Grès brun » Journal de pierre brune » Histoire » Une rébellion dirigée par maman

Une rébellion dirigée par maman

PARTAGER | IMPRIMER | E-MAIL

Nous sommes encore loin d'un endroit où une amnistie COVID peut être accordée. 

L'establishment politique, de gauche comme de droite, veut désespérément passer à autre chose, prétendre que les 30 derniers mois n'ont pas eu lieu. À de très rares exceptions près (Ron DeSantis, Kirsti Noem, Rand Paul, Thomas Massie, Ron Johnson et quelques autres, plus tard), ils ont trahi leurs valeurs fondamentales. De nombreux républicains et soi-disant libertaires ont rapidement capitulé sur la primauté et l'importance des libertés individuelles.

Alors que les démocrates soi-disant épris d'égalité ont adopté des politiques qui, sans équivoque, ont baisé les femmes, les enfants et les pauvres. Le slogan de la campagne démocrate de 2020 aurait tout aussi bien pu être « Protégez les riches, infectez les pauvres ». Ou "Seuls les riches ont besoin d'apprendre". Ils aimeraient tous beaucoup que vous oubliez cela.

Ils aimeraient revenir aux combats qu'ils savent mener, les golden oldies qui démontent les bases et nous montent les uns contre les autres. Mais les politiques COVID ont tout bouleversé, nous embrouillé tous et aboutissant à toutes sortes d'alliances inédites. Et lorsque votre entreprise maintient le statu quo, c'est très dangereux. 

C'est pourquoi Emily Oster plaide pour une amnistie.

Tout d'abord, soyons clairs à qui Emily Oster parle. Elle s'adresse aux femmes furieuses des banlieues bien éduquées qui se tournent vers les républicains dans ce cycle, même dans le plus bleu des États. Parce que c'est le plus bleu des États qui a été le plus durement touché par ces politiques. C'est dans les États bleus que les écoles ont été fermées le plus longtemps, que la dévastation économique a été la pire, que la criminalité a le plus augmenté, où les masques ont été nécessaires le plus longtemps. Les dommages causés par ces politiques sont à leur début, pas à leur fin.

Le Dr Oster aimerait que les femmes croient que tout cela n'était qu'une erreur, un malentendu, et rappelez-vous que ce sont les républicains qui cherchent à limiter les libertés qui compter. Alors que les démocrates n'ont eu aucun problème à sacrifier le bien-être de nos enfants vivants pendant trois ans pour soutenir le pouvoir politique, ce sont les républicains qui constituent la véritable menace.

Une proportion embarrassante de femmes bien éduquées a agi en tant que stormtroopers du régime. Ils ont lancé des foules de médias sociaux sur tous ceux qui ont osé exprimer une question, et encore moins une dissidence. La douleur de voir leur famille, leurs amis et leurs voisins se retourner contre eux pour avoir exprimé une opinion ou posé une question légitime a poussé de nombreuses femmes à rechercher d'autres personnes ayant des questions similaires.

Ce faisant, nous avons trouvé une communauté intelligente, sournoise et axée sur les données, repoussant durement le pouvoir totalisateur d'un gouvernement essayant de redéfinir la réalité. Dans certains cas, les femmes étaient les généraux, dans d'autres, nous étions l'infanterie, avançant et subissant des tirs constants d'en haut, afin qu'une vérité récemment discréditée puisse reprendre sa place légitime au soleil de l'opinion acceptable.

Emily Oster voudrait qu'on oublie ça. Mais nous ne pouvons pas – et j'espère que nous ne le ferons pas – parce que nous étions là pour apporter les propres données du gouvernement afin de faire la lumière sur les mensonges qu'il a si continuellement fabriqués. Ce n'étaient pas des mensonges par omission, c'étaient des mensonges commis. Ce sont des mensonges qui ont été forgés en fondant la crédibilité de la science et de la médecine dans les feux de la politique pour créer des armes brandies par les puissants contre nous. Ils ont littéralement nous a traités de terroristes pour notre opposition.

Maintenant, après avoir été traité de terroristes par nos gouvernements pour avoir défendu le bien-être de nos propres enfants, le Dr Oster veut que nous oubliions cela. En nous demandant d'oublier, elle supplie ceux qui se sont égarés du troupeau de revenir, de croire que ce n'est pas leur berger qui les emmène à l'abattoir qui leur ferait du mal, mais le loup caché dans l'ombre du bois. Alors maintenant, nous devons parler de l'avortement.

Ce que les démocrates et leurs blanchisseurs de crédibilité comme Oster veulent que les femmes fassent, c'est de mettre deux choses sur la balance. D'un côté, le mal qui a été fait à vos enfants, à vous, à votre communauté pendant près de trois ans. De l'autre, la crainte d'une perte d'accès aux services d'avortement.

Ce qu'ils espèrent, c'est que leur base féminine croira au mensonge que colporte le Dr Oster, que tout cela n'était qu'une erreur malheureuse et qu'il ne pourrait plus jamais se reproduire. C'est du passé ! Ne vous inquiétez pas.

De même, elles espèrent que leur base féminine oubliera qu'au lieu de vivre en 1972, avec un accès limité à la contraception, nous vivons en 2022, où une contraception efficace à plus de 99 % est peu coûteuse et largement disponible, même si elle est payante. ; que cette contraception comprend des pilules abortives, accessibles partout dans le pays par courrier jusqu'à 10 semaines de gestation.

Ils veulent que vous oubliez la clause de commerce interétatique qui rendrait cela presque impossible, même, ou surtout, avec un tribunal conservateur. Ils veulent que vous oubliiez qu'un vol vers un État où l'on pratique l'avortement coûte au plus 200 $ en avion. Ou que si vous ne parvenez pas à obtenir un avortement, le pire des cas se traduit par un bébé que vous choisissez d'abandonner pour adoption.

Ils veulent que vous oubliez que s'ils gagnent le Sénat, ils devront encore renverser l'obstruction systématique pour ce faire, et l'importante stabilisation politique qu'apporte le seuil de 60 voix. Ils veulent vous faire oublier qu'ils n'ont pas codifié légalement l'accès à l'avortement pendant 50 ans. Et ils veulent que vous oubliiez qu'il n'y a aucun moyen sur terre qu'ils abandonnent le seul problème qu'ils ont pour attiser la peur de manière fiable, amasser des dollars et conduire les femmes aux urnes. Même pas en rêve. 

Mais ce n'était pas une erreur. C'était un calcul politique, et du côté des coûts de cette équation se trouvaient l'éducation et le bien-être de nos enfants, et bien plus encore. Les personnes qui ont fait ce calcul ont parié que la peur qu'elles pourraient susciter autour de l'accès à l'avortement pourrait être utilisée pour détourner l'attention des femmes des multiples préjudices que ces politiques causent aux enfants et/ou qu'elles pourraient élaborer un récit qui masquerait la vérité. Si vous comprenez le cynisme de cette décision, vous devez vous attendre au même cynisme de l'autre côté de l'équation.

Je dis tout cela en tant que pro-choix. J'ai grandi TRÈS pro-choix. Les 2+ dernières années ont entraîné une modération significative de ma position. J'ai vu « mon peuple » - pas tant des démocrates que des gens bien éduqués, aisés, soi-disant libéraux classiques - adopter sans réfléchir toutes les nouvelles saveurs de l'autoritarisme. Ainsi, en cherchant de nouveaux alliés, j'ai pris le temps de comprendre d'où venaient les gens pro-vie, et j'en suis venu à croire que l'autorité morale reposait sur cette position. J'en suis venu à croire que l'horreur de l'avortement qui caractérise la politique conservatrice vient honnêtement de la révérence pour la création et d'un respect profond pour les individus et les familles qui les nourrissent. Je ne doute pas que ces choses soient au cœur de la raison pour laquelle les États plus conservateurs étaient plus susceptibles de garder l'école ouverte. Ils valorisent leurs enfants. 

Le récit selon lequel les conservateurs cherchent à limiter l'accès à l'avortement afin de réduire les femmes n'est que cela - une histoire. Afin de le soutenir, les fœtus ont dû être littéralement déshumanisés et le récit renforcé par des philosophies de soutien ouvertement antinatales, des philosophies qui, dans leur antinatalisme, privent la vie de la plupart de son sens pour la plupart des gens. Pour les femmes, cet anti-natalisme est expressément anti-mère, donc anti-féminin, transformant la maternité – l'une des rares expériences humaines vraiment transcendantes – en une prison de dupes. 

Cela dit, je reste pro-choix, fondamentalement parce qu'après les 2 dernières années et plus, tout ce que je veux, c'est un gouvernement plus petit et affaibli à tous les niveaux. Je ne veux pas que le gouvernement légifère ou force la moralité (nous en avons assez ces dernières années) pas plus que je ne veux qu'il force les décisions médicales. De plus, je crois que les vicissitudes de la vie peuvent faire en sorte que de telles interventions gouvernementales dangereux cas d'angle.

Mais en dépit d'être pro-choix, je suis devenu un électeur à enjeu unique. Mon vote ce cycle est un vote de vengeance contre le parti qui a gardé mes enfants masqués pendant deux ans ; cela m'a privé de mes meilleurs amis et a mis à rude épreuve toutes mes relations ; cela nous a fait déménager dans une toute autre partie du pays; qui a perverti une discipline que j'aime et que j'utilise pour naviguer dans ma vie (la science); et qui a ensuite menti sur le fait de le faire, et m'a traité de terroriste parce que j'en étais bouleversé. Après ce cycle, mon vote sera toujours pour le parti qui représente la structure de pouvoir la plus décentralisée et le plus grand respect des droits et des responsabilités individuels. Pour moi, le nouveau mot F est "fédéral". 

Bien que je ne puisse parler que pour moi, mon expérience a été qu'à la suite de la décision de nos dirigeants de briser et de réinitialiser le monde, de nouvelles coalitions se forment. Je ne pense pas être le seul dans mes efforts pour essayer de mieux comprendre les positions des autres qui sont devenus mes « compagnons d'armes » - et j'ai senti que cela était réciproque, avec la possibilité d'un compromis découlant du respect mutuel et dans le face à une plus grande menace mutuelle perçue. Pour le moment, je pense que cela ne se produit que sur la « droite ». Mais si les démocrates reçoivent la raclée qui semble probable à mi-mandat, cela se produira également à gauche ; c'est pourquoi cette raclée Besoins se passer. Un tel bouleversement ne peut être que positif. En effet, nos dirigeants ont peut-être encore obtenu une «grande réinitialisation», mais pas celle qu'ils espéraient. 

Dans ce nouveau paysage politique et idéologique, je pense que les votes des femmes auront une grande importance. 

Les mamans en général, mais les SAHM en particulier, ont joué un rôle très important dans le recul populaire des malversations de la politique COVID. Je crois que cela était dû à trois éléments clés. Premièrement, les politiques COVID créée beaucoup plus de SAHM, car les exigences de l'école virtuelle rendaient le travail impossible. Deuxièmement, ces SAHM ont subi les effets néfastes des politiques COVID directement pendant des années dans leur propre vie et dans celle de leurs enfants. Troisièmement, je pense que les mères au foyer ont fini par être une minorité très importante et bruyante parce qu'ils pourraient être. Vous ne pouvez pas licencier ou annuler une mère au foyer, et il y a un pouvoir important dans ne sauraient  étant anonyme. 

En tant que femmes, nous avons ressenti beaucoup plus intensément qu'à tout moment dans le passé ce que cela signifie vraiment pour le gouvernement d'interférer dans nos vies - contrôler si nos enfants vont à l'école, si nous pouvons socialiser, ou aller à un gymnase ou un restaurant , combien de personnes peuvent être invitées chez nous, si nous pouvons passer des vacances en famille et si nous pouvons gérer nos entreprises. Ce sont toutes des violations, des violations de notre liberté personnelle qui nous ont fait du mal, à nous, à nos enfants et à nos communautés, et qui ont été commises uniquement au service du pouvoir politique. Nous avons intériorisé cela, et beaucoup ne seront pas prompts à pardonner. 

Emily nous demande de pardonner une erreur. Il n'y avait pas d'erreur. Il y a eu un calcul politique qui nous a nui, mais plus encore, qui a nui à nos enfants. Le mal était considéré comme acceptable parce que ceux qui l'avaient entrepris tenaient pour acquis le vote des femmes. Ils ont supposé qu'ils pouvaient mentir et nous manipuler pour nous faire croire que ces dommages étaient nécessaires, ou à défaut, involontaires. Si nous, en tant que femmes, voulons que nos votes soient courtisés à l'avenir par l'un ou l'autre des partis, nous devons voter pour punir les trois dernières années de trahison. 

Après avoir exigé une certaine rétribution politique, s'il y a reconnaissance des torts commis et contrition pour ces torts, alors nous pouvons parler d'amnistie. 

Republié de l'auteur Sous-empilement



Publié sous un Licence internationale Creative Commons Attribution 4.0
Pour les réimpressions, veuillez rétablir le lien canonique vers l'original Institut Brownstone Article et auteur.

Auteur

  • Emilie Burns

    Emily Burns est diplômée du Sweet Briar College en biochimie et musique et a fait des études en vue d'un doctorat en neurosciences à l'Université Rockefeller. Elle est la fondatrice de Learnivore et d'autres entreprises, et travaille avec Rational Ground en tant que contributrice.

    Voir tous les messages

Faire un don aujourd'hui

Votre soutien financier à l'Institut Brownstone sert à soutenir des écrivains, des avocats, des scientifiques, des économistes et d'autres personnes courageuses qui ont été professionnellement purgées et déplacées pendant les bouleversements de notre époque. Vous pouvez aider à faire connaître la vérité grâce à leur travail continu.

Abonnez-vous à Brownstone pour plus de nouvelles

Restez informé avec le Brownstone Institute