Grès brun » Articles de l'Institut Brownstone » Ce que Heidegger peut nous apprendre sur notre moment technologique
Ce que Heidegger peut nous apprendre sur notre moment technologique

Ce que Heidegger peut nous apprendre sur notre moment technologique

PARTAGER | IMPRIMER | E-MAIL

Quelqu'un a-t-il remarqué à quel point la chanson de Leonard Cohen est prophétiquement pertinente, 'L'avenir' est-ce pour l'époque dans laquelle nous vivons ? Voici quelques paroles : 

Rends-moi ma nuit brisée
Ma chambre miroir, ma vie secrète
C'est seul ici
Il n'y a plus personne à torturer
Donnez-moi un contrôle absolu
Sur chaque âme vivante
Et m'allonger à côté de moi, bébé
C'est un ordre!…

Rendez-moi le mur de Berlin
Donnez-moi Staline et St Paul
J'ai vu l'avenir, frère :
C'est un meurtre

Les choses vont glisser, glisser dans tous les sens
ne sera rien
Plus rien que tu puisses mesurer
Le blizzard, le blizzard du monde
A franchi le seuil
Et il s'est renversé
L'ordre de l'âme
Quand ils ont dit REPENTEZ-VOUS
Je me demande ce qu'ils voulaient dire…

Deux des mots clés ici sont 'contrôle' et 'meurtre,' qui font écho à ce qui se passe progressivement autour de nous depuis l’imposition des confinements en 2020. Et les deux sont liés. La grande échelle assassiner de personnes sans méfiance (et sans doute naïves) qui ont accepté le vaccin Covid se déroule toujours autour de nous, et cela a été rendu possible par un nouveau type de technologie. Contrôle, ce qui aurait probablement même étonné Martin Heidegger. Plus d’informations à ce sujet ci-dessous.

Heidegger était un philosophe allemand – dont beaucoup de gens dans le monde anglo-saxon ne pardonnent toujours pas le bref flirt avec les nazis – qui a écrit un essai célèbre intitulé "La question concernant la technologie" à la fin des années 1940, où il a caractérisé la technologie moderne (par opposition à l’ancienne) comme une manière de plus en plus hégémonique de « structurer » le monde et tout ce qu’il contient, y compris les êtres humains. Il s'agit d'un essai qui suscite la réflexion et qui peut être utilisé comme une lentille interprétative pour comprendre de nombreuses choses, y compris des artefacts culturels tels que les films, par exemple le premier film de James Cameron. Avatar film. 

Heidegger pensait que la technologie était le puissance dominante du XXe siècle, et bien qu'il n'ait pas vécu assez longtemps pour expérimenter sa forme avancée, à savoir les « technologies de l'information et de la communication », c'est aujourd'hui plus que jamais le cas (en gardant à l'esprit son lien indissoluble avec le capitalisme, qui nécessite une technologie avancée pour innovation du produit).

Peut-être étonnamment pour ceux qui ne connaissent pas phénoménologique Dans cette pensée – dans laquelle Heidegger a été formé – il faisait la distinction entre la technologie et son « essence », ou ce qu'il appelle «Gestell' (« Encadrage », « Cadre »). Cette dernière, soutenait Heidegger, n'a rien de technologique en elle-même et fonctionne sur le plan ontologique (c'est-à-dire relatif au va des choses), à partir duquel il détermine la manière dont la réalité sociale est structurée et organisée.

En langage clair, cela signifie que tous les humains ont une idée, aussi vague soit-elle – même si elle est subliminale – de la véritable nature de la réalité. Dans le 20th siècle, cette idée était ce que Heidegger appelait cadre or Encadrement – comme un moyen de « cadrer » notre expérience du monde. Cela aide à comprendre Heidegger de manière comparative : le Moyen Âge occidental était une époque « théocentrique », dans la mesure où toutes les questions et tous les problèmes (philosophiques, sociaux, politiques, religieux, économiques) étaient abordés sur la base de l'hypothèse selon laquelle les humains occupent une place privilégiée. position dans la création de Dieu.

Bien qu'il y ait eu d'interminables débats concernant la relation entre l'humanité et Dieu, l'Église et l'État, la foi et la raison, l'hypothèse fondamentale selon laquelle Dieu est central dans la compréhension de tout ce qui existe sur terre était, autant que les preuves le suggèrent, incontestée. 

De même, pour Heidegger, la technologie – ou plutôt son « essence » en tant qu’« Encadrage » – était un « cadre » ontologique tacite et incontournable qui fonctionnait implicitement comme une hypothèse incontestée de la part des individus et des organisations lorsque des questions sont posées ou que des problèmes sont abordés. concernant la nature, la société, l’économie ou la politique. Jusqu'à récemment, c'était la façon dont l'humanité faisait l'expérience du réel, et personne n'en était exempté. 

Mais que voulait dire Heidegger en affirmant que l’essence de la technologie est « l’encadrement » ? Selon cela, tout – de la nature aux êtres humains – est « réglé » ou « ordonné », ou traité comme quelque chose qui peut être transformé en « réserve permanente », ce qui signifie que des choses comme l'énergie peuvent être utilisées ou « stockées ». comme « ressources » à utiliser. Même les personnes n'en sont pas exemptées : alors que les organisations disposaient autrefois d'un service « personnel », cette appellation a finalement été remplacée par « humain ». ressources.' C'est une manière de « formuler » des questions et des problèmes, même religieux, comme le remarque si justement Norman Melchert dans l'édition de 1991 de La grande conversation (p. 576): 

À l’ère du cadrage, où tout est compris comme une réserve permanente, il n’y a pas de « place » pour Dieu. (Ou peut-être même que Dieu est considéré comme une « réserve permanente », une sorte d’utilité publique qui peut être utilisée pour satisfaire ses désirs ; on a souvent cette impression de la part des évangélistes de la télévision). 

Alors que Heidegger considérait l'Encadrage comme une manière légitime de présenter le réel – tout comme, chez les Grecs anciens, la nature se manifestait comme physis (une naissance perpétuelle et cyclique, et la décomposition correspondante des êtres vivants) - il a remis en question la croyance selon laquelle c'était le cas. uniquement manière dont l'être se manifeste.

Il se peut qu'au XXe siècle, les humains aient vécu le réel comme une « réserve permanente », ou un monstrueux « défi » et libération, spécifiquement de la nature, mais il est salutaire de rappeler que, dans les époques antérieures, c'était « un défi » et un déverrouillage monstrueux.laisser être,' c'est-à-dire reconnu dans son autonomie. L'art, affirmait-il, est une manière de permettre aux choses, par exemple à la nature, d'être ce qu'elles sont, au lieu d'en faire une « réserve permanente » pour l'usage humain. 

Chez Cameron Avatar, évoqué plus tôt, cela se produit lorsque les personnages de Jake et Neytiri, aidés par les créatures de Pandore, résistent aux tentatives des humains de le transformer en une réserve permanente, « laissant ainsi » la lune luxuriante et vivifiante. , Pandore. Ou pensez aux peintures de l'artiste français Claude Monet jardin à Giverny où, même lorsqu'on le visite aujourd'hui, on ressent activement ces œuvres d'art location le jardin tel qu'il existait du vivant de Monet be ce que c'était alors, dans une sorte de présent durable. 

Il peut sembler que je m'efforce de « laisser quelque chose être » ici, mais c'est pour une raison. L’un des concepts les plus féconds de Heidegger est celui de sérénité, qui se traduit par « laisser-être », et parfois par « libération », et est aujourd'hui plus que jamais d'actualité, dans la mesure où l'être humain n'est plus simplement traité comme une « réserve permanente » pour l'industrie.

La technologie actuelle est allée beaucoup plus loin. La technologie moderne, pour Heidegger, a réduit les choses, y compris les personnes, à une réserve permanente afin d'en tirer toutes les ressources disponibles – refusant ainsi de « les laisser être ce qu'elles sont ». De là, on peut déduire que le « laisser-être » n'est rien de passif, mais un processus actif consistant à respecter la nature ou le caractère unique de chaque entité (et à faire ce qui est nécessaire pour que cela se produise), comme l'exemple de Avatar illustre.

Qu’en est-il alors de la technologie contemporaine ? Si moderne 20thLa technologie du XXe siècle a réduit les choses à des ressources utilisables, la technologie d'aujourd'hui repose sur une Contrôle – sinon un « contrôle absolu », comme le dirait Leonard Cohen (un sujet sur lequel je reviendrai dans un prochain article sur Foucault, Deleuze et la surveillance). CBDC en sont un exemple, dans la mesure où ces entités numériques programmables et contrôlées de manière centralisée permettraient au gouvernement fédéral américain, par exemple, de contrôler la vie des gens à sa guise, sans limites. Heureusement pas tout le monde Le gouvernement américain est séduit par cette idée. 

Il y a ensuite le phénomène, désormais familier, de sociétés puissantes qui cherchent à contrôler l'information en vue d'orienter leurs actions dans la direction qu'elles souhaitent. Un exemple récent de ce phénomène concerne les sociétés pharmaceutiques – en particulier Pfizer et Moderna – qui tentent d'exercer un contrôle sur le « discours sur les vaccins » aux États-Unis. Dans un article intitulé « Comment Pfizer et Moderna contrôlent le discours sur les vaccins », Dr Joseph Mercola – s'appuyant sur les recherches publiées par le journaliste d'investigation Lee Fang – montre que diverses organisations qui ont fait pression pour que les vaccins contre le Covid soient obligatoires ont été financées par Pfizer, créant ainsi l'impression erronée d'un soutien généralisé au vaccin. 

Le Dr Mercola révèle en outre que Moderna, à son tour, tente de contrôler les débats sur les vaccins – et ainsi d’influencer la politique vaccinale – en s’associant à une organisation appelée ironiquement Public Good Projects, qui suit et censure les échanges en ligne sur les vaccins Covid. Pour ajouter l'insulte à l'injure, l'entreprise emploie une « société de surveillance en ligne », Talkwalker, qui utilise l'IA pour suivre et signaler les discussions liées aux vaccins à l'échelle mondiale, s'étendant sur pas moins de 150 millions de sites Web. Tout ce qui – même les informations factuellement exactes – qui est indiqué, algorithmiquement, comme potentiellement contredisant les affirmations « sûres et efficaces » sur les vaccins Covid, ou comme conduisant à une « hésitation à l’égard du vaccin », est signalé et censuré.

Sans doute révélateur du désespoir croissant de ces entreprises face à la résistance croissante aux « vaccins » anti-Covid, Moderna accélère son projet de surveillance, en se concentrant sur les politiques de vaccination forcée. Comme le Dr Mercola l’observe avec attention à propos des implications du fonctionnement de Moderna,

Fondamentalement, Moderna souligne avec justesse que lorsque les autorités sanitaires mentent et trompent, les gens cessent de leur faire confiance. Cependant, la réponse que Moderna propose n’est pas d’arrêter de mentir et de tromper. Il s’agit plutôt d’enterrer ceux qui soulignent que l’on nous a menti et trompé. De cette façon, les menteurs peuvent continuer à tromper tout en étant présentés comme des modèles de crédibilité.

Heureusement, cette tentative sans scrupules de contrôler le discours dominant est vouée à l’échec, car des individus courageux continueront de les dénoncer. Il ne s’agit pas de sous-estimer le pouvoir de ces sociétés ; il s’agit de souligner que, malgré leur pouvoir, ceux d’entre nous qui valorisent la liberté ne se laisseront pas intimider par le silence et la soumission. 

Revenant à la conception heideggerienne de la technologie comme Enframing, comment se compare cette nouvelle technologie, basée sur la numérisation de l'information, parfois à l'échelle nanométrique ? En un mot, on pourrait l'appeler « programmation (bio)technique », non seulement à la lumière de l'utilisation généralisée d'algorithmes pour évaluer et prédire le comportement des gens, mais aussi – d'où l'insertion du mot « bio » avant « technique » – compte tenu notamment de la développement d’une technologie visant à changer notre être biologique même.

Ainsi, par exemple, Klaus Steger rapporte que les nanoparticules lipidiques (LNP) contenues dans les « vaccins » modRNA (ARN modifié ; et non « ARN messager comme on l'a dit initialement) ne délivrent pas, comme indiqué initialement, le codage moléculaire du SRAS-CoV-2 dans les cellules humaines. Au lieu de cela, écrit-il, « ils ressemblent davantage à des chevaux de Troie qui se faufilent au-delà des barrières biologiques et introduisent clandestinement du modRNA dans nos cellules ». Steger précise :

Les LNP sont constitués de lipides (graisses) disposés pour former une sphère. Les LNP cachent l'ARN mod au système immunitaire de notre corps jusqu'à ce que l'ARN mod puisse pénétrer dans nos cellules lorsque la sphère lipidique fusionne avec les parois lipidiques de nos cellules. Les substances qui composent les LNP sont les phospholipides, le cholestérol, les lipides PEGylés et les lipides cationiques. Les plus problématiques sont les lipides cationiques, qui sont probablement cytotoxique. A 2022 éditorial a soulevé de nombreuses inquiétudes quant au fait que les lipides cationiques contenus dans les vaccins Pfizer-BioNTech et Moderna Covid-19 provoquent des réponses inflammatoires aiguës.

 En raison de leur petite taille (moins de 100 nanomètres), les LNP peuvent facilement surmonter les barrières biologiques et atteindre théoriquement toutes les cellules de notre corps, y compris les cellules de notre corps. cerveau et coeur.

C’est déjà assez inquiétant. Mais les révélations de l'analyste technique et lanceur d'alerte Karen Kingston sont au-delà du dérangement ; ils sont apocalyptiques dans leurs implications. Mike Adams (The Healthranger), depuis de nombreuses années une épine dans le pied des Big Pharma, rapporte ce qui suit à propos de Les découvertes de Kingston

Dans une interview explosive qui présente des captures d'écran clés de brevets, des articles de revues scientifiques et des documents d'entreprise, Karen Kingston expose l'argument selon lequel les injections de « vaccin » à ARNm contre le Covid sont en réalité implantations de technologies exotiques [En gras dans l'original ; BO] qui peut être utilisé pour parvenir à un asservissement mondial et/ou à un génocide… Cette interview présente des captures d’écran vidéo de plusieurs documents clés. 

Pour rendre les choses encore plus claires concernant mon argument ci-dessus, selon lequel la technologie actuelle équivaut à une « programmation (bio)technique », selon elle Sous-empilement Kingston fournit des preuves, sous forme de documents, de ses affirmations. Elle est intransigeante lorsqu'elle écrit : 

Les « vaccins » à base de liposomes cationiques à ARNm sont des nanotechnologies utilisées pour introduire de l'ADN non humain dans le corps des adultes et des enfants, forçant ainsi l'évolution dirigée des cellules à l'intérieur du corps humain.

Pourrait-il être dit plus clairement que cela ? Les fabricants de ces armes biologiques déguisées en vaccins ont mis au point quelque chose qui dirige l’évolution des cellules de notre corps. Ils sont coupables de la plus grande orgueil imaginable, s’arrogeant le rôle de dieux, voire de Créateur. Heidegger se retournerait dans sa tombe. Dans la dernière interview qu'il a accordée (à Der Spiegel), dix ans avant sa mort, faisant allusion à ce qu'il considérait comme une sorte de dystopie technologique qui attend la société, il déclarait que « seul un dieu peut nous sauver ». Nous ne pouvons toutefois pas nous permettre d’attendre cela. Nous devons nous sauver.



Publié sous un Licence internationale Creative Commons Attribution 4.0
Pour les réimpressions, veuillez rétablir le lien canonique vers l'original Institut Brownstone Article et auteur.

Auteur

  • Olivier Bert

    Bert Olivier travaille au Département de philosophie de l'Université de l'État libre. Bert fait des recherches en psychanalyse, poststructuralisme, philosophie écologique et philosophie de la technologie, littérature, cinéma, architecture et esthétique. Son projet actuel est « Comprendre le sujet en relation avec l'hégémonie du néolibéralisme ».

    Voir tous les messages

Faire un don aujourd'hui

Votre soutien financier à l'Institut Brownstone sert à soutenir des écrivains, des avocats, des scientifiques, des économistes et d'autres personnes courageuses qui ont été professionnellement purgées et déplacées pendant les bouleversements de notre époque. Vous pouvez aider à faire connaître la vérité grâce à leur travail continu.

Abonnez-vous à Brownstone pour plus de nouvelles

Restez informé avec le Brownstone Institute