité maximale de vitamine D3 dans les suppléments vendus au détail est de 1000 0.025 UI, ce qui équivaut à 20 mg. Ce n'est que 1.25% de ce dont les adultes de poids moyen ont besoin quotidiennement. Le coût et les inconvénients d'en consommer cinq par jour constituent des obstacles importants à une bonne nutrition. Aux États-Unis, les gélules de 50,000 mg à XNUMX XNUMX UI sont plus largement disponibles et offrent une alternative plus pratique et abordable.
  • La vitamine D se trouve généralement dans les rayons des supermarchés entre les vitamines C et E, qui ont toutes deux été surmédiatisées.
  • La majorité de la production de vitamine D3 a lieu en Chine pour les animaux agricoles tels que les porcs, les bovins et la volaille élevés de manière intensive à l'intérieur. Seules quelques usines, situées en Inde et en Europe, fabriquer et l'affiner à la qualité pharmaceutique. Le prix très compétitif de 2.5 7 USD par kg reflète le processus complexe de création de XNUMX-déhydrocholestérol à partir de graisse de laine, de rupture de l'un de ses anneaux de carbone avec la lumière UV-B de lampes à vapeur de mercure de plusieurs kilowatts, spécialement dopées et refroidies par liquide, et de raffinage le produit de la solution de benzène. Ces usines – aucune n'appartenant à de grandes sociétés pharmaceutiques – ont des marges bénéficiaires minimales à investir dans la promotion, d'autant plus que le coût de leur produit pour chaque adulte est d'environ un centime par mois. 
  • Capture réglementaire par l'industrie pharmaceutique favorise le développement, l'approbation et la commercialisation de nouveaux médicaments, vaccins et anticorps monoclonaux par rapport au soutien nutritionnel dont la plupart des gens ont besoin pour rester en bonne santé.
  • La vaste industrie mondiale de la recherche médicale et biologique néglige souvent la vitamine D, car le financement est généralement dirigé vers des projets plus exotiques.
  • Aucun article de revue à comité de lecture ne fournit une explication introductive de la signalisation intracrine et paracrine de la 25-hydroxyvitamine D. En son absence, de nombreux chercheurs et cliniciens supposent que le modèle hormonal du métabolisme calcium-phosphate-os s'applique également à la "vitamine D" - implicitement la 1,25-dihydroxyvitamine D - qui "régule" en quelque sorte le système immunitaire. Cela conduit de nombreux nouveaux venus dans le domaine à perpétuer le problème en écrivant d'autres articles non informatifs et potentiellement trompeurs.
  • Bien qu'un fort soutien existe parmi les principaux chercheurs depuis la fin des années 2000 pour environ 50 ng/mL de 25-hydroxyvitamine D en circulation, aucune recommandation consensuelle n'a été publiée pour les quantités supplémentaires de vitamine D3, en tant que ratios de poids corporel, avec des ratios plus élevés pour les personnes souffrant d'obésité, qui y parviendront de manière fiable pour les personnes de tous âges et de toutes morphologies corporelles sans surveillance médicale.

Tant que les niveaux de 25-hydroxyvitamine D de la plupart des gens restent à leurs niveaux alarmants actuels, aucun effort avec des vaccins, des anticorps monoclonaux, des médicaments antiviraux, des confinements ou des masques ne supprimera le SRAS-CoV-2 ou ne protégera tous ceux qui sont infectés par cet agent pathogène ou des agents pathogènes similaires de blessures graves ou de décès. D'autres nutriments et médicaments abordables ont un rôle à jouer, mais aucun ne peut compenser les réponses immunitaires affaiblies, souvent paralysées et destructrices inflammatoires dans la population générale causées directement par une 25-hydroxyvitamine D insuffisante.

La solution au COVID-19, à la septicémie et à la grippe est une supplémentation en vitamine D3 à l'échelle de la population, soutenue par le gouvernement mais non forcée, pour atteindre des niveaux sains de 25-hydroxyvitamine D. Il n'y a pas d'autre solution. Tous les autres efforts en l'absence de cette réplétion ne seraient que du bricolage à la marge.

Alors que des questions telles que la corruption, la censure, la portée excessive du gouvernement, l'inefficacité et les blessures des quasi-vaccins, et d'autres aspects sans doute criminels de la réponse à la pandémie doivent être discutées et traitées, elles ont détourné l'attention de la sensibilisation et de l'amélioration de la compréhension des besoins du système immunitaire en 50 ng /mL de 25-hydroxyvitamine D circulante.

La 25-hydroxyvitamine D inadéquate est un problème pour une fraction croissante de l'humanité depuis que les humains modernes se sont éloignés de l'équateur il y a environ 40,000 3 ans. Les approches biologiques et industrielles de synthèse de la vitamine D297 impliquent toutes une lumière UV-B d'environ 3 nm, qui rompt également les liaisons de l'ADN et augmente le risque de cancer de la peau. La pigmentation pour réduire ces dommages entraîne une production réduite de vitamine DXNUMX, en particulier pendant les périodes de faible flux d'UV-B.

Le logement, les véhicules, les vêtements et maintenant la crème solaire ont tous atténué la production cutanée de vitamine D3 dans la plupart des pays. La résolution du problème du COVID-19 dépend de la résolution du problème de la 25-hydroxyvitamine D, qui fait partie d'une réticence de longue date de la majorité des principaux responsables de cet aspect d'une bonne nutrition - médecins et immunologistes - à s'intéresser aux informations qui démontrent qu'ils se sont trompés pendant des décennies sur la nécessité d'une supplémentation appropriée en vitamine D3.

Le principal obstacle à la résolution de ce problème est la pensée de groupe - la tendance naturelle que nous avons tous à considérer les informations qui semblent contredire les opinions consensuelles de ceux en qui nous avons le plus confiance comme indignes de notre attention.

Le plus grand défi pour réapprovisionner tout le monde en 25-hydroxyvitamine D peut être que l'intervention implique un mécanisme d'action facile à comprendre d'un supplément nutritionnel facilement disponible avec lequel la plupart des gens sont déjà quelque peu familiers. Cela est particulièrement vrai en temps de crise, avec des professions entières travaillant avec diligence avec des milliards de dollars de financement pour développer des solutions qui sont largement considérées comme nécessairement spécifiques à une maladie, comme une lance et étroitement ciblées.

Le professeur Wimalawansa, qui a énergiquement recherché et promu la sensibilisation à la vitamine D depuis le milieu des années 1990, a dit à l'un d'entre nous (RW) que la réponse la plus courante des médecins à ses efforts est : « Comment cela pourrait-il être vrai ? C'est trop simple.

Il est essentiel de remédier à la carence généralisée des niveaux de 25-hydroxyvitamine D pour lutter non seulement contre le COVID-19, mais également contre d'autres maladies liées au fonctionnement du système immunitaire. Il est impératif que les médecins, les immunologistes et les responsables de la santé publique reconnaissent l'importance d'une supplémentation appropriée en vitamine D3 et s'efforcent de mettre en œuvre des stratégies efficaces pour garantir des niveaux adéquats de 25-hydroxyvitamine D dans la population générale.

Ce n'est qu'en surmontant les schémas actuels de pensée de groupe et en adoptant la simplicité de cette solution qu'il sera possible de faire des progrès significatifs dans la lutte contre le COVID-19 et d'autres maladies infectieuses. Avec un effort concerté pour sensibiliser à l'importance de maintenir des niveaux sains de 25-hydroxyvitamine D, il y a de l'espoir pour une approche plus efficace de la santé publique et de la prévention des maladies.

Cet article apparaît dans les sous-piles des auteurs https://www.drgoddek.com et https://nutritionmatters.substack.com, qui permettent tous deux des commentaires et une discussion plus approfondie. 



Publié sous un Licence internationale Creative Commons Attribution 4.0
Pour les réimpressions, veuillez rétablir le lien canonique vers l'original Institut Brownstone Article et auteur.

Auteurs

  • Simon Goddek

    Le Dr Simon Goddek est un biotechnologue, auteur, chercheur, entrepreneur et journaliste citoyen qui se consacre à la promotion de la santé et de l'autosuffisance. Il est PDG de Sunfluencer.

    Voir tous les messages
  • Robin Whittle

    Robin Whittle est un programmeur informatique et un technicien en électronique vivant à Daylesford, Victoria, Australie. Depuis mars 2020, il sensibilise à la nécessité d’une supplémentation adéquate en vitamine D3 afin de fournir au système immunitaire la 25-hydroxyvitamine D dont il a besoin pour fonctionner correctement.

    Voir tous les messages

Faire un don aujourd'hui

Votre soutien financier à l'Institut Brownstone sert à soutenir des écrivains, des avocats, des scientifiques, des économistes et d'autres personnes courageuses qui ont été professionnellement purgées et déplacées pendant les bouleversements de notre époque. Vous pouvez aider à faire connaître la vérité grâce à leur travail continu.

Abonnez-vous à Brownstone pour plus de nouvelles

Restez informé avec le Brownstone Institute