Grès brun » Articles de l'Institut Brownstone » Désinformation de la Maison Blanche sur les enfants et Covid

Désinformation de la Maison Blanche sur les enfants et Covid

PARTAGER | IMPRIMER | E-MAIL

Comme de nombreuses restrictions pandémiques ont été levées, au moins temporairement, de nombreux «experts» militants sont naturellement devenus de plus en plus frustrés par la perte potentielle d'influence.

C'est peut-être une des raisons pour lesquelles des militants politiques pro-mandat et progressistes comme le médecin urgentiste Jeremy Faust se sont tournés vers des mesures désespérées – l'exagération délibérée des risques de COVID pour les enfants.

Dans une distillation parfaite de la relation symbiotique entre la communauté "experte" et les influenceurs progressistes, Faust a publié un article extrêmement trompeur article c'était tout de suite amplifiée par Ashish Jha, un employé officiel de la Maison Blanche de Biden qui occupe actuellement le poste de coordinateur de la réponse aux coronavirus.

Jha a diffusé à plusieurs reprises des informations erronées sur les masques tout en faisant ouvertement la promotion des passeports et de la vérification des vaccins, et l'été dernier a affirmé que "les personnes non vaccinées et non masquées" sont les moteurs de la transmission, tout en ignorant que les cas ont augmenté dans des zones hautement masquées et vaccinées comme San Francisco :

San-Francisco-Cas

Jha affirme dans sa biographie personnelle sur Twitter, apparemment sans la moindre ironie, qu'il est un "défenseur de l'idée qu'une once de données vaut mille livres d'opinion", tout en ignorant les données qui lui prouvent le contraire. 

Au lieu de cela, après des années de diffusion de ses opinions inexactes à des centaines de milliers d'abonnés sur Twitter, il a été promu à la Maison Blanche pour avoir dit aux progressistes «croyants en la science» ce qu'ils voulaient entendre. Il n'est donc pas surprenant qu'il ait choisi de diffuser la désinformation d'un autre militant progressiste avec des références, Jeremy Faust.

Faust a complètement déraillé lorsque les compagnies aériennes ont mis fin aux mandats de port de masques en avril, suggérant que ceux qui ont accepté la réalité que les masques ne fonctionnent pas seront responsables de la mort de « bébés » à cause du COVID :

Et juste pour mémoire, cela fait maintenant plus d'un mois depuis ce tweet et il n'y a toujours pas de vaccin autorisé pour tous les âges de plus de six mois.

Faust n'était pas fait. Dans un autre exemple de son obsession transparente d'exagérer les risques de COVID pour les enfants, il a tweeté ce sentiment dégoûtant :

Mis à part l'incompétence en matière de masquage et le manque de conscience déconcertant, Faust s'est-il jamais soucié de la possibilité qu'un «petit nombre d'enfants» puisse mourir de la transmission de la grippe sans masque dans les avions? Une recherche rapide sur Twitter de Faust qualifiant les gens d'indécents pour avoir refusé de se masquer (inutilement) dans les avions pour empêcher la transmission de la grippe aux enfants n'a donné aucun résultat.

Bien sûr, Faust a également ignoré qu'après la levée du mandat de masque sur les avions, aucune des conséquences prédites par ses compatriotes idéologiques ne s'est matérialisée.

Sans oublier que les décès récemment signalés aux États-Unis sont restés à des niveaux presque record après la levée du mandat :

US-décès-par-habitant

Comme prévu, il n'y a eu aucune mise à jour de Faust, Andy Slavitt, Eric Feigl-Ding ou d'autres "experts" supposés expliquant pourquoi il n'y a pas eu d'énorme augmentation des décès par COVID malgré la levée des mandats qui allait encourager les partisans non vaccinés et non masqués de Trump à prendre son envol en masse.

Maintenant que nous avons établi que Faust, en particulier en ce qui concerne les risques pour les enfants, a des antécédents flagrants d'alarmisme, les inexactitudes de sa propagande ont beaucoup plus de sens.

Beaucoup d'autres ont relevé les problèmes avec ses affirmations, y compris ce brillant démantèlement :

Faust ment de manière flagrante sur les "preuves" dans l'une des premières sections de l'article en confondant de manière inexacte deux méthodes de comptage différentes :

Covid-19 tué environ 600 enfants en 2021, soit bien plus que la grippe ne tue jamais au cours d'une année donnée. Au sommet d'Omicron, 156 enfants américains sont morts de Covid-19 dans un un mois (janvier 2022). Au cours des 10 années qui ont précédé la pandémie de Covid-19, un moyen de 120 enfants sont morts de la grippe par année– et c'était sans masquage ni distanciation.

Le nombre de décès pédiatriques dus à la grippe auxquels il fait référence est basé sur des dossiers où la grippe a été déterminée comme étant la cause sous-jacente du décès, et pas seulement un facteur contributif. Pour cette raison, le CDC explique que cela sous-estimera probablement considérablement le fardeau de la grippe puisque les complications de la grippe ne sont souvent pas répertoriées sur les certificats de décès :

Pourquoi-CDC

Bien sûr, le CDC a adopté la norme exactement opposée pendant la pandémie de COVID, ce qui a conduit à l'inscription de COVID sur les certificats de décès pour des accidents tragiques et d'autres causes où COVID était présent, mais il est extrêmement peu probable qu'il ait contribué au décès.

L'ampleur de cette mauvaise attribution a été minutieusement relatée par des individus et délibérément ignorée par des experts :

Faust reconnaît que cette méthode de comptage peut conduire à une surattribution, mais seulement pour la grippe:

Pendant ce temps, le Centre national de vaccination et des maladies respiratoires (CNIRDestime le fardeau global d'un certain nombre de maladies. Cela signifie qu'ils considèrent à la fois sous-jacent et causes contributives de décès. (Ils corrigent également d'autres hypothèses, certains plus plausibles que d'autres.) Si une personne meurt principalement d'un cancer en phase terminale, mais que la grippe a pu jouer un rôle dans le moment de son décès, le NCIRD pourrait inclure ce décès dans son évaluation annuelle du « fardeau de la maladie » de la grippe.

Dans son manque ahurissant d'honnêteté intellectuelle, Faust ignore que ce même problème est présent avec COVID, ce qui signifie que sa comparaison devrait être immédiatement nulle et non avenue.

L'indispensable Kelley explique comment cela se traduit par des disparités dramatiques entre les différentes bases de données COVID :

Essentiellement, tout dans ce paragraphe est une mauvaise direction ou un mensonge pur et simple :

Le nombre annuel de décès dus à la grippe compté par le NCHS, en revanche, est très précis et constitue certainement le bon comparateur pour Covid-19. Pourquoi? Car comme tous les décès dus au Covid-19, les décès pédiatriques de la grippe sont mandaté pour faire rapport aux responsables de la santé publique, que le NCHS rapporte ensuite. (Les décès d'adultes dus à la grippe ne sont pas obligatoires pour être signalés, soit dit en passant.) Puisque nous avons les deux dénombré la grippe pédiatrique et les décès dus au Covid-19, il n'est pas nécessaire d'estimer l'un et de compter l'autre ; Cela est en fait épidémiologiquement inapproprié. Pour comparer correctement le Covid-19 à la grippe, nous devons faire des comparaisons de pommes à pommes, ce que j'ai préconisé dans Scientific American et en revues médicales.

Le CDC contredit spécifiquement ces affirmations pour la grippe, et Faust ignore que les décès par COVID sont souvent mal attribués en raison de normes différentes. Alors qu’il y a eu une augmentation des décès dus au COVID chez les 0-18 ans…

… il est presque parfaitement corrélé à l'augmentation des taux de test :

tests accrus

Ce qui révèle une autre faille dans son argumentation – les énormes disparités de test. Comme le montre ce graphique, les États-Unis, au sommet de cette année, exécutaient plus de 4 millions de tests par jour

Entre septembre 2020 et janvier 2021, environ 800,000 XNUMX tests de laboratoire ont été signalés pour la grippe. Total. Pas par jour. Total. Dans ~4 mois. Ce n'est pas non plus un faible nombre, un rapport de la saison grippale 2015-2016 estime que moins de 900,000 XNUMX tests ont été effectués.

Ces dernières années, les États-Unis n'ont jamais essayé de trouver chaque cas de grippe comme nous avons tenté de le faire avec COVID. Nous avons maintenant dépassé 1 milliard Essais COVID. Voyez à quel point les tests de masse fonctionnent pour contrôler la propagation d'un virus respiratoire hautement infectieux ?

Ce désir obsessionnel de trouver tous les résultats de test positifs possibles pour une maladie qui infectera inévitablement tout le monde peut, et a sans aucun doute, conduit à une proportion significativement plus élevée de décès dus à d'autres causes attribuées au COVID. Plus vous cherchez, plus vous trouverez.

Ce que Faust ignore également, encore une autre méthode simple et facile pour réfuter ses arguments, c'est toute cause de mortalité.

En comparant le nombre total de décès dans les groupes d'âge de 0 à 18 ans aux décès par COVID, il est immédiatement évident à quel point le risque relatif de COVID est faible pour les enfants :

US-total-décès

Sans oublier qu'à mesure que les décès dus au COVID augmentent et diminuent, le nombre total de décès toutes causes confondues évolue à peine. 

À l'été 2020, une période pendant laquelle Faust pense que le masquage, les interventions et les variantes moins transmissibles étaient responsables d'une charge de morbidité plus faible, le nombre total de décès chez les enfants de 0 à 18 ans était au même rythme ou plus élevé qu'à l'automne et à l'hiver 2021-2022 avec Delta , Omicron, écoles ouvertes et masquage réduit. Nous avons simplement eu plus de tests disponibles et avons donc pu ajouter le COVID comme facteur contributif alors qu'il ne s'agit pas nécessairement d'une cause sous-jacente.


L'article de Faust est si malhonnête que la seule explication probable est qu'il sent que son pouvoir et son influence nouvellement acquis lui échappent.

Les mandats de masque ont pris fin dans la plupart des régions du pays et les décès par COVID ont chuté de façon spectaculaire. Les avions n'ont plus besoin de masques et la vague d'annulations de vols ne s'est jamais matérialisée. 

Au fur et à mesure que chaque prédiction de malheur est démentie, à chaque augmentation des États du Nord-Est hautement masqués, le public se rend compte que les masques ne fonctionnent pas et qu'ils ont été induits en erreur par Faust et ses alliés. Même The New York Times admet maintenant que les mandats de masque ne fonctionnent pas.

Ceci n'est qu'une liste partielle des problèmes liés à son article alarmiste. Il y en a beaucoup plus. Faust le sait ; il s'en fiche tout simplement. Jha non plus.

Ils ne peuvent jamais admettre qu'ils se sont trompés, qu'ils ont exagéré les risques afin de se conformer à leurs mandats et recommandations tout en se glorifiant dans le processus.

Ainsi, peu importe le coût pour l'honnêteté intellectuelle et la chute de la confiance dans la santé publique et «l'expertise», ils continueront à produire des campagnes de peur inexactes pour effrayer leur public tout en gagnant encore plus d'apparitions dans les médias.

Réédité de l'auteur Sous-empilement



Publié sous un Licence internationale Creative Commons Attribution 4.0
Pour les réimpressions, veuillez rétablir le lien canonique vers l'original Institut Brownstone Article et auteur.

Auteur

Faire un don aujourd'hui

Votre soutien financier à l'Institut Brownstone sert à soutenir des écrivains, des avocats, des scientifiques, des économistes et d'autres personnes courageuses qui ont été professionnellement purgées et déplacées pendant les bouleversements de notre époque. Vous pouvez aider à faire connaître la vérité grâce à leur travail continu.

Abonnez-vous à Brownstone pour plus de nouvelles

Restez informé avec le Brownstone Institute