Grès brun » Articles de l'Institut Brownstone » Historique de la pandémie, raconté et ajusté pour le rendement financier
histoire de la pandémie

Historique de la pandémie, raconté et ajusté pour le rendement financier

PARTAGER | IMPRIMER | E-MAIL

L'industrie de la préparation aux pandémies, qui connaît une croissance rapide, domine la santé publique mondiale et s'avère de plus en plus lucrative. Pour soutenir ce programme, de nombreux livres blancs voient le jour, parrainés par des institutions telles que la Banque mondiale, le G7, le G20 et l'Organisation mondiale de la santé qui insistent sur le fait que les pandémies augmentent dans fréquence et impact. 

Un coup d'œil fardeau mondial de la maladie les statistiques, ou quelques instants de bon sens, montrent que ce n'est pas vrai. Cela présente un problème délicat qui est traité en ignorant simplement les preuves et le contexte, et en répétant le mantra du risque croissant de pandémie aussi souvent que possible.

Les anciennes approches autoritaires de ce type reposaient fortement sur la révision de l'histoire pour donner du crédit à leurs affirmations. Voici une telle tentative, recommandée comme arrière-plan pour leur prochaine série de livres blancs. Il est composé avec le thème suivant à l'esprit:

L'histoire est écrite par les vainqueurs. Les gens intelligents le réécrivent également pour s'assurer qu'ils gagnent. Si l'industrie de la santé publique souhaite sérieusement élargir sa base salariale et centraliser la richesse, elle doit gérer l'histoire de la pandémie avec prévoyance. ~ Pfizodotus, 425 av.

L'importance d'une bonne compréhension

La pandémie mondialement catastrophique des 3 dernières années a souligné la réalité que notre espèce n'a survécu jusqu'à l'aube de 2023 que par pur hasard. En effet, sans l'intervention tardive mais opportune de Big Philanthropy, Big Pharma et de la révolution numérique, nous aurions été anéantis comme des virus dans une ville sous couvre-feu. Pourtant, malgré ce répit, la liberté d'expression et l'accessibilité des données menacent d'anéantir tous nos gains durement acquis.

La circulation sans entrave de la mésinformation et de la désinformation concernant le risque de pandémie entraîne de larges pans de l'humanité dans la pensée indépendante et la non-conformité. Cela menace non seulement notre démocratie, mais aussi l'utopie d'autoritarisme d'entreprise que mérite notre leadership. Le public doit comprendre que leur existence même est basée sur le pur hasard et que leur survie future dépend entièrement de coalitions de scientifiques assidus, de riches bienfaiteurs et d'une bureaucratie internationale en constante expansion. Alors que nous passons de Covid à un état permanent d'anxiété accrue, nous ne pouvons pas nous permettre l'infiltration de points de vue alternatifs qui remettent en question cet idéal.

Pour apprécier pleinement le besoin d'être sauvé, les gens doivent être amenés à une compréhension appropriée de l'histoire et de la préhistoire de la pandémie. L'« histoire » est essentiellement son histoire, une interprétation cis-genrée d'une réalité particulière conçue pour que l'auditeur (ou le lecteur-vous) pense plus correctement. Sans une compréhension correcte de l'histoire, il y a un réel danger que les gens commencent à tirer leurs propres conclusions.

Le développement systématique de conclusions correctes concernant l'impact de la pandémie sur la société humaine est donc essentiel pour le progrès et l'acquiescement de la communauté. Ce qui suit, basé sur les notions dominantes qui sous-tendent le processus d'élaboration des traités de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et les récents livres blancs de la Banque mondiale/G20, vise à remettre les pendules à l'heure.

L'ère de l'extinction

La plupart des espèces qui vivaient sur terre ont maintenant disparu. Cela seul nous en dit assez sur ce que les pandémies peuvent faire et sur le danger intrinsèque d'essayer de continuer la vie sans amélioration inorganique. Les trilobites, les stégosaures et les glyptodontes n'ont jamais eu cette opportunité. Notre lignée d'hominidés n'est pas encore éteinte, mais les Néandertaliens, les Denisoviens et nos Homo floresiensis les cousins ​​ont tous payé le prix de l'élévation de l'autonomie corporelle. Donc, au niveau des sous-espèces, nous devons faire face à la réalité que la plupart des humains ont déjà disparu. Rationnellement, cela devrait nous amener au bord de la panique ; un état qui devrait être encouragé.

Pandémies et empires

Vers 701 av. J.-C., le siège de Jérusalem est avorté, l'armée assyrienne ayant été terrassée par une épidémie. Alors que certaines sources attribuent une influence externe, les historiens s'accordent à dire que l'ensemble de l'armée assyrienne n'était pas seulement non renforcée, mais la plupart n'avaient pas reçu leur première dose. Les leçons sont claires et les forces armées modernes laissent moins de place au hasard. 

En quelques centaines d'années, la peste athénienne de 430-426 av. J.-C. a causé 25 % de mortalité dans la ville et dévasté une grande partie du monde méditerranéen. Thucydide, un théoricien du complot athénien niant la science, a développé le mythe de longue date selon lequel les survivants étaient protégés contre d'autres maladies graves. Hante encore l'humanité aujourd'hui, cette conspiration d'immunité « naturelle » explique le déclin ultérieur de la puissance grecque. La désinformation était devenue un problème de sécurité nationale. 

Les Romains, après un début de bégaiement, ont pris de l'ascendant sur la Grèce affligée par l'infodémie. La centralisation réussie de la santé publique sous Auguste a assuré la sécurité des personnes au sein de la pax-Romanus pendant plus de deux cents ans. Tout s'est effondré avec la peste de Cyprien en 250-270 après JC. Cette épidémie prolongée s'explique probablement par un manque d'antibiotiques de base, utilement caractérisé par une insistance sur l'utilisation de remèdes naturels et non homologués. Les pestes ont continué à se reproduire avec la propagation de systèmes de croyance non autorisés et l'empire est entré dans un déclin terminal. Un coup d'œil à Rome aujourd'hui montre les coûts que peuvent entraîner un traitement non approuvé et la désobéissance à l'État.

En 541-543 après JC, la peste de Justinien a dévasté l'Empire byzantin. Probablement une peste bubonique causée par la bactérie Yersinia pestis, l'échec persistant à inventer des antibiotiques a empêché Pharma et ses agences de réglementation de le monétiser efficacement. Il a cependant donné un excellent exemple de la manière dont les autorités centrales pourraient augmenter les impôts et appauvrir la population pour faire face aux méfaits de la pandémie ; un précédent qui guide la gestion à ce jour. 

Talismans médiévaux et plus de mort de masse

La peste noire de 1347-1351 n'était qu'une des nombreuses séries de peste bubonique à dévaster l'Europe et d'autres endroits moins importants. Amenée de Crimée par des Génois démasqués, la Sicile n'a pas fermé ses frontières assez tôt et l'a essentiellement laissée déchirer. Jusqu'à un tiers de la population européenne mourut, le reste ne survivant que grâce à l'invention d'étranges masques en forme de bec. Homo sapiens trébuché au 19e siècle, maintenu en vie en grande partie par des entreprises philanthropiques mondiales telles que les compagnies britannique et néerlandaise des Indes orientales. Cela a vraiment jeté les bases de l'industrie mondiale de la santé moderne, centralisant la santé publique sous une bonne et honnête suzeraineté européenne. 

La mondialisation par l'autoritarisme des entreprises européennes a fonctionné. La richesse a été concentrée et les inefficacités de l'autonomie gouvernementale et des droits de l'homme éliminées sur de vastes étendues d'Asie, d'Afrique et des Amériques. Cependant, la mondialisation a également entraîné des voyages intercontinentaux de masse, avec sa propagation inévitable de la peste et des excès nuisibles à la planète. La première de plusieurs pandémies de choléra en 1817-24 en fut le résultat. Des séries ultérieures de typhus et de syphilis incontrôlées ont même menacé d'affliger des personnes importantes. 

En 1918-19, la grippe espagnole a tué 20 à 50 millions de personnes, facilitée par des politiques de laisser-faire qui ont permis aux soldats usagés de revenir des champs de bataille européens. La plupart des décès ont résulté d'infections bactériennes secondaires face à une absence continue d'antibiotiques, mais cela ne doit pas être interprété comme suggérant que la disponibilité actuelle des antibiotiques empêcherait une récidive. Contrairement aux affirmations des négationnistes de la grippe, les antibiotiques et les antiviraux ne sont efficaces que dans le cadre d'un brevet. Les antibiotiques hors brevet sont pour les chevaux.

En tant que dernière pandémie de l'ère pré-antibiotique, la grippe espagnole est importante pour l'élévation de la peur. Pour comprendre la mortalité dans un contexte moderne, les modélisateurs de maladies peuvent ajuster ses 50 millions de décès à l'augmentation de la population, s'ajuster davantage au réchauffement climatique et arrondir au milliard ou deux supérieur. Cela se traduit par de nombreux décès.

L'avènement des antibiotiques

Le développement des antibiotiques a peut-être transformé la survie aux infections respiratoires, mais cela ne doit en aucun cas être considéré comme une preuve qu'ils ont transformé la survie aux infections respiratoires. L'OMS enregistre 3 pandémies au cours des 100 années précédant le COVID-19, tuant bien moins de trois ans de tuberculose, mais cette liste de l'OMS s'appuyait sur une définition de pandémie plutôt idiote qui nécessitait une maladie grave et la mort. Les estimations de l'OMS sur la mortalité pandémique ont également ignoré à tort des causes non liées.

Heureusement, les erreurs passées de l'OMS sont facilement corrigées. En utilisant les définitions scientifiques actuelles (tout virus traversant une frontière qui semble vaccinable) et en multipliant par la prévalence des chauves-souris au cours du siècle dernier, on estime qu'environ 37 pandémies ont dû se produire au cours de cette période. Si nous ajoutons ensuite la mort à ces pandémies sur la base des données sur la grippe espagnole, et que nous multiplions par 3 pour l'augmentation ultérieure de la population, nous constatons que plus de 5.5 milliards de personnes sont en fait décédées des suites de pandémies au cours des cent années précédant Covid. Ce total, qui représente plus de décès que toutes causes confondues, ne tient même pas compte de la crise climatique. Notre survie est à peine explicable.

La fin de l'ère pré-Covid a été marquée par une lutte héroïque de la science contre des obstacles apparemment écrasants. Les tentatives d'utilisation de la propagation virale pour cimenter la construction d'une société sûre et soumise ont été renversées par une classe médiatique et politique infiltrée par des personnes non instruites. En raison de cet empoisonnement de l'esprit public, le SRAS, la grippe porcine et le MERS n'ont pas réussi à susciter le niveau d'hystérie et de psychose que nous tenons maintenant pour acquis. Il est facile d'oublier à quel point cette période a été difficile pour ceux qui portent le fardeau de la gestion de l'humanité. Le parrainage de l'OMS s'avérant insuffisant, il a fallu développer tout un nouvel appareil sanitaire international. La création du CEPI et de tout un florilège de fondations éponymes s'est avérée nécessaire pour orienter la santé publique et acheter les médias. Il est de notre devoir, en tant que bénéficiaires, de reconnaître ce travail et de montrer plus de contrition et de soumission en retour. L'esclavage est un si petit prix à payer pour être en sécurité.  

Covid-19 : remettre les pandémies sur les rails

En septembre 2019 (à peu près), une chauve-souris confuse a volé de manière inquiétante près de l'Institut de virologie de Wuhan, déféquant sur un pangolin qui s'est trouvé un emploi sur le marché humide 3 mois plus tard. Fortuitement, l'université Johns Hopkins, certaines fondations éponymes et le programme de formation au leadership occidental du Forum économique mondial (WEF) se sont réunis à New York en octobre, ignorant totalement ces rencontres zoologiques à l'Est. 

Cette réunion de New York a transformé la santé publique en établissant enfin un moyen de transférer les confinements des prisons à la société en général ; en traitant la population comme des prisonniers. En novembre, l'OMS n'a pas publié ses lignes directrices sur la grippe pandémique de novembre 2019 et n'a donc jamais déconseillé les confinements. Cela prouve essentiellement que les confinements ont toujours été une politique de santé publique orthodoxe.

Le reste de cette période est bien connu du lecteur. La Le modèle du fromage suisse a prouvé que les masques en tissu arrêtent les virus en aérosol. L'efficacité des confinements a été démontrée par le carnage en Suède, en Floride et en Tanzanie. La fermeture des écoles a non seulement sauvé d'innombrables enfants et leurs grands-parents, mais a garanti que les enfants issus de familles à faible revenu et peu performantes n'auraient jamais à rivaliser avec ceux dont les parents travaillaient sur Zoom. 

Mais tout n'était pas bien. Comme un virus chez les misogynes, une infodémie s'est propagée, conduisant les faibles et les téméraires à dîner en famille et à enlever les masques sur les terrains de sport. Le chômage de masse, la pauvreté et la destruction des lignes d'approvisionnement résultant de ce comportement devraient servir de signal d'alarme ; nous devons prendre au sérieux la mésinformation et la désinformation. La liberté d'expression ne signifie pas la liberté d'avoir des opinions.

L'humanité, une fois de plus au bord de l'extinction, a été sauvée lorsque des scientifiques travaillant XNUMX heures sur XNUMX ont trouvé un moyen d'insérer de l'ARNm dans les ovaires, le foie et le myocarde des enfants, des femmes enceintes et de leurs fœtus. Cette percée a placé le culte de l'« immunité naturelle » de Thucydide dans la poubelle de l'histoire. Les générations futures s'émerveilleront de voir comment n'importe qui pourrait promouvoir des processus immunitaires vieux de millions d'années plutôt que de nouvelles thérapies génétiques brillantes.

Le réveil post-Covid

Dans l'attente de la mi-2025, nous pouvons nous attendre à ce que le 19e rappel polyvalent, mis à jour pour la grippe, le VRS, le rhinovirus, le fentanyl et la progestérone, nous sauve complètement. La possibilité de lier la conformité des vaccins au droit d'accéder à l'épicerie et à l'eau supprimera le besoin de coercition, éliminant ainsi toute préoccupation résiduelle en matière de droits humains. Les fermetures hivernales promettent de nous sauver encore plus, rendant les menaces telles que la variole du singe survivantes pour une grande partie de la population. Le réseau de surveillance PfizerNet prédira les variantes avant même qu'elles ne mutent, enfermant des pays entiers pendant des mois pour assurer la sécurité du reste d'entre nous. Il y aura des moments où les gens pourront se rencontrer ouvertement en groupes de plus de sept personnes.

Bien que vivre au bord de l'extinction semble effrayant, le potentiel de l'autoritarisme des entreprises pour apaiser une partie de cette peur devrait apporter du réconfort. Mais nous ne pouvons atteindre cet état que si nous contrôlons l'infodémie qui tourbillonne autour de nous. Le fait de ne pas répondre rapidement à la dissidence risque de laisser les gens susceptibles d'avoir une pensée indépendante. Pour éviter ce piège cognitif, nous ne devons écouter que ceux qui sont notre unique source de vérité.

Nos bienfaiteurs travaillent sans relâche pour supprimer toutes les informations contraires, annulant et dénigrant les conspirateurs qui menacent nos gains durement acquis. Nous ne pouvons qu'espérer que ceux qui travaillent si dur pour assurer notre sécurité bénéficieront massivement de leurs portefeuilles en récompense partielle de leurs efforts. L'humanité leur doit au moins cela.

Sources utiles :

OMS: Mesures de santé publique non pharmaceutiques pour atténuer le risque et l'impact de la grippe épidémique et pandémique.

La 1,400 XNUMX anciens des Young Global Leaders du WEF programme qui ont donné un exemple si fort de bien-penser et d'obéissance en ces temps difficiles.



Publié sous un Licence internationale Creative Commons Attribution 4.0
Pour les réimpressions, veuillez rétablir le lien canonique vers l'original Institut Brownstone Article et auteur.

Auteur

  • David Bell

    David Bell, chercheur principal au Brownstone Institute, est médecin en santé publique et consultant en biotechnologie en santé mondiale. Il est un ancien médecin et scientifique à l'Organisation mondiale de la santé (OMS), chef de programme pour le paludisme et les maladies fébriles à la Fondation pour de nouveaux diagnostics innovants (FIND) à Genève, en Suisse, et directeur des technologies de la santé mondiale chez Intellectual Ventures Global Good Fonds à Bellevue, WA, États-Unis.

    Voir tous les messages

Faire un don aujourd'hui

Votre soutien financier à l'Institut Brownstone sert à soutenir des écrivains, des avocats, des scientifiques, des économistes et d'autres personnes courageuses qui ont été professionnellement purgées et déplacées pendant les bouleversements de notre époque. Vous pouvez aider à faire connaître la vérité grâce à leur travail continu.

Abonnez-vous à Brownstone pour plus de nouvelles

Restez informé avec le Brownstone Institute